27/10/2021

Nucléaire en France: c'est devenu politique.

Le débat énergétique n’est plus scientifique, technologique et économique, il est devenu essentiellement politique. L’OCDE et de l’UE sont à la recherche de nouvelles « sources d’énergie perpétuelle », qualifiées de « renouvelables » afin de limiter les émissions de CO2, tout en luttant pour le climat et en protégeant l’environnement. Communication médiatique et affichage avec des experts sur le sujet complètent le programme. L’Allemagne se retrouve en dépendance du charbon et  du gaz russe...  Suite via Economie Matin 
 
 

RTE: Futurs énergétiques 2050 : les scénarios de mix de production à l'étude permettant d'atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050

Futurs énergétiques 2050 : les scénarios de mix de production à l'étude permettant d'atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050
En 2019, RTE a lancé une large étude sur l’évolution du système électrique intitulée « Futurs énergétiques 2050 ». Cette étude implique une démarche inédite en matière de concertation et de transparence impliquant les parties prenantes intéressées à tous les stades de construction des scénarios, jusqu’à la publication de leur analyse complète à l’automne 2021.  Lire... 

25/10/2021

Présidentielle 2022 : course à la nullité des candidat(e)s

 

source bonpote.com 

 
Entre les décroissants et les écomodernistes, il existe 50 nuances de vert. Vous retrouverez quotidiennement des expert(e)s énergétiques et militant(e)s écologiques s’écharper sur les réseaux sociaux. En effet, bien que le constat sur le changement climatique d’origine anthropique soit unanimement partagé, nous n’avons pas forcément les mêmes solutions à proposer pour résoudre l’urgence climatique.

24/10/2021

Éric Zemmour veut rompre avec la doctrine atlantiste

Source Figaro par Charles Sapin
 
À Rouen, l’essayiste a livré un exposé géopolitique offensif à l’égard des États-Unis.

Cinq cent quatre-vingt-dix ans plus tard, l’exécution de la pucelle d’Orléans sur le bûcher n’a visiblement pas été digérée. Dans le cadre de sa tournée de promotion de son dernier livre, La France n’a pas dit son dernier mot , Éric Zemmour a profité d’une étape à Rouen, ville normande où est morte Jeanne d’Arc, pour ébaucher quarante-cinq minutes durant ses vues sur les relations internationales et la défense nationale. Devant les gradins clairsemés - une fois n’est pas coutume - du Zénith de la ville, l’essayiste a dessiné un exposé géopolitique particulièrement offensif à l’égard du monde anglo-saxon.

Bourlanges sur l'élection présidentielle 2022: « Comme Maurras, Zemmour honore une France fantasmée et mutilée »

Jean-Louis Bourlanges : « Comme Maurras, Zemmour honore une France fantasmée et mutilée » https://www.lepoint.fr/tiny/1-2448966 #Politique via @LePoint 
Pas encore candidat, mais déjà partout. Si Emmanuel Macron garde secrètes ses intentions, depuis la rentrée, le président de la République multiplie les interventions, les plans et commence à dessiner quelques axes de campagne. Alors que le phénomène Éric Zemmour fait éclater dans les sondages les certitudes, le chef de l’État reste largement en tête des intentions de vote. « Attention aux certitudes », lance Jean-Louis Bourlanges. Le député MoDem des Hauts-de-Seine et président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale avertit qu’une surprise est toujours possible et que la qualification au second tour n’est pas acquise. L’ancien député européen revient sur la situation politique en France, critique « l’impasse Zemmour » et commence à faire le bilan, notamment européen, du président. Entretien.

Zemmour seul en scène et partout

Eric Zemmour n'a toujours pas annonce sa candidature a la presidentielle.
Michel Richard – Éric Zemmour, un Dieudonné en politique https://www.lepoint.fr/tiny/1-2449037 #MauvaisEsprit via @LePoint 
lepoint.frCHRONIQUE. Talentueux et controversé. Il est seul en scène, seul à faire le spectacle électoral, pour l’instant sans concurrence véritable.
Éric Zemmour n'a toujours pas annoncé sa candidature à la présidentielle. © BERTRAND GUAY / POOL / AFP

Macron: "Le traître et le néant" : Emmanuel Macron est-il un escroc génial ou le reflet des ambiguïtés et hypocrisies des Français ?

Dans leur nouveau livre, Fabrice Lhomme et Gérard Davet soulignent à quel point le président entretient une confusion idéologique maximale en étant capable de soutenir successivement tout et son contraire. Les Français tombent-ils dans le panneau… ou s'en accommodent-ils fort bien ?

Soource Atlantico par Arnaud Benedetti, professeur associé à Sorbonne-université et à l'HEIP et rédacteur en chef de la Revue politique et parlementaire.

20/10/2021

Goulots d'étranglement dans le monde: la mondialisation et les chaînes de valeur en question?

La vivacité de la reprise économique post confinement a créé de tels goulots d’étranglement dans le monde que son rythme fléchit. Des centaines de navires porte-conteneurs sont en rade au large des ports de Shanghai, San Diego ou Rotterdam, attendant que les dockers puissent les charger ou les décharger. Les industriels du monde entier se plaignent de stocks insuffisants, de difficultés d’approvisionnement et de recrutement de main d’œuvre.... Suite Telos Eric Chaney Institut Montaigne 

Les illusions occidentales sont en train de se briser Courrier International Pankaj Mishra

Pour comprendre les forces en jeu dans le monde contemporain, il est nécessaire d’adopter d’autres perspectives, analyse l’essayiste et journaliste indien Pankaj Mishra : la vision occidentale étriquée et narcissique qui domine depuis des décennies la vie intellectuelle est aujourd’hui moribonde. Un article à retrouver dans notre hors-série Comment le monde a basculé.

Xerfi canal Olivier Passet sur la transition climat

Face à l’urgence climatique, les pays les plus avancés peaufinent leurs agendas de décarbonation, comme si les objectifs étaient à portée de main et de technologie. Le compte à rebours est pourtant redoutable. L’économie mondiale a déjà franchi le seuil d’irréversibilité en matière de réchauffement. Idem pour le seuil de 1,5 à 2° de réchauffement : l’objectif de neutralité carbone pour 2050 (2060 pour la Chine) aurait dû être atteint en fait dès 2030. Ce qui veut dire que les cadres volontaristes que se fixent les économies leaders en matière de décarbonation (UE en tête) nous exposent d’emblée à des risques de montée des océans, de perturbation alimentaire, de migration dont on sait qu’ils se situeront dans une fourchette haute.

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

Déjà fin mars, on le disait ici: il faut parler de la place du nucléaire en France. Le 13 octobre, en présentant les dix objectifs de son plan France 2030, Emmanuel Macron a relancé le débat de façon spectaculaire. Le premier de ces objectifs est en effet un investissement de l'ordre d'un milliard d'euros pour encourager la recherche et le développement de réacteurs de type SMR (pour small modular reactors). Cette seule annonce ne peut suffire à définir ce que pourrait être la future politique de la France en matière d'énergie nucléaire, mais elle a au moins le mérite de lancer la discussion.

Sécheresse en Europe - Catastrophe en vue - Regarder le documentaire complet | ARTE

La sécheresse s’installe en Europe. Décryptage d’un phénomène inquiétant, lié au réchauffement climatique et amplifié par nos pratiques agroalimentaires intensives. (photo mer de plastique à Alméria)

Après trois années marquées par un climat exceptionnellement chaud, le dessèchement du sol de plusieurs pays européens s’accélère et l’eau vient dangereusement à manquer. Dans les régions méditerranéennes, la saison des feux de forêt s’allonge de plusieurs mois, et le nord du continent − la Suède notamment – n’est plus aussi épargnée par cet inquiétant phénomène. Comme la "mer de plastique" en Andalousie, qui s’étend sur des centaines de kilomètres et consomme quotidiennement des quantités astronomiques de litres d’eau.

Prix de l'électricité: l'absudité de son indexation sur le prix du gaz naturel

Le prix de l’électricité est passé à  78€/MWh sur le marché de gros pour fourniture en 2022, contre 46€/MWh  l’année dernière, pour 2021. En cause cette année, l’envolée du prix du gaz, en partie indexé à celui du pétrole - source de 20% de l’électricité européenne - et celle du marché des quotas d’émissions de CO2. Les centrales thermiques doivent en effet acquérir des quotas d’émissions de CO2 pour faire tourner leurs turbines et l’envolée de ce marché renchérit le coût électricité qu’elles produisent.

18/10/2021

THÉORIE DU RUISSELLEMENT: Voilà comment l’ADN du macronisme économique a été démenti par la réalité

France Stratégie a publié son nouveau rapport sur la réforme de la fiscalité sur le capital (LIEN), dont l'efficacité n'a pas encore été prouvée. Les conclusions de cette étude remettent-elles en question la théorie du ruissellement prônée par Emmanuel Macron ?

Voilà comment l’ADN du macronisme économique a été démenti par la réalité par Alexandre Delaigue via Atlantico

Zemmour: Jean-François Kahn – Cette droite amoureuse de son assassin

Source Le Point
 
Un humoriste du siècle dernier avait résumé ainsi la pièce de Corneille Le Cid : « Qu’il est joli garçon, l’assassin de papa ! » Un autre alexandrin pourrait résumer l’étrange rapport de la droite classique à Éric Zemmour : « Il est très séduisant, celui-là qui nous tue ! »

Quel crédit accorder aux sondages qui donnent Éric Zemmour à 15% ? Le Parisien

Source Le Parisien | Claudia Bertram
Le Parisien interroge Brice Teinturier, directeur général délégué d'Ipsos-Spora Steria. 
 
Monsieur le directeur général délégué,

On le sait, les sondages ne sont qu’une photographie de l’instant. Certainement pas un outil de prédiction. Ce qui explique que, parfois, les résultats des enquêtes ne correspondent pas à la réalité sortie des urnes le soir d’une élection. Nous l’avons encore vu récemment, en juin, lors des dernières régionales. Tous les instituts mettaient en avant une percée du parti de Marine Le Pen. Le Rassemblement national était donné en tête au premier tour dans six régions, voire susceptible de faire basculer plusieurs d’entre elles. Résultat : le RN n’est arrivé en tête qu’en Provence-Alpes-Côte d’Azur, avant d’être battu au second tour.

17/10/2021

Des milliards d'utilisateurs dévoilent leur vie privée sur Facebook.

Facebook semble se moquer de l’impact toxique qu’il peut avoir sur ses utilisateurs et la BigTech gagne des milliards sur nos données personnelles. Mais qui a accepté de rendre publique son intimité en échange de quelques likes ou d’étincelles de célébrité ? Tous exhibitionnistes (et inconscients du danger…) ? avec Serge Tisseron via Atlantico

Regardez "Ces retraités qui perdent du pouvoir d'achat dans une totale indifférence..." sur YouTube

Le pouvoir d'achat des retraités baisse systématiquement chaque année depuis maintenant sept ans. Pourquoi personne n'en parle ? Les explications de Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Echos. Ecorama du 12 octobre 2021, présenté par David Jacquot sur Boursorama.com
 
 

Elisabeth Badinter : "Si on avait pris l'islamisme à bras-le-corps, il n'y aurait pas eu la montée de Zemmour"

La philosophe constate que, concernant la défense de la laïcité, l'envie d'éviter les conflits conduit à un affaissement de nos réactions collectives. Le "oui mais" règne...
Il y a un an, la décapitation de Samuel Paty à la sortie de son collège suscitait une émotion inédite dans le pays, et les laïques espéraient un sursaut. Mais Elisabeth Badinter le constate avec angoisse : la peur s'est installée dans beaucoup de salles de classe et, par souci "d'éviter les conflits", il y a comme un affaissement dans nos réactions. Alors que les plus jeunes sont de moins en moins convaincus par les principes de laïcité, elle en appelle aux parents : "L'avenir de vos enfants en dépend." L'intellectuelle s'exprime aussi sur le discours "d'extrême droite" d'Eric Zemmour. Selon elle, "la responsabilité des politiques" face à l'islamisme est "immense". Entretien. L'Express Propos recueillis par Thomas Mahler et Anne Rosencher Publié le 12/10/2021

Mapped: Human Impact on the Earth's Surface

With human population on Earth approaching 8 billion (we’ll likely hit that milestone in 2023), our impact on the planet is becoming harder to ignore with each passing year.

Our cities, infrastructure, agriculture, and pollution are all forms of stress we place on the natural world. This map, by David M. Theobald et al., shows just how much of the planet we’ve now modified. The researchers estimate that 14.6% or 18.5 million km² of land area has been modified – an area greater than Russia. Read on...

Philippe Chalmain pense que le point haut de la crise des matières premières est derrière nous.


Philippe Chalmin - "Je pense que le point haut de la crise des matières premières est derrière nous" -  Suite... 

Difficile exercice de la mémoire de notre pays. Le 17 octobre 1961

RECIT. Le 17 octobre 1961, le jour où la police française a jeté des manifestants algériens dans la Seine à ParisDifficile exercice de la mémoire de notre pays. Le 17 octobre 1961 l'Algérie était encore un département français; les algériens venus en France pour la reconstruction du pays et sa croissance économique étaient des français. Cette date historique (60 ans) est aussi l'occasion de retrouver Maurice Papon, le régime de Vichy et la collaboration.

15/10/2021

Eglise, grand corps malade par Nicolas Baverez

Apres le rapport de la commission Sauve, l'Eglise doit utiliser le synode ouvert par le pape Francois, le 10 octobre, pour se transformer,
ÉDITO. Après le choc de la publication du rapport Sauvé, l’institution catholique n’a plus le choix et doit opérer urgemment une réforme en profondeur.
La publication du rapport sur les violences sexuelles dans l’Église catholique en France de 1950 à 2020, rendu par la commission présidée par Jean-Marc Sauvé, a provoqué une onde de choc qui dépasse nos frontières. Le séisme est à la hauteur de l’ampleur du scandale dévoilé, qui remet profondément en cause l’Église en tant qu’institution.

Plan de 30 milliards de Macron : le risque du saupoudrage ?

Plan de 30 milliards de Macron : le risque du saupoudrage ? 
Le Président a dévoilé son nouveau plan d'investissement de 30 milliards sur 5 ans. En quoi ce nouveau programme est-il différent des deux premiers du mandat d'Emmanuel Macron ? Les explications de Raphaël Legendre, journaliste à l'Opinion. Ecorama du 13 octobre 2021, présenté par David Jacquot sur Boursorama.com

Une crise de l’énergie bien partie pour durer

La crise de l'énergie qui a débuté en Europe est en train de devenir mondiale – et tandis que l'économie se détache progressivement des énergies fossiles, le pire reste peut-être à venir, avertissent les experts.

La crise de l’énergie qui a débuté en Europe est en train de devenir mondiale – et tandis que l’économie se détache progressivement des énergies fossiles, le pire reste peut-être à venir, avertissent les experts.

Au Royaume-Uni, en septembre, les prix de l’électricité étaient trois fois plus élevés qu’ils ne l’ont jamais été depuis dix ans. Au Brésil et aux États-Unis, les tarifs du gaz et de l’électricité s’envolent également, tandis qu’en Chine les entreprises ralentissent leur production de smartphones et d’autres produits stratégiques destinés à l’export car l’électricité coûte trop cher. Le 28 septembre, le cours du brent, référence mondiale de prix du pétrole, a atteint son plus haut niveau depuis trois ans.

Après une année marquée par des températures extrêmes, qui ont épuisé les réserves de gaz naturel, l’activité économique mondiale — et donc, la demande en énergie — est en pleine reprise post-pandémie. Dans les États américains du golfe du Mexique, l’ouragan Ida et les tempêtes hivernales de février ont perturbé la production de gaz et de pétrole. La Russie, premier fournisseur de gaz de l’Europe, refuse pour l’instant d’augmenter ses exportations, et les pays asiatiques, qui cherchent à sortir de leur dépendance au charbon, sont en concurrence avec les Européens pour importer du gaz naturel liquéfié (GNL), dont les stocks sont limités.

La lutte contre le changement climatique cause également des problèmes. Les parcs éoliens européens manquent de vent depuis des mois et la production des barrages hydroélectriques en Chine et en Amérique du Sud diminue, à cause de la sécheresse. En parallèle, les énergies fossiles sont de plus en plus chères en Europe en raison de la hausse des prix des crédits carbone, et les exploitants du réseau chinois subissent une pression croissante de la part du gouvernement, qui souhaite respecter ses objectifs d’émissions de gaz carbonique en brûlant moins de charbon.

La crise énergétique pourrait mettre en péril le soutien politique aux mesures de protection du climat, qui seront au cœur de la COP26, à Glasgow en novembre. Les gouvernements peuvent néanmoins faire quelque chose pour éviter que les perturbations du marché de l’énergie n’entraînent une hausse astronomique des factures d’électricité et des ruptures d’approvisionnement à l’échelle mondiale.

James Henderson, qui dirige le groupe de recherche sur la transition énergétique de l’université d’Oxford [au Royaume-Uni], explique :

Nous sommes face à un malheureux concours de circonstances dans une phase de transition où nous n’avons pas encore totalement basculé d’un système à un autre. Durant cette période, les risques de marché sont accrus. Il est impossible d’imaginer un scénario où la volatilité ne va pas augmenter.”

Un réseau électrique neutre en carbone nécessite deux choses. Premièrement, une source de production : les parcs éoliens et le photovoltaïque. Mais comme ils fonctionnent par intermittence et ne peuvent être mis en route sur commande, il faut aussi un réseau de transport et de distribution puissant, capable de mettre les électrons en mouvement quasi instantanément entre les sites de production et de consommation, ainsi qu’une grande quantité de batteries.

La première partie de l’équation progresse rapidement, car le coût des technologies solaire et éolienne est en chute libre. En revanche, pour des raisons réglementaires et technologiques, les lignes à haute tension surpuissantes et les batteries n’en sont encore qu’à leurs débuts. Tant que ces technologies ne seront pas en mesure de rivaliser avec la facilité de transport et de stockage des énergies fossiles — et cela pourrait demander plusieurs dizaines d’années — les énergies renouvelables ne pourront pas remplacer complètement les énergies fossiles.

Autrement dit, même si l’on opte pour une transition énergétique radicale, les combustibles fossiles continueront à tenir une place importante au sein du mix énergétique pendant plusieurs décennies.

Une pression de plus en plus forte des investisseurs et des gouvernements

Or les entreprises qui produisent ces combustibles subissent une pression de plus en plus forte des investisseurs et des gouvernements, qui leur intiment de réduire leur empreinte carbone et leurs investissements. Si l’investissement dans la production pétrolière et gazière diminue plus rapidement que la demande mondiale, on ne pourra pas échapper à une flambée des prix, affirme James Henderson. La pandémie, durant laquelle la production de pétrole et de gaz a été mise à l’arrêt, nous a offert un avant-goût de cette situation.

“Le problème, c’est qu’on aimerait bien voir disparaître le système fondé sur les hydrocarbures, mais qu’il demeure indispensable par moments, poursuit le chercheur.

Comment s’assurer que la production d’hydrocarbures est suffisante durant la phase de transition, alors que les producteurs craignent de voir leurs actifs totalement dépréciés à long terme ​?”

Et même une économie postcarbone resterait sujette à la volatilité des prix, affirme Nikos Tsafos, spécialiste de l’énergie au Center for Strategic and International Studies, un think tank de Washington. Les marchés de l’électricité devront trouver un compromis entre une hausse générale des prix (pour garantir un approvisionnement suffisant, même pendant les pics de la demande) et des tarifs plus bas, accompagnés de pics occasionnels. “C’est inévitable”, conclut le chercheur.

Les systèmes énergétiques “propres” seront aussi soumis à l’oscillation des cours du lithium, du cuivre et d’autres métaux indispensables (en grande partie extraits en Chine). Cette transition se déroulera sur fond d’ouragans et de vagues de chaleur qui mettront à rude épreuve ou endommageront le réseau, alors que la demande d’électricité augmentera pour alimenter les véhicules électriques.

Même si cette situation est douloureuse à court terme pour les consommateurs, les crises énergétiques justifient encore plus l’accélération de la transition énergétique et non pas son ralentissement, assure James Henderson. Face à une facture de gaz aussi élevée, le coût de l’énergie verte semble tout à coup plus acceptable — ce qui, après tout, est précisément l’objectif des taxes carbone.

De même, le renchérissement du gaz incite au développement de nouvelles infrastructures dédiées au GNL qui pourraient permettre d’enrayer les futures pénuries. La baisse des cours du pétrole vers 2014-2015 a aussi contribué à la pénurie actuelle, car il faut environ cinq ans pour qu’un site d’exploitation du GNL soit opérationnel, détaille Nikos Tsafos.

Plusieurs pays européens ont diminué les taxes sur l’énergie

Les gouvernements disposent de plusieurs options pour atténuer les effets de la crise. Plusieurs pays européens ont diminué les taxes sur l’énergie et plafonné les prix, bien que cela ait entraîné la faillite de certains [petits] fournisseurs d’énergie, notamment au Royaume-Uni.

Ils pourraient également réformer les marchés de l’électricité pour rémunérer davantage les meilleurs fournisseurs, et soutenir le développement d’infrastructures de transport et de stockage, de compteurs “intelligents” et d’autres technologies permettant de maîtriser la demande. Et comme l’a suggéré Kadri Simson, la commissaire européenne à l’Énergie, le 28 septembre, les recettes des taxes carbone pourraient être redistribuées aux ménages les plus modestes sous forme de subventions.

“Mais peut-on faire cela sans altérer l’important signal prix qui est nécessaire à la transition énergétique? s’interroge Nikos Tsafos.

Le prix élevé du COest une caractéristique du système, et non pas un bug, donc on ne peut pas simplement compenser la hausse des prix à tous les niveaux. Il faut agir de façon très ciblée pour aider les consommateurs qui en ont vraiment besoin.”

Quelle que soit l’évolution des prix de l’énergie, il est indispensable de les placer dans le contexte, plus large, des répercussions du changement climatique, ajoute James Henderson. Si l’on renonçait à la transition énergétique, le coût serait bien plus élevé pour l’économie mondiale. “La valeur nette de tout cela est très probablement positive”, conclut-il.

Source Courrier Interrnational

Présidentielle 2022 : LREM muscle sa campagne pour vanter le bilan de Macron - Le Parisien

Le troisième tract de LREM défendant la politique économique et sociale d'Emmanuel Macron.
Au siège flambant neuf de la République en marche (LREM) à Paris, on décline les tracts comme les couleurs. Déjà en campagne pour la réélection d’Emmanuel Macron, qui ne s’est pas encore déclaré candidat officiellement à sa succession, le mouvement présidentiel arrose depuis début septembre les marchés de feuillets thématiques pour vanter l’action du président à quelques mois de l’élection présidentielle.

Tiré à un million d’exemplaires, le premier tract, « 5 ans de + », sur fond rose, se concentrait sur le bilan général du chef de l’État. Le parti en a déjà écoulé 500 000, selon les derniers comptes réalisés avant le campus de la majorité qui s’est déroulé le week-end dernier à Avignon (Vaucluse). Le second tract, de couleur bleue, était cette fois destiné aux « jeunes ».

Sondage exclusif : Zemmour distance Bertrand et Pécresse, la gauche toujours morcelée

Les sondages sont disséqués, discutés, contestés ? L’étude* réalisée par Odoxa pour « l’Obs » devrait rassurer les plus sceptiques. Quelque 3 010 Français âgés de 18 ans, dont 2 663 inscrits sur les listes électorales et 1 856 certains d’aller voter, ont été sondés du 5 au 11 octobre. Une telle cohorte représente un échantillon deux à trois fois supérieur à ceux habituellement utilisés dans d’autres études couramment publiées.

14/10/2021

Un point sur la hausse des prix par Bruno Bertez sur Agora

Où en est-on avec la hausse des prix ? L’inflation est-elle effectivement temporaire, comme l’affirmaient les autorités, ou bien va-t-elle s’installer ? Nous faisons un point sur la situation.

Je ne veux pas radoter, mais il faut bien que de temps à autre je reprécise ma position sur l’inflation – ou plutôt sur la hausse des prix des biens, des services et des salaires.

La situation fondamentale est et reste déflationniste. La valeur des choses reste orientée à la baisse par suite des gains de productivité et de la concurrence internationale. La suraccumulation de capital productif et de poids mort accroît la contrainte de profit – et la contrainte de profit est déflationniste, puisqu’elle conduit à renoncer à beaucoup d’investissements productifs. On n’investit pas en dessous d’un certain taux de profit. Le capital fait la grève.

Rappel: Macron est un psychopathe par Adriano Sagatori pyschiatre italien

 


Bilan du quinqennat: mystère de la personnalité d'Emmanuel Macron, par Marcel Gauchet

Chapitre inédit : le mystère de la personnalité d'Emmanuel Macron, par Marcel Gauchet dans "comprendre le malheur français"

Par ses choix de vie et son tempérament, le président est à la fois un personnage transgressif et un enfant de l'époque. Marcel Gauchet se penche sur le "mystère Macron" dans un chapitre non publié de son livre. Le voici en exclusivité.

On trouvera ici un chapitre inédit de Macron, les leçons d'un échec, paru le 6 octobre aux éditions Stock. Il était initialement prévu dans le plan de l'ouvrage mais, après réflexion, Marcel Gauchet et ses co-auteurs, le journaliste Eric Conan et le philosophe François Azouvi, ont choisi de l'écarter, afin de se concentrer exclusivement sur les faits et les actes du quinquennat. Le "mystère Macron" n'en conserve pas moins son intérêt, en arrière-plan. C'est pourquoi nous sommes heureux de le proposer en exclusivité à nos lecteurs. L'ouvrage étant un livre d'entretien, le chapitre inédit en conserve bien entendu le format.

Patrick Artus, économiste chez Natixis, admet ne pas être « très rassuré » sur le futur de la reprise économique

Patrick Artus, économiste chez Natixis, n'est pas « très rassuré » sur le futur de la reprise économique

A la question de savoir si, aujourd’hui, des menaces pèsent sur la reprise économique mondiale, le chef économiste de la banque Natixis estime que oui. Pas en raison de la flambée des prix de l’énergie et des matières premières, passagère semble-t-il, mais potentiellement à cause de la « grosse contraction » des déficits attendue, aux Etats-Unis en particulier. 

Vaccins: une histoire mouvementée.

 Quand la technique de la variolisation – qui consiste à inoculer le virus de la variole – apparaît en Europe dans la première moitié du XVIIIe siècle, sur quels fondements est-elle décriée ? 

Il y a tout d'abord des arguments culturels : comme c’est une femme, Lady Montagu, qui a importé d’Orient cette pratique, certains disent « ce sont des remèdes de bonnes femmes », « ce n’est pas de la vraie médecine », ou encore « ça ne marchera pas sous notre climat ».

Macron: "le traître et le néant"

« Le traître et le néant »: RMC a pu lire le livre qui fait peur à l'Elysée en avant-première  
 
Ce livre va-t-il changer le cours de la campagne du président de la République? 

Christian Jacob: «Édouard Philippe a mis le feu à la France»

ENTRETIEN - Le président des Républicains se réjouit du «rassemblement» à droite avant le congrès.

LE FIGARO.- On vous a peu entendu ces dernières semaines. Pourquoi ce silence?

Christian JACOB.- Mon objectif, depuis le départ, a toujours été de construire le rassemblement. Ce ne sont pas les grandes déclarations, les interviews qui permettent d’y arriver. L’important était de rencontrer les candidats, de pouvoir discuter avec eux en confiance. Les décisions ont ensuite été prises en bureau politique. C’est là que ça se décide, collectivement.

10/10/2021

L’Occident n’est pas mort, ses idées inspirent les régimes autoritaires

 

Source: courrierinternational.com par John N. Gray philosophe 

 Non, nous ne vivons pas dans un monde post-occidental : en Chine, en Russie et ailleurs, ce sont des idéologies venues d’Occident qui dominent, assure le philosophe britannique John Gray. Un article extrait de notre hors-série Comment le monde a basculé.

Le repli de l’Occident a commencé avec la chute du communisme, en 1989. Privées de tout sens des réalités, nos élites triomphantes cherchèrent alors par une série d’initiatives à refaire le monde à leur image, abandonnant au passage plusieurs régions du monde parmi les plus essentielles stratégiquement parlant. Elles ont voulu exporter leur système politique, et le résultat est là aujourd’hui : les pays occidentaux sont plus faibles et plus menacés que jamais ils ne l’ont été durant la guerre froide.

Éric Zemmour = le RPR ? Et si le trublion de la présidentielle 2022 se trompait dans son équation politique

Eric Zemmour se définit comme le fils spirituel du RPR. Est-ce vraiment ce qu'il incarne ? Vouloir résumer la droite au RPR et se rapprocher de la figure tutélaire du général de Gaulle est, pour le moment, le programme de l'essayiste. Est-ce réellement l'état et la définition de la droite ?

Source Atlantico Guillaume Bernard
Guillaume Bernard, docteur et habilité à diriger des recherches en histoire des institutions et des idées politiques, est maître de conférences à l'ICES (Institut Catholique d'Études Supérieures).

Algérie Uranium du Hoggar

C’est à partir de 1954 que le CEA (Commissariat  à l’Energie Atomique) français avec  la  collaboration  du  BRMA  (Bureau  de  Rec herche  Minière  en  Algérie)  a  lancé  le   premier programme d’exploration de l’uranium au Hoggar; ce qui a permis de mettre  en   évidence   de   timides   indices   (El   Bema,    Furon,   Timgaouine...)   sans   intérêt    économique.   En 1969, la  SONAREM  (Société Nationale de Recherche  et d’Exploitation Minière) a  entamé  pour  la  première  fois  des  travaux  de  reconnaissance  générale  sur  l’uranium   qui ont ciblé la vérification des  indices déjà connus mais aussi les formations du socle  précambrien ainsi que les terrains sédimentaires paléozoïques qui le ceinturent.   Suite...

Plus sur l'uranium de Tamanrasset.

03/10/2021

Sondage Zemmour 15% il talonne Marine Le Pen

Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron en tête des intentions de vote au 1er tour, Éric Zemmour talonne Marine Le Pen pour la deuxième place, selon notre sondage VOIR. 

Est ce que la France décline? lu sur Quota

Je n'ai pas l'impression que la France est en déclin. La France est un pays de 67 millions d'habitants qui a le 6ème PIB mondial; c'est une grande puissance militaire, elle possède l'arme nucléaire, et elle est membre du conseil de sécurité permanent de l'ONU. Pour un petit pays de 67 millions d'habitants, c'est assez remarquable. Petit pays comparé ici aux géants que sont la Chine, les Etats-Unis, l'Inde ou la Rus La France n'a aucune raison d'avoir honte de sa position. L'impression d'être en décli vient peut-être des Français eux-mêmes qui ne cessent de parler du déclin de la France, ayant cette vieille illusion que la France pourrait encore se battre avec l'Amérique ou la Chine. A mon avis, la France est à sa place. Si la France veut continuer à avoir une réelle influence sur la scène mondiale, c'est via l'Union européenne que cela se fera. Pour cela, nous devons continuer à travailler avec nos partenaires pour renforcer l'Union européenne dans divers domaines, notamment dans le domaine de la défense. L'accord AUKUS nous a montré que les intérêts américains sont désormais ailleurs et que l'Europe doit s'organiser pour défendre ses intérêts.

Les centrales nucléaires sont-elles trop vulnérables face au dérèglement climatique?

LA VÉRIFICATION
- La hausse des températures et la baisse de débit des cours d'eau menacent leur sécurité et leur productivité, assurent les pourfendeurs de l'atome.

LA QUESTION. L'énergie nucléaire, qui permet de produire de l'électricité peu carbonée, est considérée par ses défenseurs comme un levier indispensable pour atteindre la neutralité carbone d'ici à la moitié du siècle et limiter ainsi l'impact du réchauffement climatique. Mais son exploitation est-elle elle-même adaptée au dérèglement déjà en cours ? Lors de l'émission «C ce soir» sur France5, Mathilde Panot, députée LFI du Val-de-Marne, a assuré le 28 septembre que ce n'était pas le cas, notamment parce qu'il faut refroidir les réacteurs nucléaires et «qu'on sait par exemple que le Rhône va voir son débit baisser de 40%. Et que chaque été on ferme des réacteurs parce qu'on doit les refroidir.»

Eric Zemmour – Notre souveraineté énergétique passe par un renouveau du nucléaire

Nucléaire:  Eric Zemmour se met aussi  à défendre la filière nucléaire française. Je vois qu'il a vu le reportage du Figaro et surtout le démêlé du vrai et du faux après l'entretien de Jean-Jacques Bourdin avec Yannick Jadot et Sandrine Rousseau. Eric Zemmour voit juste et s'attire sûrement des sympathisants.
 
La politique énergétique française a eu ses grandes heures de gloire avec le développement des barrages hydroélectriques, d’un réseau de transport et de distribution d’électricité fondé sur le principe de péréquation tarifaire et surtout, sous l’impulsion du général de Gaulle, de Georges Pompidou et de Valéry Giscard d’Estaing, la construction du deuxième parc de centrales nucléaires au monde après les États-Unis. Cette politique s’est appuyée sur des entreprises publiques fortes (EDF, GDF, Framatome, Orano, RTE, Enedis) et sur une direction puissante de l’administration, la Direction générale de l’énergie et des matières premières (DGEMP), rattachée au ministre en charge de l’Industrie jusqu’en 2007.

Sur le Nucléaire: Yannick Jadot et Sandrine Rousseau avec Jean-Jacques Bourdin: démêler le vrai du faux

Primaire écologiste et énergie nucléaire : le vrai/faux | toutes les infos par la Revue Générale Nucléaire 
Vendredi 24 septembre 2021, le journaliste Jean-Jacques Bourdin recevait Yannick Jadot, eurodéputé écologiste, et Sandrine Rousseau, ancienne secrétaire nationale adjointe d’EELV, dans "L’ultime débat" sur BFMTV et RMC. Chacun s’est exprimé sur l’énergie nucléaire en France. Il s’agit ici pour la Sfen de démêler le vrai du faux.   Suite...