22/10/2020

« Google, vers un démantèlement ? lois antitrust activées aux Etats-Unis !

« Google, vers un démantèlement ? Les lois antitrust activées aux Etats-Unis ! » L’édito de Charles SANNAT
Le 8 octobre dernier je vous parlais dans un article d’un rapport des députés américains (démocrates) qui avaient une furieuse envie de démanteler les GAFA qui prenaient trop de place. Quelques jours plus tard, l’offensive est désormais lancée, avec Google qui fait l’objet d’une enquête pour abus de position dominante comme on dirait chez nous.

Pierre Lelouche ancien député et secrétaire d'Etat: aux racines du mal

L'ancien député et secrétaire d'Etat Pierre Lellouche revient sur l'attentat qui tué l'enseignant Samuel Paty et décrit les racines du mal, selon lui, à commencer par un laisser-faire de la France vis-à-vis des "convulsions de l'islam".

Deux heures après l'atroce décapitation de Samuel Paty sur un trottoir de banlieue, vendredi 16 octobre en fin d'après-midi, des foules de jeunes bobos parisiens « teuffaient » à la terrasse des cafés parisiens, savourant leur « dernier verre », avant l'imposition prévue pour le lendemain du « couvre-feu » présidentiel, énième épisode de la « guerre « de Macron contre le Covid. Et le lendemain samedi, plusieurs milliers de « sans papiers », c'est-à-dire d'immigrants illégaux, dûment escortés d'élus d'extrême gauche ou écolos (en vérité les mêmes), défilaient en plein Paris pour exiger des papiers, des logements et l'ouverture des frontières pour tous les migrants.

"Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages", dénonce Jean-Michel Blanquer

Moins d'une semaine après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, au cours duquel Samuel Paty professeur d'histoire-géographie a été assassiné pour avoir montré des caricatures de Mahomet en classe, le gouvernement a décidé d'une série d'actions contre l'islamisme radical. Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a même dénoncé les rayons alimentaires halal ou casher, préludes selon lui au communautarisme. "On doit être attentif aux petits faits de notre vie collective. Mais moi, je pense surtout aux complicités intellectuelles du terrorisme. Notre société a été beaucoup trop perméable à des courants de pensée", réagit sur Europe 1 Jean-Michel Blanquer. 

21/10/2020

la décapitation de Samuel Paty: voici la relation de l'évènement par Al Jazeera

 

The grisly killing, in which an 18-year-old of Chechen origin beheaded Paty in broad daylight outside his school in a middle-class Paris suburb, has left the country reeling. Seven people, including two minors, were handed over to a judge overnight as part of an ongoing investigation into Friday’s murder of French teacher Samuel Paty, an official from the anti-terrorist prosecutor’s office said. Read more...

Le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard a fait un point lors d'une conférence mercredi 21 octobre sur l'enquête après l'assassinat de Samuel Paty.

Le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard a fait un point lors d'une conférence mercredi 21 octobre sur l'enquête après l'assassinat de Samuel Paty par Abdoullakh Anzorov à Conflans-Sainte-Honorine. Depuis le début de l'enquête, 16 personnes ont été placées en garde à vue, dont cinq mineurs. Une enquête a été ouverte pour "complicité d'assassinat terroriste". Voici ce qu'il faut retenir :
  • Le tueur a été aidé par des collégiens

Robert Badinter salue la mémoire du « héros » Samuel Paty et demande à ce « qu’on ne se déchire pas »

Invité de la matinale de France-Inter ce mercredi 21 octobre, à quelques heures de l’hommage national rendu à Samuel Paty, Robert Badinter a rendu hommage au professeur de collège assassiné vendredi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). L’ancien garde des Sceaux, âgé de 92 ans, a formulé l’éloge d’un « héros de la liberté » : « Un héros tranquille, anonyme, comme il y en a
« En cette période d’épreuve et de deuil national, je tiens à saluer la mémoire d’un homme qui à sa manière, est pour moi un héros tranquille.

Qui est Brahim C. père d'une élève de la classe de Samuel Paty, qui a lancé la contestation et diffusé le nom de l'enseignant, décapité ce 16 octobre.

Brahim C., père d'une élève de la classe de Samuel Paty, a lancé la contestation et diffusé le nom de l'enseignant, décapité ce 16 octobre. Son récit contient plusieurs fausses affirmations, et son activité en ligne montre un homme très religieux, voire prosélyte.

Ancien premier ministre et ex ministre de l'éducation nationale en 2004, François Fillon sort de son silence

François Fillon
Pour François Fillon, la France fait face à «une crise de société» et «une guerre de longue durée»François Fillon avait écrit Vaincre le totalitarisme islamique en septembre 2016. Quatre ans plus tard, et au lendemain de l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, l'ancien premier ministre sort de son silence, dans l'hebdomadaire L'Express , pour livrer son analyse face à la propagation de l'islam radical en France et avoir «le courage de dire qu'il y a un problème avec la religion musulmane, et non les autres».

La liberté d’enseigner est-elle en danger ? Des profs témoignent

Un prof est mort. Les enseignants sont abasourdis, scotchés, bouleversés... tout le registre de la sidération y passe. Mais ils n’ont pas peur. Ça ne sert à rien la peur », dit Elise (le prénom a été changé), prof d’histoire en collège populaire dans le centre de la France. Dès vendredi soir, j’ai laissé un message à mes élèves et je réfléchis déjà à ce que je vais leur dire à la rentrée. Benjamin, jeune prof de philo remplaçant dans les lycées du Val-d’Oise, vanné par son quotidien, a trouvé, lui, dans la tragédie un nouveau moteur. Je ne vais pas changer le monde. Mais à la rentrée, je mettrai le sujet de la liberté d’expression au centre de la pièce

Le blasphème - Un délit politique plus que religieux - Herodote.net

Le blasphème (injures impliquant Dieu et ses saints) et le  sacrilège (profanation d'objets sacrés) n'ont jamais été formellement réprimés par l'Église catholique. C'est seulement à la fin du Moyen Âge et à partir du XVIe siècle, avec l'émergence des États nationaux, que les gouvernants ont vu l'intérêt d'instrumentaliser ces délits à des fins personnelles ou politiques.

Depuis la fatwa lancée en 1989 contre l’écrivain britannique Salman Rushdie, le blasphème est remis en cause en Occident par des extrémistes musulmans.

Oui au séparatisme. Le Point par Kamel Daoud

A
u discours de Macron sur le séparatisme islamiste, les réactions ont été nombreuses, comme attendu. Mais les plus fascinantes sont celles des non-Français rétifs à l’idée d’un islam de France structuré, soumis à la loi et pensé librement, qui leur fait pousser de grands cris. La raison ? Des raisons. Ainsi, dans l’élan de sa mythologie d’incarnation de l’islam mondial, Erdogan a été le premier à s’insurger : « provocation », délit d’« impertinence » et procès en légitimité qualifient, selon lui, le discours de Macron. On peut facilement saisir le sens de cette réaction. Erdogan travaille depuis maintenant des décennies l’idée sous-entendue d’une représentation mondiale de l’islam et du retour, en mode soft, d’une conception du califat.

L'Observatoire de la laïcité dans la tourmente: un organe consultatif abonné aux polémiques

La sanction est donc tombée. Matignon confirme ce mardi 20 octobre soir les changements à venir à la tête de l'Observatoire de la laïcité, organisme consultatif chargé «d'assister le gouvernement dans son action visant au respect du principe de laïcité en France». Ce communiqué fait suite à un article du Point publié la veille, révélant le limogeage prochain de Nicolas Cadène, rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité.

20/10/2020

Macron veut durcir le projet de loi contre l’islam radical : « la peur va changer de camp »

Emmanuel Macron et son gouvernement promettent désormais des réponses politiques « à court et moyen terme » après l’assassinat du professeur Samuel Paty, auquel plusieurs dizaines de milliers de personnes ont rendu hommage dimanche. Le président de la République l’a martelé, martial, lors d’un conseil de défense : « La peur va changer de camp » et « les islamistes ne doivent pas pouvoir dormir tranquilles dans notre pays », a rapporté l’Elysée.

"Etat profond" : du complotisme à la prise d'otage, retour sur quelques usages d'une expression inflammable

La traduction du "deep state" à l'usage très répandu aux Etats-Unis a franchi les frontières complotistes pour irriguer jusque chez Emmanuel Macron. Le signe que l'Etat profond est une réalité bien de chez nous, ou plutôt un épouvantail utile pour jouer un coup à plusieurs bandes ? Lire la suite sur  France Culture 

Les jeunes musulmans français et la liberté de critiquer la religion - Telos

 Le 16 octobre 2020 un jeune réfugié tchétchène décapitait un enseignant d’histoire-géographie d’un lycée des Yvelines, pour avoir présenté à ses élèves des dessins de Mahomet. Parmi les dessins présentés dans le cadre de ce cours sur la liberté d’expression, figurait apparemment la fameuse couverture « Tout est pardonné » que Charlie Hebdo a publiée le 14 janvier 2015, suite à l’attentat islamiste qui a coûté la vie à douze personnes. Figurait aussi un dessin satirique publié à l’intérieur de ce même journal le 19 septembre 2012, suite aux violences qui, à l’époque déjà, étaient survenues dans le monde musulman et avaient coûté la vie à plus d’une cinquantaine de personnes (dont plusieurs diplomates américains), en lien avec un court-métrage accusé de blasphème et d’offense aux sentiments religieux des musulmans. Source Telos par Jean-François Mignot