mardi, septembre 27, 2016

L'actualité demande de commenter: l'histoire des harkis



Histoire des harkis

L'abandon des harkis par l'État français et les consignes données par les pouvoirs publics de n'effectuer aucun rapatriement massif de supplétifs ont été considérés par Maurice Allais comme « une des plus grandes ignominies, une des plus grandes hontes de toute l'Histoire de France ». De même, Dominique Schnapper, fille de l'intellectuel français Raymond Aron, écrira : « L'épisode des harkis constitue une des pages honteuses de l'histoire de France, comme l'ont été l'instauration du Statut des juifs ou la rafle du Vel d'Hiv ». Pour Pierre Montagnon, si cette assertion n'est pas sans fondement, l'Armée française de 1962 sort toutefois de ce drame moins « salie » que l'administration française de 1940 à 1944. En effet, en 1962, des officiers se sont opposés aux ordres des pouvoirs publics français, ont enfreint les instructions et plusieurs milliers de harkis ont pu être sauvés d'une mort certaine, certains rejoignant même l'OAS. De nombreux cadres ont également démissionné, « ne voulant pas cautionner une telle ignominie » Mon camarade de promotion Louis Letoux avait vécu cette ignominie; il en a témoigné avec force et émotion durant toutes les années d'après les accords d'Evian.  Je lui rends hommage ici.  Lire la suite sur Wikipedia.

Plus: Abandon des harkis

Harkis : responsabilité de la France?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.