26/07/2020

22 éoliennes à Artigues et Ollières dans le Var: puissance 48.4MW

 Une pétition change.org circule sur le net et les réseaux sociaux contre la suite de la construction en cours des 22 éoliennes sur les communes d'Artigues et d'Ollières  à proximité de la montagne Sainte Victoire. Ce projet date du milieu des années 2000 et s'inscrit dans la volonté du gouvernement français d'augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique à 40% en 2030. Ce projet a été conçu dans ce cadre incitatif de l'état   par la société Eco-Delta de la Ciotat. Pour ce projet, Eco-Delta a créé une société en association avec la caisse des dépôts et consignation à 80/20% nommée Provencialis. Suite....

Climat, l’alerte impossible ? Entretien avec Jean-Pierre Payot

 Compte tenu de la teneur des rapports du GIEC, pourquoi avons-nous tant de mal à entendre vraiment les messages d’alerte sur le climat et l’environnement ? Pourquoi nos réactions collectives et individuelles restent-elle, en définitive, si limitées ? A l’heure des tentatives de relance (vers quoi ?), il est important de donner la parole à Jean-Pierre Payot, auteur de « Climat, l’alerte impossible », éd. L’Harmattan. Il répond à Sylvie Blanchet pour Diploweb.com    Suite... 

25/07/2020

Total Patrick Pouyanné PdG: GRAND ENTRETIEN via LePoint

On l'a connu il y a quelques années, lorsqu'il dirigeait la branche raffinage-chimie de Total. Il devait la faire revenir à la rentabilité, d'où sa réputation de restructurateur. Sauf qu'il n'est pas que cela. Fin 2014, après l'accident d'avion qui a coûté la vie à Christophe de Margerie, Pouyanné devient le patron du géant mondial de l'énergie. Une personnalité différente, mais une même curiosité pantagruélique. Pouyanné fréquente la planète entière, consulte des experts en tout genre, lit aussi compulsivement journaux de tous pays et notes de think tanks. Suite...

24/07/2020

L’économie circulaire, un élément d’une politique de reconstruction écologique – Le point de vue des conditions de travail et des risques professionnels

À la lecture de l’article Comment financer une politique ambitieuse de reconstruction écologique publié par Gaël Giraud, Nicolas Dufrêne et Pierre Gilbert sur le site de l’Institut Rousseau, ce ne sont pas tant ses aspects économiques que nous avons retenus (ils ne sont pas dans notre domaine de compétences) que l’utilisation du terme reconstruction. Il y a là en effet un écho aux réflexions que nous avait inspirées la réalisation récente d’un exercice de prospective consacré à l’économie circulaire (EC). Cette EC qui à coup sûr serait un des éléments importants dans la reconstruction écologique appelée de leurs vœux par les auteurs de l’Institut Rousseau.  Suite...

Plus: Ce que pense Gaël Giraud du plan de relance de Macron https://justpaste.it/1yoxe

22/07/2020

Thomas Porcher : « Pour le moment, le monde d’après c’est le monde d’avant en pire » | Alternatives Economiques

Le confinement a jeté une lumière crue sur la précarité vécue par des Français et sur la fragilité des services publics dont on vantait auparavant la qualité. Ces éléments, l’économiste Thomas Porcher les avait décrits dans son dernier livre Les délaissés (Fayard, 2020), retenu parmi les premières sélections pour trois prix (prix de l’écrit social, du livre d’économie et le prix lycéen lire l’économie).
Selon lui, le triptyque mondialisation-financiarisation-austérité a dégradé le niveau de vie de tous, du banlieusard à l’agriculteur en passant par le gilet jaune. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les cadres ne sont pas exempts de cette glissade économique. Tous ont, d’après l’auteur, intérêt à prendre conscience qu’ils sont touchés par le système tel qu’il est. Mais les discours individualistes et culpabilisateurs entretiennent la division, que la récession et la montée du chômage vont alimenter.  Suite via Alternatives économiques

Golfe persique: les experts sonnent l'alarme sur les réacteurs nucléaires des Emirats Arabes Unis Al jazeera

La centrale nucléaire de Barakah est située sur la côte du golfe Persique des Émirats arabes unis dans la région occidentale de l'Émirat d'Abou Dabi, à environ 55 km à l'ouest de la ville de Ruwais et à 250 km à l'ouest de la ville d'Abou Dabi. Carte.

En mars, les Émirats arabes unis ont fini de charger des barres de combustible dans l'un des quatre tout nouveaux réacteurs nucléaires de la centrale nucléaire de Barakah - le premier de la péninsule arabique [Dossier: Centrale nucléaire de Barakah / Google]

20/07/2020

Nice Smart Valley: des innovations pour s'adapter au changement climatique

Ce billet m'est suggéré par le  lancement en janvier 2019, de  l’unité de cogénération de Schneider Electric, sur son site de production d'automatismes «Horizon» de Carros . Cette unité permet de produire conjointement de l’électricité et de la chaleur à partir du gaz naturel.  Suite...

19/07/2020

[États-Uniques] Un conte de deux Amérique

Il  n’y a pas une, mais deux Amériques : celle qui voit Donald Trump comme un semeur de haine et celle qui le voit comme un patriote. Ces deux visions irréconciliables, déjà présentes lors de la campagne électorale de 2016, se sont encore aggravées pendant les quatre ans de mandat de Trump.
Princesse Ivanka et les haricots magiques. La fille et conseillère de Donald Trump a été épinglée cette semaine pour avoir indûment fait la promotion de la marque Goya, une marque très prisée de la communauté latino aux États-Unis. Le PDG de cette entreprise, Robert Unaue, avait loué le président Trump lors d’une visite à la Maison-Blanche, le 9 juillet, déclenchant un mouvement de boycott de ses produits. Ivanka a jugé bon de voler à sa rescousse en postant une photo d’elle, furieusement kitsch, sur Twitter avec une boîte de haricots à la main. Ce faisant elle a violé le code fédéral qui inetrdit aux conseillers du gouvernement d’utiliser ou de permettre l’utilisation de leur position ou titre au sein du gouvernement ou de toute autorité associée à leur fonction publique pour promouvoir un produit. <br />
“Si ce n’est pas éthique, c’est forcément signé Trump”. Dessin de Weyant paru dans le Boston Globe / Cagle Cartoons
Tant est si bien que les deux discours prononcés par le locataire de la Maison-Blanche les 3 et 4 juillet dernier, à l’occasion de la fête nationale américaine, peuvent être considérés comme un cas d’école, une sorte de test de Rorschach à l’échelle de la nation américaine où les citoyens, selon le camp dans lequel ils se situent, n’entendent plus du tout la même chose.

10/07/2020

Retour du dossier Retraites. Un édito de Claude Weil sur Var Matin


Si gouverner, c'est choisir entre des inconvénients, le dossier des retraites en est un exemple chimiquement pur. On s'en souvient : le 16 mars, en même temps qu'il annonçait le confinement du pays, Édouard Philippe suspendait la réforme qui venait tout juste d'être adoptée par les députés, au forceps du 49-3. Suspendre ne veut pas dire abandonner. C'était un cessez-le-feu, pas la fin des combats. Il était écrit que le projet qui avait déchiré le pays pendant quinze semaines reviendrait un jour sur le tapis. Rien n'indique qu'il ait perdu de sa capacité à embraser les esprits. La suite via Var Matin

Xerfi Canal, la revue audiovisuelle de l’économie, la stratégie et du management


Lire la transcription....

Apocalypse Never; un livre de Michaël Shellenberger: point de vue: un entretien avec le Point

Dans un monde où la défense de l'environnement rime souvent avec la critique de la croissance et de la technologie, l'écologiste américain Michael Shellenberger détonne. Infatigable défenseur du nucléaire, dont il rappelle à raison qu'il s'agit de la source d'énergie la moins polluante, il prône une approche rationnelle des débats environnementaux. Ce que confirme son dernier livre, Apocalypse Never, où il passe au crible, avec force données, les affirmations alarmistes des militants de l'environnement. Non seulement l'homme n'est pas l'ennemi de la nature, montre-t-il, mais la fin des temps n'est pas encore pour demain. Alors que le second réacteur de la centrale nucléaire de Fessenheim vient de s'éteindre, sacrifié sur l'autel de petits arrangements politiques, on espère que Shellenberger sera lu et entendu, d'autant qu'il semble capable de faire des miracles : l'ancienne porte-parole d'Extinction Rebellion UK, Zion Lights, vient en effet de rejoindre l'organisation qu'il a créée, Environnemental Progress…

Ne nous parlez plus de transition écologique: un article de Reporterre.

Au vu des 16 considérations  suivantes, nous déclarons que nous ne voulons plus, désormais, entendre parler de transition. Qu’est advenue l’ère de l’écologie sans transition !

1. L’idée de transition n’est apparue qu’assez récemment. Dans les années 1970, au moment des chocs pétroliers, on parlait plutôt de « crise énergétique ». Mais l’idée d’un manque d’hydrocarbures était une perspective trop anxiogène. On sait aujourd’hui à quel point l’augmentation du prix à la pompe a tendance à susciter des révoltes. Le terme de « crise énergétique » est donc remplacé à la fin des années 1970 par celui de « transition énergétique » sous l’influence d’institutions gouvernementales et d’organisations internationales.

EPR la polémique relancée par un rapport de la Cour des Comptes: Nicolas Doze de BFM Business nous donne son résumé




Toute la presse et l'internet ici sur le rapport de la Cour des Comptes
mais aussi le rapport de Jean-Martin Folz
et  toutes les vidéos YouTube sur les EPR (France, Finlande, Grande Bretagne)... et ceux de la Chine, un succès!!! 

09/07/2020

Jean Marc Jancovici aux journées d'Aix- Agir face aux dérèglement climatique

La Cour des comptes ne mâche pas ses mots sur la filière EPR, le réacteur nucléaire de troisième génération


 « Echec opérationnel » et « dérive des coûts » : la gestion de l'EPR, réacteur nucléaire de troisième génération, est décriée par la Cour de comptes. Selon les calculs des magistrats, le coût total du chantier du réacteur de Flamanville, s'élève à 19,1 milliards d'euros, et non 12,4 milliards, comme annoncé par EDF.

Source: Le Monde Par Nabil Wakim et  Perrine Mouterde Publié le 9/7/2020 à 11h30, mis à jour à 12h14

« Un échec opérationnel, des dérives de coûts et des délais considérables. » Dans un rapport rendu public jeudi 9 juillet, la Cour des comptes ne mâche pas ses mots sur la filière EPR, le réacteur nucléaire de troisième génération. L'instruction approfondie des magistrats, qui a duré dix-huit mois, critique le chantier catastrophique de Flamanville (Manche), l'incapacité de la filière nucléaire et de l'Etat à assurer le suivi des opérations et le développement international hasardeux du réacteur. La Cour interroge également l'avenir de l'EPR – sans toutefois mettre en cause la technologie elle-même.