10/07/2020

Retour du dossier Retraites. Un édito de Claude Weil sur Var Matin


Si gouverner, c'est choisir entre des inconvénients, le dossier des retraites en est un exemple chimiquement pur. On s'en souvient : le 16 mars, en même temps qu'il annonçait le confinement du pays, Édouard Philippe suspendait la réforme qui venait tout juste d'être adoptée par les députés, au forceps du 49-3. Suspendre ne veut pas dire abandonner. C'était un cessez-le-feu, pas la fin des combats. Il était écrit que le projet qui avait déchiré le pays pendant quinze semaines reviendrait un jour sur le tapis. Rien n'indique qu'il ait perdu de sa capacité à embraser les esprits. La suite via Var Matin

Xerfi Canal, la revue audiovisuelle de l’économie, la stratégie et du management


Lire la transcription....

Apocalypse Never; un livre de Michaël Shellenberger: point de vue: un entretien avec le Point

Dans un monde où la défense de l'environnement rime souvent avec la critique de la croissance et de la technologie, l'écologiste américain Michael Shellenberger détonne. Infatigable défenseur du nucléaire, dont il rappelle à raison qu'il s'agit de la source d'énergie la moins polluante, il prône une approche rationnelle des débats environnementaux. Ce que confirme son dernier livre, Apocalypse Never, où il passe au crible, avec force données, les affirmations alarmistes des militants de l'environnement. Non seulement l'homme n'est pas l'ennemi de la nature, montre-t-il, mais la fin des temps n'est pas encore pour demain. Alors que le second réacteur de la centrale nucléaire de Fessenheim vient de s'éteindre, sacrifié sur l'autel de petits arrangements politiques, on espère que Shellenberger sera lu et entendu, d'autant qu'il semble capable de faire des miracles : l'ancienne porte-parole d'Extinction Rebellion UK, Zion Lights, vient en effet de rejoindre l'organisation qu'il a créée, Environnemental Progress…

Ne nous parlez plus de transition écologique: un article de Reporterre.

Au vu des 16 considérations  suivantes, nous déclarons que nous ne voulons plus, désormais, entendre parler de transition. Qu’est advenue l’ère de l’écologie sans transition !

1. L’idée de transition n’est apparue qu’assez récemment. Dans les années 1970, au moment des chocs pétroliers, on parlait plutôt de « crise énergétique ». Mais l’idée d’un manque d’hydrocarbures était une perspective trop anxiogène. On sait aujourd’hui à quel point l’augmentation du prix à la pompe a tendance à susciter des révoltes. Le terme de « crise énergétique » est donc remplacé à la fin des années 1970 par celui de « transition énergétique » sous l’influence d’institutions gouvernementales et d’organisations internationales.

EPR la polémique relancée par un rapport de la Cour des Comptes: Nicolas Doze de BFM Business nous donne son résumé




Toute la presse et l'internet ici sur le rapport de la Cour des Comptes
mais aussi le rapport de Jean-Martin Folz
et  toutes les vidéos YouTube sur les EPR (France, Finlande, Grande Bretagne)... et ceux de la Chine, un succès!!! 

09/07/2020

Jean Marc Jancovici aux journées d'Aix- Agir face aux dérèglement climatique

La Cour des comptes ne mâche pas ses mots sur la filière EPR, le réacteur nucléaire de troisième génération


 « Echec opérationnel » et « dérive des coûts » : la gestion de l'EPR, réacteur nucléaire de troisième génération, est décriée par la Cour de comptes. Selon les calculs des magistrats, le coût total du chantier du réacteur de Flamanville, s'élève à 19,1 milliards d'euros, et non 12,4 milliards, comme annoncé par EDF.

Source: Le Monde Par Nabil Wakim et  Perrine Mouterde Publié le 9/7/2020 à 11h30, mis à jour à 12h14

« Un échec opérationnel, des dérives de coûts et des délais considérables. » Dans un rapport rendu public jeudi 9 juillet, la Cour des comptes ne mâche pas ses mots sur la filière EPR, le réacteur nucléaire de troisième génération. L'instruction approfondie des magistrats, qui a duré dix-huit mois, critique le chantier catastrophique de Flamanville (Manche), l'incapacité de la filière nucléaire et de l'Etat à assurer le suivi des opérations et le développement international hasardeux du réacteur. La Cour interroge également l'avenir de l'EPR – sans toutefois mettre en cause la technologie elle-même.

Covid 19: Nous aurons d'autres pandémies et il faut s'y préparer"

Pour réfléchir à la crise du Covid-19 et à la période qui lui succédera , franceinfo donne la parole à des intellectuels, experts et activistes. Pour ce quatrième épisode, nous avons interrogé le médecin Rony Brauman sur la gestion de la crise sanitaire et les leçons à en tirer. En évoquant son parcours, Rony Brauman glisse une note de modestie. Le médecin, âgé de 69 ans, n'ose pas se présenter comme "spécialiste" de l'épidémiologie. Plutôt comme un homme connaissant bien les épidémies, de par sa formation et son expérience de terrain. Pendant douze ans, de 1982 à 1994, ce fin connaisseur des maladies tropicales a présidé l'organisation humanitaire Médecins sans frontières (MSF). Il est aujourd'hui directeur d'études au sein du Centre de réflexion sur les actions et savoirs humanitaires (Crash) de MSF.

06/07/2020

Hubert vedrine: L'Europe est une sorte de paradis pour Bisounours, mais le monde, c'est Jurassic Park

ENTRETIEN avec Hubert Védrine. Dans « Et après ? », Hubert Védrine multiplie les propositions vertes pragmatiques et éreinte une gauche perdue dans ses rêveries décroissantes. Source Le Point  par Christophe Ono-dit-Biot et Géraldine Woessner
« Il n'est pas pire ignorant que celui qui ne veut pas savoir.? » Hubert Védrine est à l'attaque. 
Et, grande nouveauté, c'est sur le front de l'écologie. 

Vous cherchez un job? C'est par ici...

Vu la crise du Covid, la rentrée va être terrible, notamment pour les jeunes en quête de premier emploi. Voici un site qui peut vous aider.
Emploi en France - 527.000+ des nouvelles offres d'emploi |
JOOBLE

Macron a tort: la rentrée ne sera pas difficile, mais apocalyptique

Emmanuel Macron l’avait déjà laissé entendre le 14 juin, lors de sa dernière adresse télévisée à la nation. «Notre pays va connaître des faillites et des plans sociaux multiples en raison de l’arrêt de l’économie mondiale», avait prévenu le chef de l’État, en appelant déjà à une «reconstruction économique» de la France et promettant de «tout faire pour éviter au maximum les licenciements». Ce vendredi, dans son interview à la presse régionale, il a été encore plus clair: «la rentrée sera difficile et il faut s’y préparer».

Economie: transformation de ressources naturelles par la technologie et le travail. Et quid de la biodiversité?


Source Le Point par Guillaume Grallet

Éclairant. L’économiste Partha Dasgupta, qui s’apprête à rendre un rapport au gouvernement britannique, suggère de rendre la biodiversité payante et d’en limiter l’usage.


Attention dynamite ! Fin septembre, Partha Dasgupta, un chercheur de Cambridge né en 1942 à Dacca, territoire indien faisant aujourd’hui partie du Bangladesh, remettra un rapport au chancelier de l’Échiquier, le ministre des Finances britannique, sur la possibilité de concilier croissance économique et protection de la biodiversité.

Le Covid, révélateur de l’impasse populiste via Figaro Vox Nicolas Baverez


En 2008, le krach de la mondialisation fut endigué in extremis par le sauvetage du secteur financier, au prix de l’éclatement et de la paupérisation des classes moyennes. Elles provoquèrent dans les démocraties, à partir de 2016, une vague populiste. En 2020, l’épidémie de coronavirus fait à son tour la vérité sur les dirigeants populistes, jetant une lumière crue sur leur incompétence, leur irresponsabilité et leur inaptitude à gérer des crises.

04/07/2020

Cette semaine le Point sur Écologie : Les clowns, les vrais spécialistes et les autres…


Alors que l’environnement devient une cause centrale – et c’est heureux –, « Le Point » a enquêté pour distinguer le vrai du faux et l’urgent du délirant.

Vert. Le 29 juin, jardins de l’Élysée, Paris. Emmanuel Macron répond aux 150 membres de la Convention citoyenne sur le climat.

« Planet of the Humans », la diatribe de Michael Moore contre les énergies « vertes »

Centrales à biomasse, panneaux solaires, voitures électriques... Dans « Planet of humans », dont il est producteur, le cinéaste engagé Michael Moore déboulonne le mythe des énergies vertes. Mais il est critiqué par de nombreux écologistes. Disponible gratuitement en ligne, le documentaire montre que « la seule énergie propre, c’est de consommer moins d’énergie ».
Suite via Reporterre.