Entreprise. En Allemagne aussi, les jeunes veulent travailler autrement


 
Les jeunes Allemands ne croient plus à la valeur travail, regrette un chasseur de têtes dans la Süddeutsche Zeitung. Une journaliste lui répond dans le magazine en ligne Ze.tt.
Ah, cette jeunesse dissolue !

Royaume-Uni. Brexit : Boris Johnson tient ses élections anticipées: Des élections à l’issue incertaine

La Chambre des communes a approuvé la tenue d’élections législatives anticipées au Royaume-Uni. C’est la quatrième fois que le Premier ministre Boris Johnson, arrivé au 10 Downing Street en juillet, tentait d’obtenir ce vote. Il espère qu’une majorité plus large à l’issue du scrutin programmé le 12 décembre lui permettra de mener à bien le Brexit. La Chambre des lords doit à son tour approuver le texte mais le vote devrait être une formalité.

438 voix pour, 20 contre à la Chambre des communes mardi. Boris Johnson obtient enfin des élections anticipées, qu’il “a perçues comme une sortie du bourbier du Brexit quasiment depuis le moment où il est devenu Premier ministre”, note le New York Times, pour qui s’ouvre “une nouvelle phase dans l’odyssée du Brexit”.

Hystérie islamophobe: la presse étrangère ne comprend toujours pas la laïcité française.

La presse étrangère se montrait sceptique face au retrait du hidjab de running commercialisé par Decathlon. La question du voile en France et des débats qu’il suscite a toujours fait beaucoup réagir les journaux internationaux, qui peinent à comprendre la laïcité à la française. Petit tour dans les  archives de Courrier International..

NB: toutes nos fêtes sont des fêtes chretiennes ... Le 1er novembre la Toussaint et le lendemain le jour des morts. Alors pourquoi empêcher les musulmans de pratiquer leur religion au prétexte qu'il y a des attentats islamiques? 

Changement climatique: il est grand temps de paniquer

The age of climate panic is here. Last summer, a heat wave baked the entire Northern Hemisphere, killing dozens from Quebec to Japan. Some of the most destructive wildfires in California history turned more than a million acres to ash, along the way melting the tires and the sneakers of those trying to escape the flames. Pacific hurricanes forced three million people in China to flee and wiped away almost all of Hawaii’s East Island.
We are living today in a world that has warmed by just one degree Celsius (1.8 degrees Fahrenheit) since the late 1800s, when records began on a global scale. We are adding planet-warming carbon dioxide to the atmosphere at a rate faster than at any point in human history since the beginning of industrialization.  Suite...

Géologie: le Carbonifère...; l'ère de la formation des grands gisements de charbon; Pourquoi?

Le Carbonifère est un système géologique du Paléozoïque. Cette période géologique s'étend de -358,9 ± 0,4 à -298,9 ± 0,2 millions d'années (Ma) . Le Carbonifère suit le Dévonien et précède le Permien. Son nom provient des vastes couches de charbon qu’il a laissées en Europe de l'Ouest.  Ce billet est de la rubrique géologie.

Suite...

Voir mon fil rss Géologie

Chili Argentine gilets jaunes... quels rapports?

Voici 3 articles lus hier qui me semblent avoir des rapports... Les sociétés sont en en crise: le néolibéralisme prôné par le FMI, l'Europe et nos gouvernants n'a pas donné les résultats escomptés.

  1. Au Chili, les héritages de la dictature au cœur de la colère populaire
  2. Face à la crise sociale, les réponses inadaptées du gouvernement chilien
  3. Argentine 
  4. Avec les “gilets jaunes”, au cœur de la colère

Dimensions de la pauvreté en France : remise du rapport de recherche au gouvernement - ATD (Agir Tous pour la Dignité) Quart Monde

ATD Quart Monde, le Secours Catholique – Caritas France, l’Association des centres socio-culturels des 3 cités, à Poitiers, et une enseignante-chercheuse de l’Institut Catholique de Paris ont remis, le 17 octobre, à la ministre de la Transition écologique et solidaire un rapport sur les dimensions de la pauvreté en France. Objectif : défendre la création de nouveaux indicateurs de pauvreté et contribuer à l’élaboration de meilleures politiques de lutte contre la pauvreté.  Suite....

Politique. Le Rassemblement national surfe sur la vague verte

Le New York Times s’est rendu à Hénin-Beaumont, dans le nord de la France, où le parti de Marine Le Pen a compris l’intérêt qu’il peut y avoir à mener des initiatives écologiques.
Tout l’éclairage public d’Hénin-Beaumont va être équipé d’ampoules LED, plus respectueuses de l’environnement. Des agents municipaux vont venir chez les habitants pour planter gratuitement des arbres – une solution naturelle pour conserver la fraîcheur lors des vagues de chaleur, comme celles qui ont déferlé sur l’Europe l’été dernier. Des moutons broutent l’herbe d’un grand pré appartenant à la municipalité, dans le cadre d’une expérience d’“écopâturage”. Un panneau d’affichage urbain explique : “Moins de pollution, moins de bruit, moins de pesticides. Un pas de plus vers la protection de notre biodiversité.”
Non, ces mesures ne sont pas l’œuvre d’une mairie verte. Hénin-Beaumont est une municipalité Rassemblement national (RN), un parti devenu la principale force d’opposition du pays en faisant de la lutte contre l’immigration son cheval de bataille.

Xerfi Canal, la revue audiovisuelle de l’économie, la stratégie et du management



Voir aussi ma rubriique stagnation séculaire.

Carburants de synthèse, biocarburants, kérosène vert… De quoi parle-t-on exactement ?

Ces dernières années, de nouveaux types de carburants (« renouvelables », « verts » ou « alternatifs ») ont fait leur apparition, certains promettant un plus grand respect de l’environnement. Ces produits ont-ils vraiment différents des carburants traditionnels issus du pétrole ? Et est-il correct d’affirmer qu’un carburant est « vert » ? Voilà une problématique complexe qui nécessite d’abord de se mettre au point sur les mots. Suite...

Tendance. “Honte de prendre l'avion” : comment le “flygskam” est en train de changer nos habitudes

Le phénomène du “flygskam” ou “flight shame”, la “honte de prendre l’avion”, se répand en Europe comme aux États-Unis. Au point que les prévisions de croissance du trafic aérien doivent être révisées à la baisse. Selon une enquête de l’Union des banques suisses (UBS), les voyageurs commencent à tourner le dos au transport aérien au nom de la protection de l’environnement, rapporte le site d’information BBC Online. Si le succès rencontré par le phénomène dit du “flygskam” (selon le terme suédois), ou “honte de prendre l’avion”, se confirme, les prévisions de croissance du trafic aérien devront être divisées par deux, Suite...

Voici l'origine précise de l'Homo Sapiens, selon des chercheurs | Le Huffington Post

PALÉONTOLOGIE - La quête de l’origine de l’homme est presque aussi vieille que l’humanité. Si l’on sait depuis des décennies que l’homme moderne, Homo sapiens, a évolué en Afrique, le débat fait rage quant à sa localisation ou sa date d’émergence plus exacte.
Dans une nouvelle étude publiée dans Nature ce lundi 28 octobre, une équipe de chercheurs estime avoir une partie de la réponse.

Municipales : tous perdants ?

Selon une grande  étude Ipsos-Cevipof pour l'AMF publiée avant l'été, les Français placent en priorité, parmi les « critères pour faire confiance à un maire », son honnêteté, sa capacité à tenir des promesses et sa proximité avec les gens. Qu'il soit « de la même sensibilité politique » qu'eux n'est cité en premier que par 3 % des personnes interrogées (et par 7 % dans les deux premières réponses).    Suite...

Cri du coeur d'une femme excédée par les siens.... Fawzia Zouari,

Fawzia Zouari, auteure et journaliste tunisienne, docteur en littérature française de la Sorbonne, publié dans Jeune Afrique:
"Il y a des jours où je regrette d’être née arabe...
Les jours où je me réveille devant le spectacle de gueules hirsutes prêtes à massacrer au nom d’Allah et où je m’endors avec le bruit des explosions diffusées sur fond de versets coraniques.  Suite...

Islamisme international : qui a réussi quoi (et comment) dans le combat contre l’islam politique agressif ? | Atlantico.fr

Atlantico fait un panorama des luttes contre l’islamisme. Cette idéologie relativement récente, qui a notamment pris racine en Afrique du Nord durant la première moitié du XXème siècle, est-elle possible à contrecarrer grâce à une bonne gouvernance, un Etat providence... ou de la fermeté ?

Atlantico : La France se déchire à propos du port du voile et les divisions par rapport à l'islam politique se radicalisent. Face à un problème qui peut sembler insoluble, des enseignements peuvent être tirés du cas des pays du monde arabo-musulman, touché de manière large par l'islamisme. A l'heure actuelle, avec une influence importante des Frères Musulmans en Tunisie et un mouvement conservateur en Turquie, peut-on trouver des pays musulmans ayant su s'émanciper de l'islam politique ?  

Razika Adnani : Cette situation que provoque le port du voile est en effet préoccupante et inquiétante. Tout d’abord pour la femme étant donné que le port du voile soumet la femme à une pratique discriminatoire, patriarcale qui n’est pas digne de la France, de ses valeurs et de son histoire. Ensuite parce que le voile est un moyen de lutte politique qui a déjà des conséquences très négatives sur la situation de la femme notamment dans les quartiers à forte concentration musulmane. Beaucoup de femmes sont prise au piège par un discours qui leur dit : tu te voiles, tu es avec nous. Tu ne te voiles pas, tu es contre nous, ce qui est grave pour leur liberté et leur sécurité.

Cette situation est préoccupante et inquiétante pour la France également car comme vous dites, elle divise les Français, car le voile est devenu un moyen de combat politique. Vous savez si on revient à la théologie musulmane, le voile n’est ni un principe fondateur de l’islam ni un principe de la pratique de l’islam. Les principes fondateurs de l’islam sont la foi en l’existence d’un Dieu unique, la prophétie de Mohamed et la sacralité du Coran. Les principes de la pratique de l’islam sont la prière, l’aumône, le hadj et le jeûne. Autrement dit, selon la théologie musulmane, le port du voile n’est en rien une preuve d’une quelconque islamité de la personne d’autant plus qu’aucun verset n’impose explicitement la dissimulation des cheveux de la femme D’ailleurs il existait avant l’islam et on le retrouve dans d’autres cultures méditerranéennes.

Si le voile a pris autant d’importance, c’est parce d’une part, il est un symbole de la domination et du pouvoir des hommes sur les femmes. Voilà pourquoi les hommes musulmans sont les premiers à réagir dès lors que la question du voile est posée pour le défendre. D’autre part, le port du voile renvoie aux traditions et au conservatisme et l’islam politique est un conservatisme étant donné que son objectif consiste à établir une société conforme aux règles de l’islam et surtout au modèle des premiers musulmans. Ainsi si les musulmans qui sont dans le combat politique tiennent autant au port du voile, c’est parce qu’il représente pour eux un indice important de la réussite de leur mouvement politique. `Autant les femmes se voilent autant elles manifestent leur soumission au conservatisme.
Il y a aussi le fait que comme tout projet politique, l’islam politique ne s’exerce pas dans l’espace privé, mais dans l’espace public. De ce fait une femme voilée est plus efficace pour leur cause que 1000 hommes qui prient dans la mosquée ou qui jeûnent. Les hommes qui font la prière à la mosquée sont entre eux et dans un espace plutôt privé et le jeune ne se voient pas forcement sur les visages dans la rue. Alors que le voile est visible dans l’espace public et une femme voilée va partout avec son voile. Voilà, pourquoi le port du voile est important pour l’islam politique.

Quant à votre question, y a-t-il des pays musulmans qui ont pu s’émanciper de l’islam politique ? La situation politique et sociale de ces pays montre que non et cela pour deux raisons :
Parce que l’islam tel que la grande majorité des musulmans le conçoivent ne sépare pas le politique du religieux ou le spirituel du temporel. D’ailleurs les musulmans se sont très tôt posés la question de la définition de l’islam pour savoir s’il était une spiritualité seulement ou une spiritualité et une pratique sociale ? Pour savoir si être musulman consistait à avoir la foi seulement ou avoir la foi et se soumettre aux règles de la société musulmane ? Dans mon ouvrage Islam : quel problème ? Les défis de la réforme, j’ai présenté cette question de la définition de l’islam et du musulman comme la deuxième question principale de la pensée musulmane vu l’influence qu’elle a sur l’histoire de l’islam, sur ce qu’il est devenu et sur la manière d’être musulman.

Les musulmans ont fini par trancher pour un Islam qui est une spiritualité et une organisation sociale y compris les soufis qui ont revendiqué un islam spirituel. même s’ils ne sont pas dans le combat politique, ils sont finis eux aussi par reconnaître la charia comme partie intégrante de l’islam. Ainsi, pour la très grande majorité des musulmans l’Islam ne peut se réaliser sans sa dimension sociale.
Cela ne signifie pas que tous les musulmans sont dans un combat politique pour la réalisation de cette dimension sociale et politique de l’islam. Cependant, L’islam politique, celui qui est dans l’action politique, lui se fonde sur cette conception de l’islam pour convaincre les musulmans que d’avoir la foi ne suffit pas pour être musulman et qu’il faut se soumettre également aux règles de la société musulmane et que l’islam est religion et État. Il leur rappelle que le prophète était également un homme d’État. En effet, l'expérience réelle vécue par le Prophète lui-même à Médine montre qu’il était également un homme d’État. Les musulmans qui sont tous attachés à l’idée que la période prophétique est celle qui représente le vrai islam. Beaucoup finissent donc par se laisser convaincre par l’islam politique.

Enfin les pays musulmans qui revendiquent cet islam politique conservateur et rigoriste ont eu des moyens financiers qui leur ont permis de diffuser leur conception de l’islam. Trois éléments qui ont fait avorter le projet de sécularisation des société musulmanes.

 Si on passe en revue les stratégie étatiques pour lutter contre l’islamisme, notamment en Afrique du Nord, est-ce que celles qui cherchaient à resserrer l’étau de manière forte ont fonctionné ? Par exemple les politiques de Bourguiba, de Nasser ou d'Atatürk?

Kader Abderrahim : Non ça n’a pas fonctionné, car c’était des dictatures ou des régimes autoritairesÇa ne marche jamais, on le voit à l’oeuvre depuis un siècle maintenant en Egypte, puisque la confrérie des frères musulmans a été créée vers 1920 et la gestion essentiellement militaire ou sécuritaire n’a pas fonctionné: un siècle après, ils sont toujours là, présents. Loin d’avoir été éliminés ils constituent aujourd’hui des alternatives politiques au régime en place, à des régimes autoritaires ou dictatoriaux. C’est le cas en Egypte, en Tunisie, et dans beaucoup d’autres pays. S’il y avait des élections, ce serait probablement le cas aussi en Syrie. Et en Irak, etc. On pourrait multiplier les exemples.

La meilleure manière de lutter contre l’islam politique - je ne parle pas du terrorisme, qui est autre chose - c’est précisément d’avoir une bonne gouvernance, de garantir les libertés fondamentales, de renforcer l’état de droit, et de faire en sorte que la population connaisse des bienfaits sociaux qui lui permettent d’envisager autre chose comme alternative politique que celle exclusive des islamistes comme on le voit un peut partout aujourd’hui dans le monde arabe. Il faut se rendre à l’évidence, c’est un échec sur toute la ligne, partout. Je ne parle pas des états du Golfe, ou de l’Iran, qui sont des théocraties, avec lesquelles nous avons, nous européens, français, de très bonnes relations.

Lutter contre l’islamisme suppose premièrement d’avoir de véritables démocraties, et deuxièmement de pouvoir dire, par exemple « la Tunisie est un état de droit », ce qui n’est pas encore tout à fait le cas. Mais c’est en progrès, il faut encourager, soutenir cette démarche. Enfin, troisièmement, il faut que nous sortions de nos contradictions diplomatiques, qu’on refuse d’avoir des relations avec des états comme l’Arabie Saoudite, les Emirats, qui propagent le wahhabisme, la doctrine la plus radicale et rétrograde de l’Islam. C’est une vision très fermée. Il faut que l’on soit clairs et ferme sur nos valeurs, nos principes. Aujourd’hui ce n’est pas le cas.

Alors que le XXème siècle a vu apparaître un mouvement de forte sécularisation des sociétés musulmanes, comment expliquer ce retour à un islam particulièrement rigoriste ?

Razika Adnani : En effet la sécularisation des sociétés musulmanes était l’une des revendications du mouvement de la nahda, ou de la renaissance, que le monde musulman a connu à la fin du XIXe siècle et les premières décennies du XXe siècle alors que nous constatons aujourd’hui que c’est plutôt une vision de l’islam particulièrement traditionaliste qui s’impose. Cela constitue une preuve de l’échec de la nahda.

Je peux expliquer cela par plusieurs raisons. La première : Les politiciens et les intellectuels du 19e et du début XXe siècle qui avaient le projet de séculariser les sociétés musulmanes avaient posé une question qui était très importante pour leur mouvement : pourquoi les musulmans sont-ils en retard et pourquoi l’Occident est-il avancé ? C’est donc une question qui exprimait un désir de sortir du sous-développement ce qui leur avait donné une certaine légitimité auprès des populations et cela malgré la riposte des conservateurs c’est-à-dire des docteurs de la religion. C’était en quelque sorte la fin qui justifie le moyen. Le contexte politique et géopolitique de l’époque était donc du côté des laïques même s’ils n’ont pas pu se libérer totalement du conservatisme et de la vision de l’islam inséparable de sa dimension sociale et politique reste dominante. Hormis la Turquie aucun pays musulmans n’a déclaré la séparation du politique et du religieux. Cependant l’échec des politiques menées dans ces pays, le colonialisme, le problème de la Palestine, la défaite des pays arabes dans leur guerre contre Israël tous ces éléments ont permis la revanche des docteurs de la religion sur le courant laïque. Les populations musulmanes se sont détournées des laïcs et des démocrates cherchant un réconfort dans le discours des conservateurs qui profitaient de cette occasion pour les convaincre que la cause de l’échec des musulmans était due à leur éloignement de vrai islam celui des premiers musulmans.
La deuxième : Pour garder leur pouvoir, les dirigeants des pays musulmans ont accordé des concessions aux conservateurs pour les avoirs de leur côté, ne pas s’exposer à l’accusation d’être athées ou ennemis de l’islam et pour conforter les peuples dans leurs certitudes. Ils leur ont ainsi livré l’école et les moyens de communications. Tout cela a contribué à la réislamisation à grande échelle des sociétés musulmanes. En Algérie par exemple, dans les années 80, l’État a mis à la disposition des prédicateurs islamistes el qaradaoui et Mohamed el ghazali, tous deux membres de la confrérie des frères musulmans, la télévision nationale pour s’adresser aux Algériens.

La troisième : les laïcs et les démocrates eux aussi avaient leur responsabilité dans l’échec de leur mouvement, car pour la plupart, s’ils défendaient les nouveaux principes politiques, ils cherchaient les preuves du bien-fondé de leur positions et de leurs idées dans le passé. Ils tenaient à rappeler qu’ils n’étaient pas dans l’innovation, mais qu’ils étaient au contraire sur la voie des premiers musulmans. Autrement dit, s’ils défendaient des idées nouvelles et des principes politiques nouveaux, ils restaient attachés à l’épistémologie salafiste. Le savoir des salafs demeurerait pour eux aussi le critère de vérité. ils ne se sont pas libérés de la peur de toute réflexion libre. Comme disait Averroès, chacun des deux parties prétendait être celle qui est sur la voie des premiers musulmans. Alors que sur le terrain des conservateurs, ces deniers sont les plus fort. Ils rappelaient que le prophète n’avait pas séparé la politique de la religion lorsqu’il était un Médine et que dans le coran plusieurs versets ont une portée sociale et politiqué. Le discours des conservateurs est apparu pour les musulmans plus convaincant, l’histoire était de leur côté. Les réformistes musulmans, les modernistes sont encore aujourd’hui incapables de se libérer de l’ancienne théologie qui fait qu’ils ne peuvent pas assumer leur discours et de ce fait convaincre les musulmans.

Au-delà des influences de pays comme l'Arabie Saoudite, le Qatar ou l'Iran, quel contexte permet aux islamistes de s'imposer au sein des sociétés ?

Razika Adnani : Au-delà des moyens financiers dont disposent les pays qui font la promotion d’un islam politique et d’une vision traditionnelle de la société musulmane, les musulmans qui sont dans l’action politique, trouvent, comme je viens de le dire, dans les fondements de la pensée musulmane ce qui donnent de la force et de la légitimité à leur discours. Ces fondements, qui sont des principes et des théories, auxquels les musulmans y compris ceux qui se veulent modernistes tiennent ou n’arrivent pas à se libèrer ce qui n’a pas permis une réforme véritable de l’islam. Les musulmans n’ont pas encore réussi le projet des intellectuels de la Nahda celui d’adapter l’islam à la civilisation moderne. La conception de l’islam la plus partagée est celle qui remonte à ses premiers siècles. C’est pour cela, que je dis qu’une véritable réforme de l’islam est aujourd’hui non seulement une question de nécessité mais de responsabilité.

L’absence d’Etat Providence est-elle une caractéristique commune des contextes dans lesquels se sont développés des mouvances islamistes?

Kader Abderrahim : Il n’est pas nécessaire d’être un Etat Providence pour se prémunir contre l’islamisme. La Tunisie n’était pas un Etat Providence. Dès l’indépendance en 1956 elle s’est tournée vers une forme de modernisme social et juridique, puisqu’elle a notamment octroyé aux femmes des droits. Toute la société tunisienne a accepté cela comme étant un bien public, collectif. Plus il y a de progrès dans la société, plus la société peu collectivement se féliciter des droits reconnus, ce qui est important.

Le contre-exemple à cela est l’Algérie, le pays-voisin. Depuis la fin des années 1970, le début des années 1980, il y a eu des dérives de la part de l’état, qui a accepté de se faire violenter par un courant rigoriste dans la société, qui est devenu un courant islamiste. Ils ont été confrontés aux dérives que l’on connait: le processus électoral, l’annulation des élections, le pays qui bascule dans une guerre fratricide, et un pays qui a encore aujourd’hui beaucoup de mal à se remettre de ce trauma collectif. Des actes terribles ont été commis, et l’amnistie de 1999 interdisait de par la loi les années de braise, les années de terrorisme. Comment un peuple peut-il dépasser ce trauma ancré en lui s’il ne peut jamais l’évoquer? Si les tortionnaires, les assassins ne sont jamais déferrés devant la justice? On a l’exemple de l’Afrique du Sud pour cela: l’Afrique du Sud n’a pas dit qu’on prendrait à des crochets de bouchers tous les blancs qui ont commis des crimes durant les années de l’apartheid, il y a eu une catharsis collective. Tout le monde pouvait venir s’exprimer, certains ont reconnu leurs crimes. Il n’y a pas de réconciliation sans justice. L’Algérie ne s’est pas réconciliée avec elle-même malheureusement.

Vous avez mentionné l’Iran, aujourd’hui une théocratie. Aujourd’hui le Shah d’Iran reste dans les mémoires comme un dirigeant qui n’a pas su mesurer l’ampleur de l’islamisme dans son propre pays. Est-ce que cette réputation est méritée, ou le tournant était-il vraiment inattendu? 

Kader Abderrahim : Le Shah d’Iran et ceux qui vivaient autour de lui, qui détenaient le pouvoir, se sont constitués et enfermés dans leur cercle. La société réelle iranienne était perçue par les dirigeants comme hostile, globalement, un magma, un tout sans aucun discernement, aucune nuance. C’est cela qui a provoqué l’aveuglement du Shah et de son entourage. Personne, même ici en France (nous abritions alors l’ayatollah Khomeini), personne ne savait ce qui allait se produire dans ce pays. Ça s’est reproduit après, dans le monde arabe et dans le monde musulman. La progression des islamistes, qui petit à petit on grignoté des espaces, puis sont devenus une force politique très importante et incontournable, éclate à la figure de tout le monde aujourd’hui. Ceux qui travaillent dessus depuis longtemps, les chercheurs, les universitaires, savent que c’est un fait depuis très longtemps, c’est une réalité incontournable, même si elle n’est pas indépassable. Ils faut composer avec eux. Pour cela il faut à tout prix éviter uniquement la répression. Evidemment quand il y a de la violence, du terrorisme, il faut que l’Etat soit extrêmement ferme. Sur le reste, que peut-on faire? Les gens vont voter, comme c’est le cas au Maroc ou en Tunisie, en Egypte, où il y a eu un coup d’état contre un président élu démocratiquement. La répression contribue à véhiculer le discours des islamistes qui disent: « vous voyez, on nous parle de la démocratie, mais ceux qui en parlent ne respectent pas leurs propres principes ».

Quels enseignements pourrait tirer la France des cas historiques de lutte contre l'islamisme, pour lutter contre cette idéologie de manière efficace et démocratique?

Kader Abderrahim : Dans la mesure où il n’y a pas de démocratie dans le monde arabe et où il n’y a pas d’état de droit, la réponse est difficile. Après on peut nuancer, et prendre l’exemple du Maroc. C’est un pays dans lequel les islamistes du Parti de la Justice et du Développement ont deux fois de suite gagné les élections. Ils sont sociologiquement et politiquement majoritaire dans le pays et dirigent le gouvernement. Ils sont aux affaires, à eux de faire la démonstration qu’ils ont la compétence pour gérer un état, administrer un pays, apporter à leur population du bien être. Mais le Maroc est un cas particulier: même avec cet islam politique vigoureux, il y a une gestion sécuritaire de l’islamisme, car on ne veut pas vider le pays du tourisme. En effet, contrairement à l’Algérie, il n’y a pas de ressources naturelles. Les marocains le comprennent et veulent éviter d’avoir des attentats pour préserver les recettes de l’Etat. Enfin, le Maroc a une autre particularité: le monarque est un descendant direct du prophète, comme le roi de Jordanie. C’est un bouclier: il dit les normes en matière de religion et il dit les limites. Cela compte beaucoup au Maroc et est très important pour lutter contre l’islamisme.

C’est un élément qui manque en France. En effet, il faut qu’il y ait quelqu’un qui soit une personnalité capable de s’exprimer pour les musulmans français, pour les citoyens français qui se reconnaissent dans l’islam. Cela faciliterait considérablement les choses pour tout le monde: pour les citoyens français de confession musulmane et pour l’Etat. L’Etat pour le moment n’a pas d’interlocuteur. Avec qui discute-t-on, comment fait-on? Quand il y a de grandes cérémonies les musulmans ne sont jamais visibles, parce qu’ils ne sont pas conviés, mais on va inviter qui? On peut inviter le président du CFCM, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, etc. Mais on sait bien que ce sont des personnages très contestés et qui sont minoritaires. La France a intérêt à avoir un interlocuteur incontesté, une personnalité capable de dire la norme. Je vais plus loin: la France est une chance pour l’Islam car c’est un espace démocratique et parce que c’est un état de droit. Tout le monde peut penser librement, s’exprimer librement, y compris sur le thème de la religion. Un musulman français peut dire: « je ne partage pas ça, je ne suis pas d’accord avec ça ». Par ailleurs c’est une manière de favoriser la réforme au sein même de l’islam. La France peut aussi avoir un rôle pour l’Islam dans le monde: elle est le pays d’Europe occidental qui habite le plus grand nombre de musulmans qui sont des citoyens. Il faut que l’Etat français cesse de voir uniquement les divisions dans l’islam, et aille vers ceux qui travaillent sur ces questions sur le terrain. Dans plusieurs mosquées en France, les imams sont des femmes. Ce qui est impensable dans le monde musulman, mais c’est possible en France car on est dans un espace de droits. Cela permet de favoriser la réforme de l’islam, apporter un autre regard, celui du XXIème siècle et non du VIIème siècle.
Pour revenir au Maroc brièvement, la France s’appuie beaucoup sur la formation des imams issue du modèle marocain, ce qui est un bon exemple.

En Europe, il est difficile de trouver des modèles pour la France car, ailleurs en Europe, on ne retrouve pas le même cas de figure où l’Etat est neutre, où la laïcité est un fait politique et juridique. La France est un pays à part: les autres états européens ne sont peut être pas confessionnels, mais il n’y a pas de séparation. Dans les faits, les dirigeants politiques en Europe occidentale n’utilisent jamais le vecteur religieux, mais la France est le seul exemple qui ait théorisé la séparation entre l’église et l’Etat.

La laïcité est une formidable liberté, il faut que tout le monde en profite, y compris les musulmans. Pour le moment ce n’est pas entièrement le cas, même s’il y a une majorité de musulmans français qui vivent de manière paisible leur condition. Il faut qu’il y ait de la fermeté sur les principes, le droit, la loi, et en même temps que l’Etat fasse son travail.

Razika Adnani : Il est certain que ce que traverse la France aujourd’hui rappelle parfaitement ce qu’ont traversé les pays du sud de la méditerranée dans les années 80 et 90.
Comme je l’ai dit dans plusieurs de mes interventions, le fondamentalisme et l’islamisme qui secouent l’occident ne sont que les prolongements de ceux qui ont frappés et frappent les pays musulmans ; ils n’ont fait que traverser la méditerranée pour s’implanter en Europe et en France en particulier.

Dans ces pays musulmans du sud de la méditerranée, les islamistes, en se présentant comme ceux qui portaient un système juridique et une organisation sociale plus légitimes car sacrés, ont réussi à faire reculer le droit et par conséquent à affaiblir les États. Ces derniers leur ont livré la société ce qui explique en grande partie le retour aux normes traditionnelles. Le recul du droit devant les normes traditionnelles a mis fin à tous les efforts de modernisation des sociétés musulmanes avec tout ce qu’implique comme problèmes sociaux politiques.

Aujourd’hui, les Algériens revendiquent un État de droit. ils sont convaincus que seul un État de droit, c’est-à-dire un État où le droit est fort et au-dessus de tous peut les protéger, leur garantir leur droits et leur sécurité. Ce qui explique pourquoi les revendications du peuple algériens sont d’ordre totalement politique.

L’enseignement que la France doit tirer de ce qu’ont connu ces pays musulmans, réside dans la nécessité de veiller à ce que le droit reste fort, qu’il ne recule jamais devant le droit religieux quel que soit le prétexte ou devant les revendications communautaires. Non seulement, parce que c’est à l’État de veiller sur le bon fonctionnement de l’espace public pour le bien-être de tous, mais aussi par ce que la France est un pays multiconfessionnel et il est impossible lorsqu’il s’agit de l’intérêt de l’État et du bon fonctionnement de l’espace public, que chacun impose ses propres règles.

Dans un article que j’ai publié dans le monde l’année dernière, j’ai dit que le rôle de l’État était de protéger la laïcité pour garantir sa stabilité sociale et politique. La Laïcité qui ne fait pas de concession au sujet de l’égalité femme-homme, celle qui respect les religions à condition que celles-ci ne causent pas de trouble dans l’ordre public et cela pour l’intérêt de tous les français sans distinctions.

Source Atlantico avec  Razika Adnani  et Kader Abderrahim

Comment faire changer de politique ... Exemple le Chili

Comment l'éco-anxiété touche et transforme les Français [SONDAGE EXCLUSIF] | HuffPost Life


PSYCHOLOGIE - L’avion, c’est (presque) fini. Il va falloir se mettre au vrac et ne plus manger de viande. Terminé aussi la fast fashion, notre garde-robe ne sera que de l’occasion. Quant au chauffage cet hiver, ressortons mitaines et gros pulls pour limiter les dégâts.
Au quotidien, les Français font des efforts. Dans un sondage exclusif YouGov pour Le HuffPost LIFE, 84% des personnes interrogées disent trier leurs déchets, 81%, faire attention à leur consommation d’énergie, 70%, à leurs courses alimentaires. 37% des Français assurent privilégier l’occasion au neuf, 11% ne plus prendre l’avion et 10%, ne plus manger de viande.

Hubert Védrine et Gérard Araud: «La fin de l’empire américain?» et pas que!


Gérard Araud, qui publie Passeport diplomatique, quarante ans au Quai d’Orsay (Grasset), et Hubert Védrine, débattent du nouvel ordre politique mondial qui se dessine depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche. photo Frédéric STUCIN photographe
 
LE FIGARO. - Gérard Araud, le soir de l’élection de Trump vous tweetiez: «Après le Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige.» Que vouliez-vous dire?

Population - croissance économique - émissions de CO2 et changement climatique. Qu'est ce qu'on peut faire?

Les idées choc de France Stratégie pour la réforme de la Pac

Transformer les aides à l’hectare en « paiements de base par unité de travail », taxer davantage les produits phytos, les engrais et les antibiotiques pour financer un pilier « transition agro-écologique » intégrant un système de bonus-malus : France Stratégie, organisme d’études et de prospective « auprès du Premier ministre », a dévoilé mercredi 23 octobre ses propositions pour la réforme de la Pac. Des propositions qui auront, selon les cas, un impact significatif sur le niveau d’aides des agriculteurs.   Suite...

Eugénie Bastié: «Sylviane Agacinski censurée, jusqu’où ira le maccarthysme universitaire?»


lefigaro.fr par Eugénie Bastié
Une université annule une conférence de Sylviane Agacinski sur la GPA en raison de «menaces»
 
Le débat n’est visiblement pas «serein». Une conférence sur «L’être humain à l’époque de sa reproductibilité technique» de la philosophe Sylviane Agacinski, connue pour son opposition à la GPA, prévue ce jeudi à l’université Bordeaux Montaigne, sur le campus de Pessac, a été annulée. La direction de l’établissement a estimé que «face à des menaces violentes», elle ne pouvait «assurer pleinement la sécurité des biens et des personnes, ni les conditions d’un débat vif mais respectueux».

CONFLITS D'INTÉRÊTS? Thierry Breton plutôt que Sylvie Goulard?

L’Élysée a désigné Thierry Breton comme son candidat au poste de commissaire européen du marché intérieur, en remplacement de Sylvie Goulard. PDG d’Atos, mais aussi président de la fondation de Bernard Arnault, ancien ministre des finances, qui a notamment réalisé la privatisation des autoroutes, il est le parfait exemple de ce capitalisme français, pratiquant sans gêne et sans remords l’endogamie, la connivence, le conflit d’intérêts.  Suite Mediapart

Des nouvelles de la guerre civile qui vient... - Le courrier des stratèges

 Une guerre civile en France est-elle possible? Dans tous les cas, les clivages et l’intolérance atteignent en France aujourd’hui une intensité et une violence comme cela arrive rarement dans l’histoire d’un pays, et comme cela semble réservé aux moments les plus exceptionnels. Le droit à la critique ou à la divergence de pensée sont sévèrement rudoyés, et l’appel à une police de la pensée qui imposerait ses substrats se généralise. Plusieurs points de fixation clive dangereusement le débat public.   Suite...
Plus sur une guerre civile est-elle possible en France?.

La superpuissance de la Chine en danger alors que le cauchemar de l'énergie s'intensifie - JustPaste.it

La Chine a pour ambition de devenir un pays très important en termes de développement économique et de devenir une superpuissance mondiale d'ici 2049 (anniversaire du centenaire de la République populaire de Chine), mais également la première superpuissance mondiale. Avec de tels objectifs ambitieux, la Chine a pris une longueur d'avance sur l'avenir et commence à donner l'impression que la croissance hâtive du pays l'a finalement rattrapée.  Suite oilprice.com

Valéry Giscard d'Estaing - Brexit sans issue ? Le Point - JustPaste.it


Les médias répètent à l'envi que l'Europe est en crise, que rien ne va plus : les Britanniques peinent à quitter l'Union, les Européens se divisent sur une politique migratoire ou une taxe Gafa… L'Europe n'avance pas, en effet, au rythme excessif auquel le monde de l'hypercommunication voudrait nous habituer. Mais est-ce une tare ? Les Britanniques ont décidé en juin 2016 de sortir de l'UE. Trois ans et demi plus tard, ils en sont toujours membres et l'expression « filer à l'anglaise » risque de signifier, un jour, son contraire. La faute à l'Europe ? Non, un accord avait été trouvé entre Theresa May et Bruxelles, il y a un an déjà. Et ce sont les députés britanniques qui l'ont refusé par trois fois.… Suite.... Le Point

Comment la Russie est redevenue une «puissance mondiale»


LE FIGARO. - Avec l’accord russo-turc, peut-on parler d’une victoire politique pour Moscou sur le théâtre syrien?
 Jean de GLINIASTY. - Ce sont bien les Russes qui ont obtenu l’arrêt des combats [entre Kurdes et Turcs dans le Nord de la Syrie], pas les Américains. Mais, au-delà, je ne parlerais que d’une victoire partielle. Ça fait longtemps que Moscou a gagné la première manche, militaire, mais, aujourd’hui, la seconde se joue: elle concerne la stabilisation politique de la région. Il faut aux Russes montrer qu’ils sont capables d’y faire progresser la paix.

L’arrêt du programme ASTRID : une étude de cas de disparition de l’État stratège – Science, Travail & Environnement

Yves Bréchet, membre de l’Académie des sciences, nous livre sa réflexion après la décision de la , France d’arrêter la recherche scientifique pour les réacteurs nucléaires du futur. Un texte sans détour, en exclusivité pour la revue Progressistes.   Suite...
Yves Bréchet Ecole poytechnique 198, ex haut commissaire à l'énergie atomique 2012-2018. Profil.
et un témoignage

La transition écologique sera punitive, ou ne sera par Rémi Godeau le 12/09/2019

Avec ses tresses raides et son air renfrogné, Greta Thunberg se trompe.
Sur le climat, la jeune activiste suédoise exhorte nos dirigeants « à paniquer ». Mais la priorité, ce n’est pas de paniquer. Elle est de dire la vérité. Et d’abord en France. Où ceux qui pourfendaient la mondialisation heureuse défendent à présent une transition écologique… heureuse. Avec les mêmes excès, les mêmes biais idéologiques. Et souvent les mêmes sous-entendus anticapitalistes ou antilibéraux.

Localisme versus mondialisation!


Regardez "Jean-Luc Mélenchon sur Thinker View

Chili : Le président opère une volte-face spectaculaire et propose des mesures sociales

Le président chilien Sebastian Piñera a proposé des mesures sociales afin de mettre fin à cinq jours de troubles qui ont fait 15 morts et mortes, un changement de ton radical adopté à l’issue d’une réunion avec des partis politiques. « Je reconnais ce manque de vision et je demande pardon à mes compatriotes », a-t-il déclaré. Un changement de ton spectaculaire de la part de celui qui considérait dimanche le Chili « en guerre contre un ennemi puissant ».
Le président

Le New Deal Vert Mondial : Pourquoi la civilisation fossile va s'effondrer d'ici 2028 - Le plan économique pour sauver la vie sur Terre



Voir aussi billet précédent sur "le new deal vert" de Jeremy Rifkin.

Le problème de la demande - privée, (ménages et entreprises), et publique - au coeur de la transition écologique

Russia Predicts The Death Of U.S. Shale


La croissance de la production américaine de schiste est en train de ralentir et la production américaine devrait atteindre un sommet dans les prochaines années, a déclaré mardi le ministre russe de l’Énergie, Alexander Novak. La croissance de la production de schiste américain ralentit, et la production de schiste atteindra son pic probable dans les prochaines années, le ministre russe de l'énergie Alexander Novak a déclaré mardi.   Suite (oilprice.com).  

Brexit : le suicide d’une nation ou le Royaume désuni

Depuis le référendum de 2016 qui a vu les Britanniques voter pour sortir de l’Union européenne, le Royaume-Uni n’en finit plus de s’enfoncer dans une crise protéiforme.
Comment la vieille démocratie britannique a-t-elle pu sombrer dans cette crise politique, constitutionnelle et identitaire qui menace son existence même ? Retour sur le crash d’une nation.Suite (l'OBS)...

Ecologie : vérités et fariboles

29559ebc2857925bd9f7f13b15cd9c4a.jpgNucléaire, glyphosate, alimentation biologique, OGM… Ce que dit la science sur ces sujets clivants, où l'idéologie l'emporte souvent sur la rationalité. ...Suite...

Une histoire du maraîchage à Paris


 On peut noter que les maraîchers français de l’époque ont fait partie des meilleurs jardiniers de l’histoire de l’humanité. Les jardiniers londoniens du 20eme siècle s’en inspirèrent avant que deux américains, John Jeavons et Alan Chadwick, l’utilisent comme base de leur travail en 1970. Viendra ensuite Eliot Coleman qui remettra au goût du jour les pratiques de ces maraîchers qui ont créé ce qu’on appelait à l’époque « le jardinage intensif à la française »   
Suite...

Histoire de la Tunisie par Sophie Bessis

Située au coeur de la Méditerranée, regardant vers l'Europe et vers l'Orient, la Tunisie s'est nourrie des influences des civilisations qui l'ont tour à tour habitée pour rayonner bien au-delà de son petit territoire. Sophie Bessis nous plonge dans l'histoire de ce pays trois fois millénaire pour en saisir la richesse et la singularité. De la fière Carthage, qui a su tenir tête à Rome, à la bouillonnante Ifriqiya médiévale, de la conquête arabe à l'instauration du Protectorat français, du « despotisme éclairé » de Bourguiba aux espoirs nés de la Révolution de 2011, l'auteure interroge la nature de l'« exception tunisienne » et nous éclaire sur la façon dont s'est construite la « tunisianité ». État longtemps qualifié d'exemplaire pour sa sécularisation et les droits accordés aux femmes, initiatrice des « Printemps arabes », la Tunisie reste le symbole d'une démocratie possible en pays arabe. Mais celle-ci est menacée par la proximité d'un environnement régional troublé et par l'implantation sur son territoire de foyers de radicalisme religieux. La Tunisie doit aussi composer avec la fracture millénaire entre un littoral anciennement urbanisé et économiquement privilégié et un intérieur qui se sent délaissé, fragilisant l'unité d'un peuple écartelé entre des héritages contradictoires. En revisitant chaque étape de ce riche passé dans cette synthèse érudite et réfléchie, Sophie Bessis interroge l'avenir d'une nation entrée depuis 2011 dans une nouvelle séquence de son histoire. Sophie Bessis.

Changement climatique: regardez le climatologue Hervé Le Treut. ça se réchauffe c'est sûr!



Tout sur Hervé Le Treut 53 ans, né à Toulon Var Et pour mieux comprendre l'équilibre radiatif de la planète: rayonnement solaire entrant,  rayonnement thermique sortant. Earth's energy budget. et en français ici (un peu différent); les questions et réponses sont intéressantes.

Les variations climatiques "pour les nuls" — Planet-Terre

Pas de panique! L'avenir à long terme (long à l'échelle géologique) n'est pas rose (voir). Les astronomes nous disent que la puissance du Soleil va continuer à augmenter. Mais contrairement au passé, le CO2 ne va plus pouvoir diminuer car il n'y en a presque plus. On en est à 280 ppmv (teneur pré-industrielle), soit 0,028%. Comment encore beaucoup diminuer ce taux ? D'ici 1 à 2 milliards d'années, la température se remettra très vraisemblablement à augmenter "sérieusement", pour atteindre la température d'ébullition de l'eau dans 2 à 3 milliards d'années. Ce sera la fin de la vie sur Terre, en attendant 4 à 5 milliards d'années où se sera la Terre elle-même qui sera vaporisée par le Soleil devenu géante rouge.  Suite...
Plus sur le sujet. 

Planter des arbres est ce bon pour la planète?

arbres.JPG
Commentaire à la lecture d'un post de Frédéric Masquelier sur FB
C'est bien pour la biodiversité, pour le paysage, pour la
qualité de vie, c'est bien de participer par fonds publics à l'entretien
 des beaux arbres chez des particuliers, et c'est très bien pour votre
ré-élection en mars 2020, car tout cela est dans l'air du temps et de la  sensibilité des gens au changement climatique. Suite...

Changement climatique: conférence de Michel Crucifix le 16 octobre 2019

Conférence tenue dans le cadre du ciné festival du pays de Fayence 2019

Je ne suis pas sûr que tout le monde dans l'assistance ait réalisé ce qu'impliquait cette conférence de Michel Crucifix. Je parierais que 95% sont dans ce cas; ce n'est pas la capacité de compréhension qui est en cause; mais l'ignorance ou le scepticisme concernant la menace du rechauffement climatique et de ses conséquences pour la vie, sous ses formes actuelles, dont nous l'espèce humaine; la sixième extinction serait en cours.

Glacial-Interglacial Cycles | National Centers for Environmental Information (NCEI) formerly known as National Climatic Data Center (NCDC)

  Une période interglaciaire est une période séparant deux glaciations et durant laquelle les températures moyennes de la planète sont relativement élevées. L'Holocène, époque géologique actuelle, est une période interglaciaire. Il dure depuis la fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 11 700 ans .      Suite...

Plus sur les cycles glaciaires et interglaciaires du pleistocène.

Jean-Bernard Lévy : « Il est clair que la France se prépare à construire de nouvelles centrales nucléaires.

Le patron de l’énergéticien public explique la feuille de route que lui a adressée le gouvernement sur la possible construction de six nouveaux EPR en France.   Suite...

A Draconian Crackdown Looms Over Natural Gas | OilPrice.com

The natural gas industry is reeling as the political climate begins to shift against the industry faster and earlier than many expected.“If large institutional financial banks stop funding fossil fuel companies, that's going to be a real challenge,” Charlie Riedl, executive director of industry trade group Center for Liquefied Natural Gas, said this week at the Gulf Coast Energy Forum in New Orleans, according to S&P Global Platts. “That's a conversation we have to have. If natural gas becomes the next coal, that's going to be a real challenge.”    Suite...

Comment Christophe Castaner entend s’attaquer à l’islamisme.

Un an après sa nomination à la tête du ministère de l’intérieur, Christophe Castaner était jeudi 17 octobre l’invité de l’émission « Vous avez la parole » sur France 2. Il a annoncé préparer une circulaire pour organiser la surveillance du « salafisme » et de « l’islamisme »  Suite... Plus: Histoire de l'islamisme politique

Cartographié: Où les 10 premières villes seront-elles situées en 2035?

La population mondiale est urbanisée à plus de 50%. Quelles seront les villes demain?

Mapped: Where Will The Top 10 Cities Be in 2035?

Cities are the engines of the modern economy. Over half of the world now lives in urban areas, and urbanization continues to shape the trajectory of global growth in unprecedented ways.
However, the most important cities of today may be quite different than those leading the charge in the future. This week’s chart looks forward to 2035, using a report by Oxford Economics to forecast the top 10 cities by measures of economic size, population, and GDP growth rate.  Suite...

Réchauffement climatique : «Le système basé sur les énergies fossiles est déjà en train de s’effondrer»

Jeremy Rifkin: Celui qui conseille de nombreux dirigeants européens, chinois ou de grandes entreprises, y développe sa vision d'un «New deal vert mondial». Jeremy Rifkin, qui théorisait dans ses précédents ouvrages l'essor d'une troisième révolution industrielle, propose cette fois un kit de survie au réchauffement climatique. Un mode d'emploi de transition afin d'éviter l'extinction de l'espèce humaine sur Terre.   Suite...

Quelles dynamiques des populations et perspectives stratégiques ? G-F DUMONT



Cette vidéo montre la relation entre les évolutions historiques des populations, en fonction des ressources, de leur mise en valeur, de la dynamique de leurs peuples et de leurs dirigeants...  Je la complète par cet entretien avec le démographe Paul Morland  "C'est la technologie qui nous permettra de nourrir 11 milliards d'humains"
Mais la relation avec le changement climatique et les craintes d'effondrement ne sont pas intégrées. Cf. la conférence de Michel Crucifix cette semaine sur laquelle je ferai compte rendu.

C'est la technologie qui nous permettra de nourrir 11 milliards d'humains Entretien avec Paul Morland

paul-morland.JPG
ENTRETIEN. Le chercheur Paul Morland retrace l'histoire de la transition démographique et fustige le retour de Malthus chez les écologistes.

Il a fallu 1 800 ans pour passer de 250 millions à un milliard d'humains au début du XIXe siècle. Depuis, deux siècles ont suffi pour faire grimper ce chiffre à 7,6 milliards. En attendant le pic des 11 milliards et quelques prévu par les démographes à la fin de ce siècle… Dans le passionnant The Human Tide: How Population Shaped the Modern World (Public Affairs, hélas toujours pas traduit), Paul Morland, chercheur au Birkbeck College à Londres, raconte la spectaculaire mais méconnue histoire de cette transition démographique. Il explique comment la démographique, plus encore que l'économie ou les idéologies, a marqué l'évolution des nations et façonné notre monde. Aujourd'hui, les naissances et l'immigration restent plus que jamais un enjeu majeur. Entretien.

Vu du Kurdistan irakien. Offensive turque en Syrie : Les Kurdes face à la peur du génocide

18258602e37a165ca7c726c6f6c41187.jpgLes populations kurdes syriennes craignent des exactions de la part des forces engagées avec la Turquie, qui mènent depuis plusieurs jours une offensive dans la zone majoritairement kurde de la Syrie. La presse du Kurdistan irakien voisin se fait l’écho des craintes des civils.
Ça rappelle les arméniens...

Suite....

« J’ai regardé Zemmour sur CNews, ou la xénophobie sur un plateau »

Jean-Philippe Moinet, fondateur de « la Revue civique », a regardé la première de l’émission « Face à l’info » sur CNews, où le polémiste Zemmour, pourtant condamné pour provocation à la haine religieuse, se voit désormais dérouler un tapis rouge télévisuel quotidien.
 Lire son analyse..Source: Nouvel Obs

Islam politique (quesaco?) : qu’est-ce que l’islam politique ? - Les clés du Moyen-Orient

Islam: CNews, Zemmour, Morandini,  Il semble qu'on est en pleine hystérie collective.
Pourtant des clés pour comprendre sont là (les clés du Moyen-Orient).
  1. qu’est-ce que l’Islam politique ? 
  2. l’échec de l’Islam politique ?

Yvan Rioufol: L'islamisme gagne en se victimisant

La démocratie française peut perdre contre l’Islam politique.
 Yvan Rioufol ajoute sa voix à Zemmour, CNews et autres...

Parce qu’un élu du RN, Julien Odoul, a involontairement fait pleurer un enfant, consolé par sa mère voilée, vendredi lors d’une séance du Conseil régional de Bourgogne-France-Comté, la présidente socialiste de la région a annoncé envisager un signalement des faits au procureur de la République.  Lire....

Nucléaire: L'Etat songerait à construire six EPR - Reuters

PARIS (Reuters) - Dans une lettre adressée au président d'EDF , le gouvernement donne une feuille de route précise conduisant à la construction de six réacteurs nucléaires EPR sur les quinze prochaines années, rapporte lundi Le Monde dans son édition en ligne.
Dans une lettre envoyée le 12 septembre, que Le Monde dit avoir pu consulter, la ministre de la Transition écologique et le ministre de l’Economie, Elisabeth Borne et Bruno Le Maire, donnent une feuille de route précise à Jean-Bernard Lévy pour “être en mesure de répondre à l’exécution d’un programme de construction de trois paires de réacteurs sur trois sites distincts”.   Suite...

Une centrale électro hydraulique STEP (station de transfert d’énergie par pompage) est elle une source d'électricité piliotable?

Electricité: je dis "il faut des sources pilotables. L' hydraulique est insuffisant. L'autonomie locale est impossible. Il faut un réseau national voire Europeen. Donc un mix de toutes les sources pour assurer à tout moment l'identité consommation = production. " Je prône ainsi le nucléaire comme seule source pilotable décarbonée.

Un de mes lecteurs "anti nucléaire" me dit " C'est vrai pour l'hydraulique actuelle. Mais en construisant des retenues en aval des barrages existants (avec pompage en "heures creuses"),  l'hydraulique du futur peut (et doit) assurer le pilotage.

L'Islam structure dangereusement le débat public en France - Le courrier des stratèges

L’Islam devient le sujet majeur du débat public français, et le principal marqueur politique, par-delà les clivages traditionnels. Depuis le discours incendiaire d’Eric Zemmour sur le sujet à la convention de la droite organisée par Marion Maréchal, le clivage s’étend dans l’opinion française entre des élites farouches hostiles au haussement de ton sur la question islamique, et une part grandissante de la population qui souhaite que la question de la compatibilité de l’Islam avec la République soit abordée ouvertement. Pas un jour ne se passe sans qu’une nouvelle polémique n’intervienne.

Les Républicains sont l'un des partis conservateurs les plus en perdition | Mediapart

Christian Jacob est le nouveau dirigeant national des Républicains (LR, ex-UMP). Son élection attendue à la présidence du principal parti de la droite française n’offre guère de réelle solution à l’impasse dans laquelle se trouve ce dernier, autrefois incontournable dans la vie politique du pays. Aucune orientation stratégique convaincante, ni aucune personnalité remarquable n’a émergé au cours de la campagne interne, qui puisse laisser anticiper un rebond de cette formation.

Permafforest : plantons aujourd’hui les forêts de demain

Planter des forêts, n’est-ce pas une bonne idée ? C’est ce que Maxime Grelier, ingénieur bois de formation, grand curieux et immense utopiste, s’est dit. C’est pourquoi il a fondé Permafforest, une entreprise coopérative d’intérêt général axée sur la permaculture et la reforestation participative. Interview #POSIPITCH.

Laïcité, l'hystérie collective toujours...


Vendredi 11 octobre, Julien Odoul, élu du Rassemblement national, a créé la polémique en demandant à une spectatrice voilée qui accompagnait un groupe d’enfants de sortir d’une assemblée du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, au nom de la laïcité.
Depuis 1989 et l’épisode de trois adolescentes voilées à Créil, la question du voile et de la laïcité revient régulièrement dans le débat.
Une loi de 2004 relative à la laïcité à l’école régit pourtant cette problématique.