samedi, septembre 10, 2016

A propos de l'amende 13 milliards d'€ infligée par la commission Européene à Apple en Irlande par Baptiste Creteur

Si j'avais une machine à voyager dans le temps, l'un de mes voyages consisterait peut-être à remonter 200 ans en arrière et revenir avec David Ricardo. Connu pour sa théorie des avantages comparatifs, qui rendent le commerce bénéfique pour toutes les nations qui le pratiquent, l'économiste serait sans doute perplexe devant la mondialisation telle que nous la connaissons. Car elle ne fait pas que des heureux.
D'après une analyse de Branco Milanovic dans la Harvard Business Review, les principaux gagnants de la mondialisation sont le 1% et la classe moyenne asiatique, dont le revenu réel a progressé jusqu'à +60% entre 1988 et 2008.Mais la mondialisation a aussi ses perdants. La classe moyenne occidentale a vu son revenu stagner (moins de 10% d'augmentation), et les 5% les plus pauvres n'ont progressé que de 15%. La classe moyenne asiatique s'enrichit-elle au détriment de la classe moyenne européenne ? Ces pays seront-ils rattrapés à leur tour ? L'équilibre peut-il s'inverser ? Suite...

2 commentaires:

  1. Autant que je sache, l'amende n'est pas basée sur un contexte fiscal - l'impôt sur les sociétés est bas en Irlande mais les états sont souverains en matière fiscale et la commissions Européenne ne peut rien dire. L'amende est fixée dans un contexte de concurrence déloyale : Apple a bénéficié d'un régime fiscal dérogatoire que n'ont pas eu ses concurrents - un taux d'imposition bien inférieur aux 12% de la norme et dans ce domaine de concurrence la commission peut légitimement corriger les abus. En toute logique les sociétés qui avaient obtenues un régime dérogatoire au Luxembourg sous premier ministre Juncker devraient aussi avoir à payer des amendes.

    RépondreSupprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.