samedi, novembre 19, 2016

Primaire à droite, lassitude


 «La primaire, prisonnière du monde ancien»


BLOC-NOTES d'Alain Rioufol
La leçon de démocratie américaine oblige les prétendants à l'Élysée, qui débattaient une dernière fois jeudi soir, à mettre plus encore le peuple oublié au cœur de leurs programmes.

L'élection de Donald Trump est un requiem pour le monde ancien. Celui qui va lui succéder réclame déjà des limites. Limites à la mondialisation qui abîme les peuples, au libre-échange qui paupérise les faibles, à l'immigration qui déséquilibre les nations, à l'islam politique qui veut asservir la planète. L'ombre de la guerre est partout présente. La révolution conservatrice qui déboule désacralisera aussi, au nom de la protection de la planète, le culte voué à la croissance économique et démographique. Mais les vieilles idéologies sont des obstacles à ces défis: pas plus le progressisme que le pacifisme, le relativisme ou le «bien-pensisme» ne peuvent répondre aux désastres créés par leurs erreurs. Les idées neuves courent après l'histoire que les peuples excédés ont choisi d'improviser. Dans ce contexte, la primaire de la droite a gentiment ronronné. Saura-t-elle répondre à l'ère nouvelle?


Quand Alain Juppé évoque la «vendeuse de Prisunic» (chaîne disparue en 2002) ou assure, lundi soir au Zénith devant une salle peine: «j'ai la super-pêche!», il laisse voir un «vieux style» qui dépasse la seule anecdote. Sa défense des élites n'est certes pas sans panache, à l'heure où elles viennent d'être balayées par l'ouragan trumpiste. Mais si la tornade atteignait la France dès ce dimanche - jour du premier tour de la primaire LR - elle rendrait vulnérable le représentant d'une classe politico-médiatique qui vient d'être pulvérisée outre-Atlantique. Juppé, favori des médias comme l'était Hillary Clinton, personnifie le conformisme, le moralisme facile, la suffisance. Or ce politiquement correct, qui étouffe la France depuis des décennies, est insupportable à beaucoup de citoyens. Seul le socialisme en faillite s'y reconnaît encore et pourrait venir en aide au candidat de l'identité heureuse, cette farce.


L'intelligence collective en renfort

En démocratie, il n'est jamais bon de se moquer trop longtemps du peuple, en l'accusant d'incarner le populisme ou en accablant ceux qui parlent en son nom. Ce mépris, Clinton l'a payé cher. Une semblable réaction est à attendre en France. «Un État qui fait la guerre aux siens doit être combattu», va même jusqu'à soutenir le maire de Béziers, Robert Ménard, proche du FN (1),en pointant la surdité du pouvoir devant les Français qui souffrent. Il est peu probable que ces électeurs se mobilisent en force ce week-end pour choisir entre des personnalités qui, Jean-Frédéric Poisson mis à part, incarnent le sérail. Leur obsession quasi unanime à désigner Marine Le Pen comme l'adversaire principale la hisse en unique représentante de l'anti-système, posture qui a fait la fortune du président des États-Unis. Ceux qui se posent en rempart à son accession au pouvoir lui facilitent la tâche.

Pour autant, Nicolas Sarkozy et François Fillon, qui forment derrière Juppé le trio de tête, ont su le mieux capter une partie de la révolte. La leçon de démocratie américaine oblige ces prétendants à l'Élysée - qui débattaient une dernière fois jeudi soir - à mettre plus encore le peuple oublié au cœur de leurs programmes. Dans cette ultime ligne droite, il n'est pas sûr cependant que Sarkozy ait choisi la bonne méthode: alors qu'il dénonce violemment François Bayrou et talonne Marine Le Pen sur des sujets de société, le choix de l'ancien chef de l'État de voter quand même pour le premier en cas d'improbable duel avec la seconde est venu une nouvelle fois mettre un doute sur sa cohérence. En élisant Trump, c'est un novice que les citoyens ont choisi, plutôt qu'une professionnelle. En se montrant subtilement manœuvrier, Sarkozy joue-t-il la bonne stratégie? La montée en puissance de Fillon semble montrer que non.

L'aspiration à davantage de libertés et de protections est le message que portent les peuples occidentaux qui s'insurgent contre la violence identitaire et économique du modèle mondialiste. Cependant, les mutations et les besoins n'ont pas été pensés. L'establishment s'est, partout, montré trop occupé à consolider ses certitudes universalistes. Les intellectuels ont surtout mobilisé leurs cerveaux à éviter les procès d'intention et les accusations en déviance. Si la révolution de 1789 avait derrière elle un riche travail de réflexion, celle de 2016 fait ses premiers pas sur un terrain vague. La pire des solutions serait de reprendre les recettes éventées. Or c'est cette tentation qui se devine, notamment chez les nostalgiques du collectivisme déresponsabilisant: ils croient voir dans le libéral-protectionnisme de Trump la fin du libéralisme et de l'individualisme bien compris (2). Plus que jamais, la société civile va être amenée à mettre en scène l'intelligence collective qui palliera, pour un temps, l'indigence des dirigeants..


Djihadistes oubliés

Les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram), qui ont contribué à la victoire de Trump, ont déjà repoussé les médias américains dans des rôles plus subalternes qui annoncent leur déclin. Cette victoire contre une institution castratrice est un encouragement à développer les forums alternatifs ouverts aux libres débats. C'est vers cet univers que semble vouloir se tourner Emmanuel Macron, qui a annoncé mercredi sa candidature à la présidence de la République. Sa critique du système est aussi pertinente que son appel à «répondre aux défis du XXIe siècle» grâce à des idées et des hommes nouveaux. Sa survenue ringardise un peu plus Juppé et ses soutiens. Reste que Macron, en ayant choisi le camp du progressisme mondialiste contre celui des conservateurs souverainistes, a décidé de naviguer vent dans le nez. À moins de rejoindre, au bout du compte, François Hollande ou Manuel Valls,il n'est une menace sérieuse que pour la gauche déjà en miettes.

Fillon pourrait tirer profit, dans la primaire, de sa mobilisation contre le «totalitarisme islamique», ce défi de civilisation à relever en priorité. La lâcheté officielle est devenue consternante. Dimanche, lors des commémorations des massacres du 13 novembre 2015 à Paris, nulle part les tueurs djihadistes n'ont été dénoncés. Le chanteur du groupe Eagles of Death Metal, qui jouait ce soir-là au Bataclan, a été cette fois refoulé de la salle pour ses idées non conformes. Sting, qui avait défendu le burkini et les migrants, lui a été préféré par la direction. Il a notamment chanté Inch'Allah devant des bobos ravis, hébétés
  1. «Abécédaire de la France qui ne veut pas mourir», Éditions Pierre-Guillaume de Roux.
  2. Alain Laurent, «L'Autre Individualisme», Les Belles Lettres.
Source: Le Figaro blogs - Ivan Rioufol

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme mais je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.