samedi, novembre 26, 2016

Fidel Castro est mort, une page de l'histoire du XXe siècle se tourne


VIDÉOS / EN IMAGES - Le père de la révolution cubaine, qui dirigea le pays pendant cinq décennies, s'est éteint à La Havane vendredi soir. Un deuil national de neuf jours a été décrété à Cuba. Sa mort, pleurée dans la capitale cubaine et célébrée à Miami, a suscité de nombreuses réactions internationales.
«Le commandant en chef de la révolution cubaine est décédé à 22h29 ce soir.» C'est par cette simple phrase que Raul Castro, son frère, a annoncé la nouvelle: Fidel Castro, père de la Révolution cubaine, est décédé vendredi soir à La Havane. Cuba avait célébré ses 90 ans en août dernier. Après cinq décennies à la tête du régime communiste, et une sixième passée à l'écart du pouvoir pour raisons de santé, l'ancien chef d'État s'est éteint.
Le président cubain n'a pas révélé les causes du décès, mais a précisé que Fidel Castro serait incinéré, conformément à sa volonté. Les autorités cubaines ont décrété samedi neuf jours de deuil national.

» Fidel Castro, le dernier révolutionnaire
Son décès, qui survient à peine deux ans après l'annonce historique du rapprochement entre Cuba et les États-Unis, vient définitivement tourner la page de la Guerre froide, qui a mené le monde au bord du conflit nucléaire lors de la crise des missiles d'octobre 1962.

• Une personnalité du XXe siècle

Célèbre pour ses coups d'éclat et ses discours interminables autant que pour son uniforme, ses survêtements, ses cigares et sa barbe légendaire, Fidel Castro était un symbole de la lutte contre l'«impérialisme américain», tout en affichant lui-même un piètre bilan en matière de droits civiques et de libertés. Véritable morceau d'histoire du XXe siècle, il a défié 11 présidents américains et survécu à maints complots pour l'assassiner - un record de 638 selon le Livre Guinness des records. La mort de Fidel Castro, impliqué dans la Guerre froide, et notamment dans la crise des missiles de 1962, vient définitivement tourner la page de cette période historique.
» Fidel Castro a fait de son opposition aux Etats-Unis le fil rouge de son pouvoir
» Les mots de Fidel Castro, un tribun emblématique
EN IMAGES - Les moments forts de la vie de Fidel Castro
Fidel Castro est mort à l'âge de 90 ans, a annoncé son frère Raul, l'actuel président cubain. - Crédits photo : ADALBERTO ROQUE/AFP
Le révolutionnaire avait cédé le pouvoir à son frère Raul à partir de 2006 après une hémorragie intestinale. Il avait abandonné en avril 2011 ses dernières responsabilités officielles, en cédant son poste de premier secrétaire du Parti communiste de Cuba (PCC) à Raul, numéro deux du parti depuis sa fondation en 1965. Ce dernier se retrouve pour la première fois seul aux commandes du pays.
Fidel Castro, ici lors d'une de ses dernières apparitions, en avril 2016 au Congrès du parti communiste cubain. - Crédits photo : Ismael Francisco/AP
L'ex-président cubain avait totalement disparu des écrans cubains entre février 2014 et avril 2015, ce qui avait alimenté de nombreuses rumeurs sur sa santé. Mais depuis un an et demi, même si ses déplacement restaient limités, il avait recommencé à publier des «réflexions» et s'était remis à recevoir chez lui personnalités et dignitaires étrangers.
» Depuis 10 ans, Cuba a engagé un processus de «défidélisation»

• Rues vides à La Havane, scènes de liesse à Miami

Peu avant minuit vendredi, la nouvelle de la mort de Fidel Castro a interrompu les fêtes, vidé les rues de La Havane et paralysé cette île que le «Comandante» a façonné à son image durant un demi-siècle.
«Tout le monde était stupéfait, c'était un moment très triste», raconte à l'AFP Yaimara Gomez, une employée de l'Hôtel Presidente à La Havane. «Perdre Fidel c'est comme perdre un père, un guide, le phare de cette Révolution», a déclaré Michel Rodriguez, un boulanger de 42 ans qui a appris l'information à la radio. «Fidel Castro était le plus grand», sanglotait de son côté Aurora Mendez, qui malgré ses 82 ans travaille encore dans une cafeteria de la vieille Havane. Marco Antonio Diaz, un laveur de voitures de 20 ans, faisait la fête quand, soudain, la musique s'est arrêtée. «Fidel est mort», a-t-il entendu dire tandis que la soirée se vidait. «Je suis revenu à la maison et j'ai réveillé tout le monde: Fidel est mort. Ma mère est restée bouche bée», raconte-t-il.
Les rues de la capitale et du célèbre Malecon, le boulevard longeant la mer, semblaient inhabituellement vides, samedi matin. La police venait de bloquer les accès à la place de la Révolution et jusqu'au 4 décembre, «toutes les activités et spectacles publics» seront interrompues, selon un communiqué officiel.
L'ambiance était bien différente à Miami, ville des États-Unis devenue bastion des exilés cubains. Des cris de joie et des slogans «Cuba libre!», «liberté, liberté!», des concerts de klaxons et casseroles, des embrassades ont accueilli l'annonce de la mort de Fidel Castro, principalement dans les rues des quartiers de Little Havana (la Petite Havane) et Hialeah où vivent ces Cubains qui ont fui le régime castriste. Le slogan «Cuba Libre» scandé dans ces manifestations spontanées est devenu le cri de ralliement de cette communauté qui s'est exilée à Miami après la prise du pouvoir par Fidel Castro en 1959.
«C'est triste de se réjouir de la mort de quelqu'un, mais en fait cette personne n'aurait jamais dû naître», se justifie Pablo Arencibia, un enseignant de 67 ans exilé depuis 20 ans aux Etats-Unis. «Le diable a de quoi s'inquiéter, Fidel monte le rejoindre et il va certainement essayer de récupérer son boulot», s'amuse-t-il dans le vacarme des manifestations de liesse. Dans les rues de la ville, l'hymne cubain a aussi été entonné vendredi soir, pendant qu'on débouchait des bouteilles de champagne. Mais pour beaucoup de ces Cubains, l'optimisme doit cependant être tempéré après la mort de Fidel Castro. «Je ne crois pas que cela va changer quelque chose», soupire Aymara.
» Les visages sombres du révolutionnaire Fidel Castro
» FIGARO PREMIUM - N'oublions pas la réalité du régime cubain!

• Des hommages mitigés

«L'Histoire jugera l'impact énorme» de Fidel Castro, a réagi le président des États-Unis Barack Obama dans un communiqué. Donald Trump, qui lui succédera à ce poste en janvier, a préféré dénoncer le «dictateur brutal qui a opprimé son peuple».
Fidel Castro «avait incarné la révolution cubaine, dans les espoirs qu'elle avait suscités puis dans les désillusions qu'elle avait provoquées», a souligné François Hollande, réclamant une levée totale de l'embargo contre Cuba.
VIDÉO - La réaction de François Hollande
«Avec sa disparition, une page de l'histoire du XXe siècle se tourne. Elle avait été marquée par l'espoir de l'émancipation et la déception d'un système qui ne respectait pas les droits de l'Homme», a réagi le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault. «Fidel! Fidel! Mais qu'est-ce qui s'est passé avec Fidel? Demain était une promesse. Fidel! Fidel! L'épée de Bolivar marche dans le ciel», a écrit sur Twitter Jean-Luc Mélenchon avant de se rendre à l'ambassade de Cuba pour présenter ses condoléances. Le secrétaire national du Parti communiste français, Pierre Laurent, a rendu hommage à Fidel Castro ce matin en déclarant qu'il «restera dans l'Histoire» comme «l'un des dirigeants du mouvement d'émancipation humaine», qui a notamment «tenu tête à l'impérialisme américain».
«Le camarade Castro vivra éternellement», a assuré le président chinois Xi Jinping dans un message. «Cet homme d'Etat émérite est à juste titre considéré comme le symbole d'une époque de l'Histoire moderne du monde», a déclaré le président russe Vladimir Poutine. Pour Mikhaïl Gorbatchev, le dernier président de l'URSS, «Fidel a résisté et a fortifié son pays au cours du blocus américain le plus dur, quand il y avait une pression monumentale sur lui». Le pape François a fait savoir dans un télégramme qu'il adressait des «prières au Seigneur pour son repos».

VIDÉO - Fidel Castro, cinq décennies du pouvoir cubain

Source: premium.lefigaro.fr 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme mais je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.