dimanche, novembre 06, 2016

Philippe de Villiers publie un livre choc sur l'Islam: Interview par Yves Thréard le Figaro

.
Plus: Tout sur Philippe de Villiers et ce livre.

Philippe de Villiers publie cet automne un nouvel ouvrage, "Les cloches sonneront-elles encore demain ?", en librairies le 12 octobre, dans lequel il s'inquiète de la place de la religion musulmane en France. Le Figaro Magazine a dévoilé jeudi 6 octobre certains extraits de ce livre sans concession. 

"Il fallait oser. Il a osé. Quand on se croit en pays conquis et qu'on a des complices dans la place, on peut tout oser. En ce jour de Pâques, le 5 avril 2015 au Bourget, devant un public en liesse de 50.000 croyants, le recteur de la Grande Mosquée de Paris (Dalil Boubakeur, ndlr) - un tenant de 'l'islam modéré' - a décidé de lancer un ballon d'essai. Il dévoile un objectif à atteindre : 'Nous avons 2200 mosquées, il en faut le double d'ici deux ans!' (….) Dans la foulée, le président de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) franchira une étape supplémentaire en réclamant, je cite, la construction de 'mosquées-cathédrales'.

Cet homme-là est proche des Frères musulmans ; on connaît leur profession de foi : 'L'islam est notre objectif, le Prophète est notre chef, le Coran est notre loi'", écrit l'ancien responsable politique. 
"Trois générations d'hommes politiques ont livré le pays à l'islam. Comment osent-ils encore se montrer au public pour déplorer ou nier les effets des maux dont ils ont, pendant quarante ans, chéri les causes ? Ils savaient. Oscillant entre l'irréflexion et l'aveuglement, avec cette petite pointe d'exotisme qui poussait les cyniques postmodernes à aller s'encanailler en terre d'islam", assure également Philippe de Villiers, cité par Le Figaro Magazine. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.