mardi, novembre 22, 2016

Le projet de Fillon nuirait à la France, juge Juppé


La confrontation des programmes de Juppé et de Fillon, pour la course au candidat de la droitevet du centre pour la présidentielle 2017  commence.

PARIS (Reuters) - Le programme "irréaliste" de François Fillon ne pourra pas être mis en oeuvre et mettrait le pays dans une situation très difficile, a jugé mardi Alain Juppé, ajoutant que les hausses de TVA proposées par son adversaire impliquent qu'il n'y aurait aucune baisse de la pression fiscale pour les Français. François Fillon, qui a devancé Alain Juppé de 16 points au premier tour de la primaire de la droite et du centre, dimanche, estime quant à lui que "le scepticisme d'Alain Juppé révèle ses hésitations à agir fort". 


"Alain Juppé a présenté un programme qui me semble décalé par rapport au centre de gravité de la droite. Mais aussi du pays, qui est plus à droite qu'il ne l'a jamais été", poursuit-il dans un entretien publié mardi dans Le Parisien.

Sur Europe 1, le maire de Bordeaux a estimé qu'en cas de victoire de François Fillon à la primaire, dimanche, puis à l'élection présidentielle du printemps, "il y aura impossibilité de réaliser les choses dans les délais qui sont annoncés".

"Son projet est trop dur et amènera la société française dans des situations très difficiles", a-t-il ajouté. "Ce programme est trop dur, il n'est pas réaliste et il provoquera des blocages dans la société française."

Supprimer 500.000 postes de fonctionnaires comme le propose François Fillon et faire passer les fonctionnaires à 39 heures quasi immédiatement, "c'est impossible", a poursuivi l'ex-favori des sondages.

"Sa ponction fiscale de 16 milliards de TVA est excessive", a-t-il ajouté. "Ça veut dire qu'il n'y aura aucun allègement de la charge fiscale des ménages et des particuliers."

Critiquant la conception de la société de François Fillon, qu'il a qualifiée lundi de "traditionnaliste", Alain Juppé, l'a pressé de préciser sa pensée sur l'avortement.

Jérôme Chartier, porte-parole de François Fillon, a quant à lui précisé sur Europe 1, à propos des 500.000 suppressions de postes de fonctionnaires proposées, qu'il s'agirait en fait de "500.000 agents publics, puisqu'on inclut à la fois les fonctionnaires et les contractuels".

1 commentaire:

  1. le couple fillon/sarko a sur la conscience la dérive des comptes de 2007 à 2012 avec 600 milliards de dettes en plus...
    leur programme 2017 relève de la provocation : suppression de l'isf associée à 2 points de tva qui transfèrent qq dizaines de milliards de fiscalité des 1% vers les 99% ... pour alléger les charges des entreprises et au delà avec un déficit de 4% et plus.
    après on supprime 500.000 emplois qui s'ajoutent au déficit de 5.000.000 en comptant, comme depuis 30 ans, sur une reprise arlésienne de l'emploi, c'est à dire sans se décider à acter que notre modèle actuel tourne avec qq millions d'inactifs... parce que c'est comme ça, 300.000 agriculteurs et 3/4.000.000 d'industriels sont indispensables, le reste relève de l'utile jusqu'au confortable, avec une frange déjà large de gabegie au sens de l’économie vue par mathusalem?

    on reste à mille lieues d'une perception équilibrée de notre monde et de son devenir, qui n’est certainement pas dans les 39 heures de travail de base!

    ceci dit fillon élu aura le choix entre du sarko 2007, beaucoup d'eau dans son vin, et la rue bien connue par son depuis peu challenger.

    pas très raisonnable pour notre notaire de province!

    RépondreSupprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme mais je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.