Pourquoi la construction de niche humaine transforme-t-elle la planète Terre?

Les changements climatiques se sont toujours produits, résultats de la progression de la biosphère et de la vie sur la planète depuis 4.5 milliards d'années, c'est à dire depuis la formation du système solaire. Ces changements ont provoqué le développement de la vie sous toutes les formes, et aussi  les migrations et les extinctions d'espèces. Les géologues comptent cinq grandes extinctions, documentées par l'étude des fossiles. Quelles sont ces  extinctions? 
La sixième serait en cours provoquée par l'expansion prodigieuse de notre espèce Homo.Sapiens.sapiens. Car toutes les espèces vivent par l'atmosphère par relations chimiques. Or nous sommes en train de modifier l'atmosphère...
D'où le changement climatique, réchauffement. Voir ces vidéos.

Et cet article de Erle C Ellis sur l'histoire d'Homo.Sapiens.sapiens







Source: Auteur: Erle C. Ellis par www.academia.edu

Les changements climatiques globaux rapides, la pollution de l'air, des terres et des mers, les invasions et extinctions généralisées d'espèces et d'autres impacts environnementaux considérables sont parmi les preuves que les sociétés humaines sont en train de remodeler la planète Terre. Ces changements sont si transformateurs que de nombreux scientifiques sont convaincus que les humains sont devenus une nouvelle force mondiale qui a propulsé la Terre dans une nouvelle période géologique: l’Anthropocène.

La question de savoir quand l’être humain est devenu une «grande force de la nature» fait maintenant l’objet de nombreux débats. Pourtant, la question la plus importante n’est pas de savoir quand, mais pourquoi. Pourquoi les humains et aucune autre espèce dans l’histoire de la Terre n’ont-ils acquis la capacité de transformer une planète entière?

La clé pour répondre à cette question réside dans la capacité sans précédent des sociétés humaines à construire leur niche écologique à des échelles sociales et spatiales croissantes, des nouveaux changements écologiques locaux causés par les chasseurs-cueilleurs mobiles à travers la chasse et l'utilisation du feu, à l'approvisionnement mondial. chaînes du monde industriel aujourd'hui. L'Homo sapiens n'est pas si distinctif biologiquement. Nous ne sommes qu'une autre espèce du genre Homo avec quelques traits distinctifs, qui n'incluent même pas les outils en pierre ni le feu; d'autres espèces d'Homo ont utilisé ces centaines de milliers d'années avant l'apparition de H. sapiens parmi elles en Afrique. Dans mes efforts pour comprendre pourquoi les humains modernes modernes ont acquis la capacité extraordinaire de transformer la Terre, j’ai découvert qu’il était nécessaire d’aller au-delà de la biologie - et même de la chimie et de la physique - pour examiner et comprendre les nombreuses formes culturelles et les changements sociaux dynamiques dans la société humaine. niche écologique au cours des 50 000 dernières années. Pour comprendre l’émergence de l’humanité en tant que force globale transformant la Terre, nous devons considérer la niche humaine comme une construction socioculturelle diverse et en évolution.

Comme la plupart des écologistes dont le travail concerne les humains, j'ai eu tendance à étudier les conséquences des activités humaines plutôt que leurs causes. J’ai cartographié les schémas écologiques globaux produits par les différents modes d’utilisation des terres par les humains - les biomes anthropiques ou «anthromes» - qui incluent les zones urbaines, les villages, les terres cultivées, les pâturages et les terres semi-naturelles. Dans cette recherche, je me suis fondé principalement sur des méthodes empiriques - analyses directes de données de télédétection et de recensements agricoles et démographiques, entre autres. Pourtant, les schémas classiques du biome «naturel» de la Terre ont longtemps été cartographiés sur la base de leurs relations théoriques avec les schémas climatiques mondiaux; par exemple, les forêts tropicales se forment dans les régions chaudes et humides, tandis que la toundra se forme dans les régions froides et sèches. De cette manière, les biogéographes peuvent prédire et cartographier les tendances mondiales des biomes en fonction des tendances climatiques mondiales.

Au début de mon travail de cartographie des anthromes, je voulais un modèle théorique similaire, capable de prédire de tels modèles. Cependant, je n'ai trouvé aucun analogue théorique simple d'un «système climatique humain» qui façonnait la biosphère terrestre en anthromes. De plus, il est vite devenu évident que développer un tel modèle ne serait pas une mince tâche. Et j'ai donc hésité. À l'automne 2012, après avoir prononcé un discours sur «L'écologie à l'anthropocène», l'éditeur de Ecological Monographs m'a demandé: «Comment les concepts et les idées écologiques doivent-ils changer si nous (ré) centrons notre attention sur les anthromes et non sur les biomes? , en tant que schéma d’organisation biogéographique sous-jacent? »Avec cette question et l’offre d’un document de longueur illimitée, j’ai décidé qu’il était temps que je me concentre sur les causes fondamentales de la transformation humaine de la biosphère. Il a fallu plus d'un an de lecture large et intensive - des manuels aux articles de revues - avant de commencer à sentir que je gagnais une compréhension théorique générale de la socialité humaine, des processus sociaux et du changement social. Il était également clair que le fait de franchir des lignes disciplinaires me poussait bien au-delà de ma zone de confort et que je rencontrais de multiples impasses théoriques.

Du point de vue de certaines disciplines, mes questions ne faisaient que poser problème. Qu'est-ce qui fait la différence entre l'homme et les autres espèces? Pourquoi les humains aux comportements modernes - et leurs diverses sociétés - transforment-ils l'écologie beaucoup plus que toute autre espèce et de tant de manières différentes? L'acte même de réunir des explications sociales, écologiques et évolutives semble toujours séditieux, chaque discipline ayant tendance à exiger une manière différente de comprendre pourquoi et comment l'interaction de l'humanité et de l'écologie. Le déterminisme culturel et le déterminisme environnemental ont toujours leurs adhérents. En fin de compte, il est apparu clairement qu'une nouvelle synthèse théorique des changements sociaux et écologiques serait nécessaire pour expliquer les transformations écologiques diverses et sans précédent que les sociétés humaines ont engendrées. Lire la suite...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.