22/06/2020

Convention citoyenne pour le climat : «La montagne accouche d’une souris» Point de vue.


Il était sceptique quand a été annoncée la création d'une assemblée citoyenne pour le climat, en pleine crise des Gilets jaunes. Alors que cette instance remet ses conclusions au gouvernement, Arnaud Gossement, avocat spécialiste du droit de l'environnement, est aujourd'hui franchement critique. Pour lui, les citoyens qui ont participé à l'exercice n'ont servi qu'à faire un coup de com.
Que pensez-vous des conclusions de la Convention citoyenne pour le climat ?
ARNAUD GOSSEMENT. Au final, la mesure phare qui va rester n'est rien d'autre qu'une proposition d'Emmanuel Macron. La modification de l'article 1 de la Constitution a déjà été approuvée par le président de la République et proposé à deux reprises par le gouvernement au Parlement. Les citoyens proposent d'écrire dans la Constitution que la République garantit la préservation de l'environnement, de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique. C'est peu dire que la montagne accouche d'une souris. Avait-on besoin de dépenser autant d'argent pour arriver à cela? Emmanuel Macron va accueillir ces propositions le lendemain des municipales, scrutin où l'on s'attend à une percée des écolos. Si ce n'est pas une jolie opération publicitaire, ça… Politiquement, c'est regrettable; juridiquement, c'est un recul. La Constitution évoque déjà l'environnement et de manière bien plus ambitieuse.
La taxe carbone est la grande absente alors que la Convention citoyenne avait été créée pour reposer la question de la fiscalité sur les carburants…
Il n'y a qu'une occurrence de la taxe carbone et c'est pour dire qu'il faudrait l'instaurer aux frontières de l'Union européenne, autrement dit qu'on ne la fera pas. La taxe carbone n'est pas le seul oubli. C'est époustouflant, il n'y a pas de mention du nucléaire qui représente 75% de notre production d'électricité, une énergie qui coûte cher et pèse sur notre capacité à développer les renouvelables… La plupart des propositions soit existent déjà dans la loi — comme celle sur la rénovation énergétique —, soit ne sont que des vœux pieux, alors qu'aucun financement n'y est associé. Les questions qui fâchent ont été écartées.
Il y a pourtant des mesures tranchées, comme le «110 km/h sur autoroute»...
Baisser la vitesse est mal accepté : il suffit de voir les mobilisations contre le passage de 90 à 80 km/h. Cela monopolise le débat alors qu'il y aurait tellement d'autres mesures plus importantes…
Cette première expérience de démocratie participative ne vous semble pas positive ?
Je suis déçu pour tous ces citoyens dont semble-t-il l'engagement a été total. Ils ont fourni un travail énorme mais ils n'ont pas eu la maîtrise de tous les tenants et les aboutissants.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.