Friday, October 28, 2016

François Fillon sur France 2 : le troisième homme de la primaire


Le Compte-rendu de l'OBS

Il s’est peut-être passé quelque chose jeudi 27 octobre sur France 2 dans la course à droite. Au-delà des applaudissements de ses partisans, inédits dans une grande émission de télévision "sérieuse" comme "l’Emission politique", François Fillon aura marqué des points auprès des quelque deux millions de téléspectateurs devant leur écran, en ces vacances de la Toussaint.


Loin de ses habituelles hésitations et de ses fréquentes ambiguïtés, l’ancien Premier ministre s’est présenté comme l’homme d’une droite assumée mais calme et sereine. Fini, les noirs sourcils froncés en permanence, Fillon était enfin souriant, détendu et même pourvu de quelques traits d’humour… Fillon, l’homme de la droite tranquille ?

Et si on s’était trompé ? Et si la réhabilitation des fondamentaux de la droite, que souhaite son électorat, ne venait ni de Nicolas Sarkozy, ni de Jean-François Copé, qui se disputent la paternité du concept de droite décomplexée, mais de lui ? Et si le vrai champion de la droite décomplexée, c’était lui, François Fillon ?

Primaire de droite : comparez le programme des 7 candidats

Pendant plus de deux heures, l’un des sept candidats à la primaire des 20 et 27 novembre prochains, a assumé le plus posément du monde, ses convictions sur des sujets aussi "clivants" que l’esclavage, "que la France n’a pas inventé", le "refus de la repentance", ou la réécriture de la loi Taubira sur le mariage pour tous et la non-automaticité de la filiation qu’il souhaite dans le cas d'adoption par des couples homosexuels mariés. Non, explique-t-il, il ne remet pas en cause le mariage pour tous, il n’est pas homophobe, il veut revenir sur la possibilité de l’adoption plénière pour les couples homosexuels et la remplacer par l’adoption simple, car "un enfant a le droit de connaître son père et sa mère, ses origines biologiques". Le tout, sans la moindre agressivité.

Esclavage, colonisation : pas de "repentance" pour François Fillon

Idem sur l’avortement, qui, il le redit, en raison de ses "convictions personnelles, n’est pas un droit fondamental", mais qu’il ne remettra "jamais" en question, car il en va de "l’intérêt général et du bien commun". Quant à ses convictions, justement, elles "ne regardent personne" et relèvent du domaine "privé". Certes, il n’a pas convaincu ses interlocuteurs, mais il est presque parvenu à les désarmer. Même le débat sur l’écologie avec Noël Mamère, d’ordinaire bouillant voire agressif, cette fois, offensif, calme et précis, n’a pas tourné au pugilat et à l’échange d’invectives politiciennes.
Plus anecdotique enfin, mais symbolique, à l’heure où les séquences rire et dérision sont devenues quasi-obligatoires dans les médias, François Fillon s’est même autorisé à critiquer le quart d’heure détente de la très talentueuse Charline Vanhoenacker en fin d’émission au nom de la défense du sérieux en politique…  

Un essai à transformer le 20 novembre

Pilote de Formule 1, François Fillon accélère dans la dernière ligne droite. Car, à quelques semaines du premier tour, le 20 novembre, de la primaire de la droite, il joue gros. Il a déjà regagné dans les sondages, la place de troisième homme que lui disputait Bruno Le Maire dans cette course de fond, notamment depuis le premier débat organisé par TF1 le 13 octobre. Il lui fallait impérativement conforter cet avantage.

Dans cette émission, il a donc coché tous les marqueurs de droite possibles. Comme souvent, c’est lorsqu’il est acculé au fond de la piscine qu’il donne le coup de pied décisif pour se remettre en selle.
On le sait, Fillon est plus à l’aise, lorsqu’il est seul face à des journalistes, que face à des concurrents comme Nicolas Sarkozy qui la jouent "au physique". Transformera-t-il l’essai dans les semaines à venir ou redeviendra-t-il, selon la redoutable formule de la journaliste Catherine Nay, cet éternel "intermittent du spectacle" ?

Source: tempsreel.nouvelobs.com Carole Barjon

No comments:

Post a Comment

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.