Sunday, November 24, 2013

L'Allemagne sera la première à sortir de l'euro- Economie Matin | CHarles Sannat

Vous avez normalement entendu l'information concernant l'ouverture d'une enquête par la Commission européenne non pas contre la France et ses déficits excessifs mais contre l'Allemagne et ses excédents abusifs (une procédure prévue au traité quand les excédents atteignet 7% du PIB NDLR) ! Le monde à l'envers où le bon élève se retrouve sanctionné par le maître dans la mesure où il donne des complexes à tous les cancres de la classe, et Dieu sait qu'ils sont nombreux ! Voilà pour la première lecture. Néanmoins, ce conflit et cette procédure initiée à l'encontre de l'Allemagne par la Commission cache en réalité une bataille diplomatique et économique majeure au sein d'une Europe divisée en deux camps. D'un côté se trouvent les pays latins au sens large, dont la France (et l'Irlande), autrement dit l'ensemble des pays surendettés et en panne de croissance. De l'autre, les pays plus vertueux avec l'Allemagne en chef de file, suivie des Pays-Bas ou encore de l'Autriche.
Au coeur de ce combat et de ce conflit se trouve le mandat de la BCE figé dans le marbre par le Traité de Maastricht et qui enserre la politique monétaire de l'Europe dans le carcan de la rigueur. ... Suite...

- En savoir plus.
- Excess German savings, not thrift caused the European crisis by Michael Pettis

1 comment:

  1. L'économiste Franck Hollenbeck professeur de finance à l'université internationale de Genève dit qu'il n'y a que deux solutions pour sortir de ce dilemme; soit l'Europe fédérale, les régions riches dotées en industries et activités les plus productives de l'Europe transférant leurs excédents vers les régions les moins dotées par le processus de redistribution; soit la sortie de l'Euro, la reprise de la maîtrise de la monnaie et l'ajustement des économies de manière indépendante. Voir cette vidéo sur la politique monétaire de la BCE.

    ReplyDelete

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.