30/01/2013

87% des Français attendent un vrai chef : une tentation autoritaire ? | Atlantico


Atlantico : Selon l'enquête d'Ipsos/Cevipof sur les "nouvelles fractures" de la société française, publiée dans Le Monde du 25 janvier, 87 % des sondés sont d'accord pour dire "que l'on a besoin d'un vrai chef en France pour remettre de l'ordre". Quel pourrait être aujourd'hui le profil de ce chef? ... Lire...


Plus:
 BFM Business Nicolas Doze Mardi 29 janvier 2012; les Experts Alain Madelin, Charles Gave et Jean Pierre Petit sur le système monétaire:

1 commentaire:

  1. Le "vrai chef", ce merle blanc que beaucoup appellent de leurs voeux ne tiendrait pas deux mois dès qu'il tenterait de mettre un peu d'ordre dans le bordel, chacun ayant quelque chose a défendre. Les personnes consultées devraient apprendre la formule d'un économiste sérieux (oui, cela existe) du 19 siècle qui parlait du fait que " chacun cherche a vivre sur le dos des autres" - ou quelque chose comme cela. Bastiat, peut être. Il suffit d'observer ce qui se passe au niveau communal où les inféodés sont légion. Même s'ils voulaient dire ou faire quelque chose, ils se taisent pour obtenir ou continuer de profiter d'avantages douteux. Par ailleurs écouter certains parler de personnages a la moralité pour le moins limite mais qu'ils adulent comme ils aduleraint un baron de la drogue. En afrique par exemple bien des crapules notoires sont qualifiées de "grands types" s'ils ont réussi. Et on ne veut pas savoir comment. Avec la dérive des continents, le sud se rapproche de l'afrique. Ou l'inverse, mais le résultat est le même. Alors, le grand type, oui (même parrain) mais le grand homme providentiel c'est du rêve éveillé. Remercions Dieu d'avoir créé les imbéciles car sans eux nous ne serions pas ce que nous sommes. Amen.

    RépondreSupprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.