27/01/2013

Florence Cassez est libre mais est-on bien sûr qu'elle est innocente ? | Atlantico

Alors qu'au Mexique, on s'étonne ou on s'offusque de la libération soudaine de la Française depuis mercredi soir, en France les médias et hommes politiques ont rapidement évacué la question de sa culpabilité

À son arrivée en France, Florence Cassez a déclaré à la presse que grâce à cette libération, "J'ai été innocentée". Ce n'est pas l'avis de la presse mexicaine et encore moins de la Première chambre de la Cour suprême du Mexique qui a ordonné par trois voix sur cinq, mercredi 23 janvier au soir, la libération immédiate de la Française, enfermée dans les geôles mexicaines depuis 7 ans, en raison de la violation de ses droits constitutionnels lors de la procédure... Suite...

En savoir plus

2 commentaires:

  1. A la vue des images de son arrivée à Paris où elle a été reçue comme une déesse, jouant la vedette, je me dis que cette fille a un sacré répondant après 7 ans de prison dans des conditions présentées comme épouvantables. Aurait elle bénéficié d'une régime de faveur?

    RépondreSupprimer
  2. Allez. Pour que le commentaire passe cete fois, je vais y aller du politiquement correct français : oui, oui, oui, elle est totalement inocente. la France n'a pas fait assez et assez tot pour la faire revenir plus vite. Le pays devrait se flageller une fois de plus, demander pardon et offrir l'asile politique a son ex-compagnon, lui aussi innocent. Amen . Et tous ceux qui ne feraient que s'interroger ne pourraient êtreque des méchants, na!

    RépondreSupprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.