lundi, mars 16, 2015

Comment fonctionnent nos élites face aux défis de notre temps?

OUTRE leur difficulté d'accès et l'érosion  de leur avantage comparatif dans la compétition internationale, l'orientation que l'ancrage des grandes écoles dans la sphère étatique imprime au statut socioprofessionnel des élites et à la hiérarchie des valeurs de la société française est loin d'être sans effet sur la relation du pays avec la vie économique, la modernité et la globalisation. Les grandes écoles ont été créées pour former les cadres de la nation, à une époque où celle-ci était essentiellement centrée sur un territoire et où l'État jouait un rôle prépondérant dans tous les domaines de la vie du pays : éducation « nationale », enseignement supérieur et recherche, haute administration, grands corps d'ingénieurs d'État, entreprises publiques et privées, fonctions politiques. Elles ont donc été conçues comme des machines à fonctionnariser les élites, qu'elles dotent de la sécurité d'un statut permanent et prestigieux, imprègnent du sens du service public, et qu'elles orientent, à l'exception des enseignants et des chercheurs, vers des fonctions d'administration, de gestion, de contrôle ou de normalisation. Suite...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.