mardi, octobre 10, 2017

Terrorisme: Greenpeace alarmiste sur la sécurité des centrales


source: premium.lefigaro.fr

Les conclusions d'un rapport d'experts du nucléaire et du terrorisme, mandatés par l'ONG, sont si inquiétantes que l'ONG ne rend publique mardi qu'une version expurgée des informations les plus sensibles.

 Alerter l'opinion et les pouvoirs publics, pour faire réagir. Voilà, en somme, l'objectif du rapport de Greenpeace sur la sécurité des centrales nucléaires face au risque terroriste, publié mardi matin et dévoilé par Le Parisien- Aujourd'hui en France . Et celui-ci se veut particulièrement alarmiste… En mandatant sept experts du secteur - trois Français, une Allemande, deux Britanniques et un Américain - l'idée de l'ONG de défense de l'environnement était «d'identifier les failles de sécurité» des 19 centrales françaises. Mais, d'après l'organisation, les conclusions sont si inquiétantes que l'organisation préfère publier une version «allégée». 
À lire»Terrorisme: l'État muscle la sécurité des sites sensibles 
 
Ainsi, seules sept copies de ce rapport seront remises mardi matin par le directeur général de Greenpeace France, Jean-François Julliard, à des hauts fonctionnaires en charge des questions de défense et sécurité au sein des institutions (Agence de sûreté nucléaire (ASN), Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), et le Commandement spécialisé pour la sécurité nucléaire de la gendarmerie nationale(Cossen) et du gouvernement. Le chargé de campagne auprès de Greenpeace, Yannick Rousselet justifie cette décision en expliquant qu'il «s'agit d'alerter l'opinion et les pouvoirs publics, pas de donner des idées à des personnes mal intentionnées».
L'un des points les plus sensibles porte sur la sécurité des piscines de refroidissement, où est entreposé provisoirement du combustible nucléaire irradié. Les structures abritant ces piscines de stockage sont dotées de murs avoisinant les 30 cm d'épaisseur, dont 2 à 3 cm sont composés de tôle métallique. Une protection bien plus faible que les parois de béton des bâtiments des réacteurs, et dont l'épaisseur avoisine les 60 à 100 cm.

«L'évolution du risque terroriste en quarante ans change tout»
 
«Nous connaissons un déficit historique de la protection de nos installations, et notamment des piscines de refroidissement. À l'époque du lancement du programme nucléaire français, l'attention a été portée uniquement sur le risque d'emballement du cœur du réacteur. L'évolution du risque terroriste en quarante ans change tout», décrypte Yves Marignac, l'un des contributeurs du rapport, au Parisien-Aujourd'hui en France .

Le renforcement des 62 piscines de refroidissement et des 58 réacteurs coûterait «entre 140 et 222 milliards d'euros», selon les experts, «soit entre trois et cinq fois ce qu'EDF a prévu de dépenser pour prolonger la durée de vie des centrales», a calculé le quotidien. Les experts ont «imaginé le pire pour éviter qu'il ne survienne» explique encore le quotidien auquel le directeur du parc nucléaire d'EDF, Philippe Sasseigne assure que «tous les moyens sont mis en œuvre et de manière coordonnée, entre EDF et l'État» pour assurer la sécurité des centrales face aux nouvelles formes de menaces.
(Avec agences)

Article Le Parisien- Aujourd'hui en France  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.