lundi, juillet 07, 2014

La Grande Conférence Sociale annuelle est-elle un discours ou une feuille de route sans âme ? - Economie Matin

Ce nom de Conférence interpelle, car ce terme assez solennel exprime plus le discours d'un exposé préparé, imposé que d'une réunion de concertation ou un dialogue sur des points précis. Et grande limite, le fait que les autres seront petites ou impossible d'être plus importantes.

C'est la troisième « grande conférence » depuis l'ère Hollande. La première en 2012 était axée sur la Sécurisation de l'emploi, la deuxième en 2013, sur la formation. Celle-ci se déroulera comme chaque année au Conseil Economique, Social et Environnemental avec le Gouvernement et tous les acteurs du dialogue social, soit quelque 300 personnes attendues au Palais d'Iéna à Paris.... Lire la suite...

1 commentaire:

  1. Manuel Valls a prononcé aujourd'hui un plaidoyer pour la réforme et le mouvement et revendiqué un "réformisme assumé", afin de "remettre en marche" une France "entravée", "coincée dans ses postures partisanes" et "tétanisée" par la peur de l'avenir.
    A la veille d'une conférence sociale sous tension, le premier ministre s'adressait à des militants du parti socialiste au pouvoir, rassemblés pour un banquet champêtre à Vauvert, dans le Gard. "Ce moment est arrivé. C'est vrai pour notre pays. C'est vrai également pour notre parti et pour la gauche", a poursuivi Manuel Valls, qui lançait il y a deux semaines au conseil national du PS cet avertissement : "Oui, la gauche peut mourir." Les Français attendent que le gouvernement agisse sans tarder, même si cela doit les perturber, a-t-il estimé.

    «Oui, la réforme peut créer des déséquilibres»

    "Oui, la réforme peut créer des déséquilibres, venir perturber des habitudes, des acquis. Mais la réforme va remettre ce pays en marche", a déclaré Manuel Valls. "Hésiter, faire à moitié, ce n'est pas la bonne méthode." "Je sais que notre culture politique, notre imaginaire collectif, nous poussent davantage vers la 'révolution', le tout ou rien", a-t-il déclaré. "Ce sont pourtant des réformes, de vraies réformes dans le dialogue, dont nous avons besoin."

    Quant aux "100 jours" aux échos napoléoniens, Manuel Valls a dit "ne pas faire sienne" la référence. "Cent jours, ce n'est qu'un début pour remettre notre pays en marche", a-t-il lancé.

    RépondreSupprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.