mardi, septembre 03, 2013

Photo: Bachar el Assad lors de son entretien au Figaro avec Georges Malbrunot

 Bachar el Assad Lors de son entretien au Figaro avec Georges Malbrunot [lien], BACHAR EL-ASSAD a mis en garde la France.
 "Quiconque accuse doit donner des preuves. Nous avons défié les États-Unis et la France d'avancer une seule preuve. MM. Obama et Hollande en ont été incapables, y compris devant leurs peuples. (…) Je ne dis nullement que l'armée syrienne possède ou non de telles armes. Supposons que notre armée souhaite utiliser des armes de destruction massive: est-il possible qu'elle le fasse dans une zone où elle se trouve elle-même et où des soldats ont été blessés par ces armes, comme l'ont constaté les inspecteurs des Nations unies en leur rendant visite à l'hôpital où ils sont soignés? Où est la logique?."

Les jours se suivent et se ressemblent lorsqu'il s'agit des discussions sur l'intervention militaire en Syrie. Comme annoncé, le gouvernement français a déclassifié hier, lundi 2 septembre, une note de de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et la Direction du renseignement militaire (DRM). Celle-ci est formelle : l'attaque du 21 août a été perpétrée par le régime de Bachar Al-Assad et son clan, les "seuls habilités à donner l'ordre d'utiliser des armes chimiques". Selon le document, il s'agissait en effet d'une "attaque massive et coordonnée dont les rebelles n'ont pas les moyens".
Lire l'article d'Atlantico...

- Actualités Syrie.
- Syrie le bourbier diplomatique | Union républicaine
- Syrie : la diplomatie française en échec 10/5/13

article ancien intéressant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.