Pétrole et acier soulignent la faiblesse de l'économie mondiale | La Chronique Agora

Aujourd’hui, nous écrivons sur ce qui ne s’est pas encore produit. Non que nous puissions affirmer que nous savons ce qui va se passer demain ou après-demain. Mais nous pouvons observer le présent — et en déduire quelques indices sur la direction vers laquelle il nous mène. Les électeurs américains se sont exprimés la semaine dernière. Ils ont été floués et ils le savent. Le plus grand programme d’impression monétaire de tous les temps — le QE — n’a rien fait pour eux. Au contraire, il a aggravé leur sort. L’investissement dans de nouvelles capacités de production a baissé. Leur maigre épargne ne produit pas de revenus. Les bons emplois — ceux qui "paient bien" — sont rares. Malgré toutes les annonces d’une "amélioration du marché de l’emploi", ça ne se voit guère dans les salaires. Le ménage américain moyen gagne 5 000 $ de moins qu’au début du 21ème siècle. La suite sur la Chronique Agora.

En Europe et en France on s'apprête à faire la même chose;  Lire les Echos.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.