Monday, March 16, 2015

Areva : les vraies causes de la débâcle

Areva, le premier groupe nucléaire mondial, vient de publier ses résultats annuels, qui annoncent des pertes nettes record de 4,8 milliards d’euros sur l’exercice 2014. Pour expliquer cette situation gravissime, le groupe évoque notamment une baisse durable de l’activité économique dans le domaine du nucléaire, un manque de compétitivité et la problématique de la gestion des risques dans les projets de grande envergure. Mauvaise gestion, trop peu de clients, l'état actionnaire à 87%...  Suite....

Plus: Groupe BG-Mines

3 comments:

  1. toujours aussi amusants ces sites aux noms pompeux, une analyse simpliste des pertes (essentiellement des provisions qui mériteraient une analyse sérieuse plutôt que d'être qualifiée de record sans plus) qui conduit à une préconisation de dénationalisation... utopique si la situation économique est à ce point obérée (quel privé bonne âme va gentiment dégager l'état français?), idiote si l'on pense pouvoir se dégager à court terme d'un des maillons essentiels du dispositif nucléaire.

    toujours le principe de désinformation du net, triste aussi! et à rapprocher de l'amende de même montant infligée par les usa à la bnp, banque privée depuis 25 ans...

    ReplyDelete
  2. psfay vous êtes toujours dans le déni. Reveillez vous! il y a 6 millions de chômeurs en France, 8 millions de mal payés; les salaires sont bloqués, mais les impôts augmentent ainsi que ce qu'on paie à l'état; le front national est à 30% d'intentions de vote aux départementales; les artisans, TPE et PME mettent la clé sous la porte en masse; recensez tous les commerces qui cessent leur activité autour de nous et sur la côte! Quand le net publie ce qui ne vous plaît pas, c'est de la désinformation.

    ReplyDelete
  3. la désinformation consiste à détourner les esprits (ou essayer) des vrais problèmes que vous citez pour leur faire croire qu'ils viennent des quelques boucs émissaires habituels et que le français moyen, lecteur d'un net formaté, va les résoudre en votant fn par exemple, ou sarko qd la gauche est au pouvoir, puis hollande si sarko ou le fn ont pris la suite en 2017.

    rappelons que les 6 millions de chômeurs sont la pointe des quelques millions déjà présents depuis 20 ans; à la sortie des 30 glorieuses ils étaient 500000(?), le premier million a fait l'effet d'une bombe, le sixième 30 ans plus tard n'est que le sixième et le dire n'est pas perdre de vue le drame du non emploi et de la non ressource des citoyens concernés, comme des sous payés ou des commerçants écartelés entre net capitaliste et grandes surfaces...

    reste que nos classes privilégiées, celles qui sont touchées par une remise à niveau de la fiscalité après 10/15 ans de laxisme clientéliste (jospin, chirac, sarko), pourraient faire moins de bruit, directement ou par l'intermédiaire de leurs sites bidons, et se préoccuper davantage d'un coté des moyens concrets et efficaces de réduire la dépense publique, de l'autre se préoccuper d'un long terme que nous avons tous du mal à définir de manière à fixer un cap positif à nos générations montantes...

    pour illustrer, la chicaïa surréaliste des médecins sur le tiers payant est significative du décalage entre l'état d'esprit d'une part de nos élites (le corps médical ne semble pas avoir de problèmes de chômage) et une réalité qui est le déficit de la sécu et la difficulté fréquente des 6 + 8 millions que vous citez à se soigner correctement (laissons au fn les inévitables abus des autres, des étrangers, des non français de souche ...)
    (ce point de vue critique d'actualité n'exclue aucunement l'idée que les médecins doivent se battre pour que le système à mettre en place soit efficace sur un plan administratif...)

    ReplyDelete

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.