samedi, avril 26, 2014

1151 milliards d’euros de dépenses publiques: pour quels résultats? | Institut Montaigne février 2014.

En France, la part des dépenses publiques est bien plus importante qu’ailleurs, représentant plus de 56 % du PIB, soit 1151 milliards d’euros en 2012, contre environ 45 % en moyenne dans les pays de l’OCDE. Dès lors, deux questions peuvent se poser : Le niveau des dépenses publiques est-il soutenable ? Un niveau de dépenses publiques élevé n’est pas nécessairement un problème en soi, si les recettes publiques permettent de couvrir ces dépenses sans recours à l’endettement public et sans peser sur la croissance du pays. Dans le cas de la France, les dépenses publiques sont financées pour une part importante par l’endettement, alors même que le niveau de prélèvements obligatoires est l’un des plus élevés de l’OCDE (à 45,3 % du PIB en 2012, soit 913 milliards d’euros, contre environ 34 % en moyenne dans les pays de l’OCDE). Lire le rapport...

2 commentaires:

  1. Les enjeux des finances publiques | forum de la performance; site du gouvernement à suivre pour en savoir plus sur les dépenses publiques,et les reecttes.... (lien).

    RépondreSupprimer
  2. Pour quel résultat? Mais pour conserver à la France son statut de pays de cocagne ou des étrangers, par exemple, n'ayant jamais cotisé un centime ici, on droit a un minimum retraite des lors qu'ils justifient de 5 ans de présence ici, même sans rien foutre, à la date officielle de départ en retraire. Le minimum en question peut même être supérieur a l'allocation de paysans ayant trimé toute leur vie. Comme disait le Grand Charles "c'est beau, c'est grand, c'est généreux, la France" . Aujourd'hui on devrait ajouter "surtout pour les parasites qui viennent en profiter".

    RépondreSupprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.