25/07/2022

Pascal Lamy ex commissaire européen pour le commerce; ex directeur de l'organisation mondiale du commerce OMC...

Un grand entretien sur la mondialisation et la dé-mondialisation sur la Tribune: Géopolitique, géostratégie, géoéconomie...  Source la Tribune

A TRIBUNE- Certains voient dans la guerre en Ukraine le début d'une « démondialisation », d'autres d'une « fragmentation de la mondialisation » avec l'émergence de blocs de pays constitués sur des considérations géopolitiques, échangeant peu ou pas du tout entre eux. Quelle est votre analyse ?

PASCAL LAMY- Après la chute du mur de Berlin en 1989 on a pu penser que la géoéconomie allait l'emporter sur  la géopolitique. Depuis la crise de 2008, nous assistons à une évolution inverse comme peuvent le laisser penser plusieurs événements comme l'arrivée de Donald Trump à la présidence américaine, le Brexit, la montée des populismes un peu partout dans le monde, la montée des tensions sino-américaines et in fine l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Avons-nous pour autant changé de paradigme au point d'affirmer que la géopolitique va dominer la géoéconomie au cours des prochaines décennies et fracturer ce monde? Je ne le crois pas. Si je reconnais qu'il y a des changements importants, je pense que les facteurs de globalisation restent, dans l'ensemble, supérieurs aux facteurs de fragmentation. Et ce, même si la tendance générale à la globalisation sera moins forte que par le passé  -c'est ce qu'on appelle la « slowbalisation »- et que la globalisation de demain aura des formes différentes de celle d'aujourd'hui. La réduction actuelle du ratio entre l'augmentation en volume du commerce international et la croissance, est un signe de ralentissement de la globalisation, pas de régression.

En quoi cette mondialisation sera-t-elle différente ?

Elle sera différente dans son développement et ses flux, lesquels ont toujours obéi aux progrès de la technologie et à la contraction du temps qu'elle permet. La technologie modifie la distance. Le temps de l'échange, qui l'a longtemps freiné, est en train de se contracter. Davantage d'ailleurs dans les services que dans les biens. La digitalisation, surtout quand on la couple à la servicification des économies, est aujourd'hui un puissant moteur d'échange international. Au cours des vingt ans qui viennent par exemple, 50 millions de médecins indiens vont entrer dans le marché global du télédiagnostic. La technologie et la servicification de l'économie continueront donc de pousser en faveur de la globalisation. En face, il y a aussi des facteurs de déglobalisation ou de réduction des interdépendances, à commencer par la rivalité sino-américaine, qui restera le fond de tableau de la géopolitique et de la géoéconomie mondiale des 50 ans qui viennent.

Janet Yellen, la secrétaire d'Etat américain au Trésor mais aussi Christine Lagarde, la patronne de la BCE, parlent de « friend-shoring », friend-sharing », et de friend-shopping », un système qui viserait à sécuriser les chaînes de production en les organisant entre pays « amis ».  Qu'en pensez-vous ?

La crise du Covid a fait apparaître la fragilité de certaines chaînes de production. On l'avait déjà vu d'ailleurs lors de l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima en 2011 ou au moment d'inondations en Asie du sud-est à la fin des années 90, mais c'est la première fois qu'on observe ce phénomène de cette ampleur. Certes, il y a une partie de « reshoring », de « safe-shoring »,  un peu de « friend-shoring », versions plurielles de diverses relocalisations de la production. Mais il y a d'autres moyens de remédier à la fragilité des chaînes de production, à commencer par la diversification des approvisionnements, laquelle augmente d'ailleurs l'échange international. Si vous passez d'un fournisseur chinois, à trois fournisseurs, un chinois, un vietnamien et un bangladais, vous contribuez à la globalisation.

La modification des flux n'est-elle pas un facteur de mutation de la mondialisation ?

Certes, mais la géographie des flux a toujours changé. Quand le salaire minimum chinois augmente de 15% par an, ou si le prix du carbone passe à 100 euros, cela change la géographie des flux. Mais ce n'est pas de la déglobalisation. C'est une globalisation avec des reliefs différents. Cela dépend des secteurs, des changements des prix relatifs, des parcours de décarbonation des uns et des autres, des évolutions des réglementations

Faut-il néanmoins s'attendre à des relocalisations en Europe ?

Un peu. Pas beaucoup, parce que le coût est élevé pour les entreprises. Bien sûr qu'il y a des éléments de « reshoring » dans l'industrie. L'impression 3D, par exemple, va, dans certains secteurs, favoriser des relocalisations. Il y a également des métiers qui, au regard de l'augmentation des salaires en Chine et dans quelques années au Vietnam et au Bangladesh, préfèreront relocaliser. Mais ce n'est pas la tendance principale, ne serait-ce qu'en raison de la géographie des marchés en croissance la plus rapide, là où il faut être, et d'abord sur le pourtour du Pacifique. Quant aux éléments de « friend-shoring », il y en a. Mais cela reste marginal, car cela coûte cher. Les rabais amicaux sont rares.

La multiplication des sources d'approvisionnement ne coûte-t-elle pas cher également ?

Pas forcément. Si vous prenez les fournisseurs du sud est Asiatique, ils ont de la place pour rogner sur leurs marges d'exportateurs.

Les critères ESG se développent très fort en Europe. Ne peuvent-ils pas contribuer à relocaliser ?

Oui, cela va jouer, un temps. Mais les autres suivront, et tant mieux. Et l'amélioration de la qualité ESG des chaînes de valeur ne signifie pas toujours qu'elles vont raccourcir. C'est la globalisation qui va servir de vecteur à la normalisation de certaines chaînes de valeur sous la pression des syndicats ou des consommateurs. Cela passera par la vérification de ce qui se passe en amont du point de vue du respect des droits de l'Homme, des régimes sociaux, des contraintes environnementales, des normes sanitaires et phytosanitaires.

La guerre en Ukraine provoque une onde de choc sur l'économie mondiale, notamment en Europe. Quel est l'impact à court et long terme sur le commerce international de cette guerre et des sanctions qui l'accompagnent ?

La Russie, du point de vue du commerce international et de la globalisation, est un épiphénomène. Ce qui se passe ne chamboule pas la globalisation. L'Europe aura moins de gaz russe, mais on ira chercher du gaz américain ou qatari. Ce n'est pas une contribution à la déglobalisation. C'est juste un changement de la carte des flux. La Russie est un cas intéressant, car c'est l'économie la moins globalisée qui soit à l'exportation. Elle pratique ce que les économistes appellent le commerce « fatal ». C'est-à-dire du commerce de surplus. Qu'exportent les Russes ? Des énergies fossiles, des minerais, des combinaisons de deux, acier ou aluminium, de l'agriculture et des armes. Ce n'est donc pas une économie globalisée au sens où elle ne crée pas des interdépendances qui naissent d'une division intelligente du travail international, au sens de l'intérêt qu'ont les pays à échanger des produits qu'ils font mieux que les autres contre des produits qu'ils font moins bien. Un intérêt qui pousse d'ailleurs à la paix. Les Russes ne sont pas dans ce jeu-là. Ils exportent ce qu'ils produisent en trop et sont obligés d'exporter. Et l'Europe importe, pour un court moment encore, du gaz russe parce qu'elle en a besoin, que son transport par gazoduc est moins cher, et son empreinte carbone moins mauvaise que celle du GNL américain.

Qui de l'Europe ou de la Russie sera la plus impactée au cours des prochaines années ?

A court terme, l'Europe souffrira et devra faire preuve de solidarité. On est en train de découvrir que l'autonomie stratégique a un prix. Politiquement ce n'est pas un hasard si en Allemagne et en France, on ne dit mot sur les rationnements d'énergie qui vont arriver à l'hiver 2023/2024. A long terme, c'est évidemment la Russie, qui est en train d'être éviscérée de tout ce qui l'avait modernisée depuis 30 ans : des investissements étrangers, des transferts de technologie, du savoir-faire occidental, des cerveaux russes qui partent.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, la Russie reprend elle aussi l'idée de commercer avec des pays amis. Les dirigeants russes et chinois n'ont d'ailleurs de cesse d'étaler au grand jour leur amitié et de montrer leur volonté de coopérer étroitement à l'avenir. Ne va-t-on pas vers la constitution d'un bloc sino-chinois sachant que la Chine pourrait facilement remplacer les Européens en Russie ?

Je n'y crois pas beaucoup. Il y a un bloc chinois, américain, un bloc européen. Ce n'est pas nouveau. Je ne pense pas que la Chine aura comme politique d'aider sérieusement la Russie au risque de sanctions. L'alliance sino-russe est plutôt une alliance narrative anti occidentale qui trouve un écho important dans le monde. La Chine fera en sorte de profiter de l'évolution de la situation. Ils ont désormais une taille, une masse, un niveau de sophistication, y compris technologique, des réseaux qui en font un acteur incontournable.

Même chose pour l'Inde ?

Probablement, à leur manière, qui n'est pas la même que celle de la Chine avec laquelle ils ont des différends, y compris territoriaux. J'ai de bonnes raisons de penser qu'ils vont se distancier des Chinois, avec qui ils ont un problème de frontières. L'Inde peut rester intelligemment neutre. Sur le plan intérieur, Narendra Modi a pris un virage anti-musulmans et pro-Hindous, qui ne va pas forcément trouver un écho favorable en Asie du Sud Est. De même, je pense que même si la Chine est en train d'essayer d'intégrer la zone du sud-est asiatique sous son influence, les pays de l'Asean vont résister. On voit comment l'Asean se renforce, c'est le seul processus d'intégration régionale, avec l'Union Européenne, qui ait progressé en permanence depuis 50 ans, pour la simple raison qu'ils ne veulent pas mettre tous leurs œufs dans le panier chinois.

La Chine est-elle une menace ?

Je pense que la Chine est une menace dans certains domaines, mais aussi qu'une Chine autarcisée est plus menaçante qu'une Chine globalisée. Aux Etats-Unis, on pense l'inverse. Par ailleurs l'idée européenne, française et américaine, sous une forme différente, d'une politique indo pacifique plus musclée fait du sens.

Vous ne croyez pas une « fragmentation » de la mondialisation pour les produits manufacturés. Qu'en est-il pour l'économie digitalisée ?

Elle sera globalisée de manière différente que la « vieille » économie. Dans certains cas davantage : les business modèles sont les mêmes partout, les plateformes, les réseaux sociaux se ressemblent, prennent du pouvoir de marché partout, et posent les mêmes problèmes de concurrence et de contenus. Mais aussi moins dans d'autres car la matière première, la donnée, n'est pas idéologiquement neutre et obéit à des préférences collectives différentes en termes de protection, de circulation, de stockage, de sécurité, de contrôle politique. Des reliefs qui n'ont rien à voir avec le monde philosophiquement plat des chemises, des voitures, des smartphones. D'où des écosystèmes différents, des principes de régulation plus variés, et donc une certaine fragmentation.

En combien de blocs ?

A mon avis ce sera en trois : Etats-Unis, Europe, Chine. Qui devront aménager convergences ici et coexistence là pour garder les bénéfices de l'ouverture et des économies d'échelle tout en satisfaisant des nécessités de sécurité. Une globalisation avec des pare-feux, en quelque sorte.

La poussée du protectionnisme observée ces dernières années un peu partout dans le monde n'est-elle pas une menace pour la globalisation ?

Le passage du protectionnisme au précautionnisme reste la grande inconnue. Le protectionnisme consiste à protéger ses producteurs de la concurrence étrangère. Cela existe depuis 22 siècles et on sait, avec des quotas, des droits de douane, des subventions pourquoi et comment faire ou, de plus en plus, ne pas faire. Le précautionnisme consiste à protéger les populations de certains risques environnementaux, sanitaires, sécuritaires au moyen de normes, de régulations et de contrôles. C'est donc une tout autre approche parce que l'on crée des obstacles à l'échange international pour ceux qui veulent exporter sur plusieurs marchés qui ne viennent pas, comme dans le cas du protectionnisme, des mesures destinées à protéger les producteurs des pays importateurs, mais des différences de régulation entre les pays où l'on veut exporter. Par exemple, un exportateur rwandais de roses peut rencontrer de gros problèmes à exporter au Japon, aux Etats-Unis ou en Europe, non pas parce qu'il est confronté à des obstacles protectionnistes de la part de ces pays, mais parce que la régulation sur les pesticides est différente dans chacun de ces pays. Ce qui l'oblige à séparer trois champs pour cultiver ses roses de manière différente pour tenir compte des trois réglementations. Le précautionnisme, dont la montée est inéluctable, crée des frottements à l'échange international. Il est la manifestation de l'augmentation du prix du risque. C'est un dénivellement du champ concurrentiel. Si on regarde par exemple où l'on peut ouvrir davantage l'échange transatlantique, ce n'est pas dans les droits de douane, sauf de manière marginale dans l'agriculture, c'est dans le domaine réglementaire, les normes, les standards, les modes de certification. D'ailleurs, où constate-t-on la montée la plus rapide  de l'influence chinoise ? C'est dans les organismes de standardisation internationale.

Une éventuelle réélection de Donald Trump serait-il un coup frein à la globalisation ?

Non. Parce que l'expérience Trump a beaucoup vacciné. Un échec annoncé. Aujourd'hui avec l'inflation, les Américains se rendent compte qu'il faut retirer les droits de douane, lesquels ont fait augmenter les prix d'un certain nombre de biens de consommation de 30%. La leçon de Trump, c'est l'échec le plus complet du protectionnisme le plus brutal et le plus inculte, consistant à penser que les droits de douane sont payés par l'exportateur. Non, ils le sont par le consommateur. Les Républicains et Démocrates partagent le même point de vue. Certes, ils veulent découpler l'économie européenne de l'économie chinoise dans les secteurs de la Tech. Mais ça, ce n'est pas d'abord une affaire de politique commerciale mais plutôt de politique industrielle, de recherche, d'innovation de formation, de qualité des systèmes sociaux.

La transition écologique peut-elle influencer la carte de la globalisation ?

La transition écologique, en ce qu'elle modifie les prix relatifs, va bien sûr affecter la carte de la globalisation, mais ce sera toujours de la globalisation. S'il y a un facteur qui résume les évolutions, c'est le « repricing », la réévaluation du risque, et d'abord du risque le plus menaçant, le risque environnemental. Mais qui est perçu de manière très différente entre L'Europe et la Chine d'un côté et les Etats Unis de l'autre. D'où un autre risque de frottements.

Quand on sait qu'une grande partie des métaux stratégiques ou du raffinage sont en Chine ou en Russie, n'y a-t-il pas un risque sur la transition écologique des pays occidentaux ?

Il peut y avoir des raisons de la freiner à court terme, mais aussi de bonnes raisons de l'accélérer. On le voit bien avec l'impact de l'invasion de l'Ukraine sur le système énergétique européen. Une partie des pays se tournent vers le charbon tandis que d'autres veulent accélérer le développement des énergies renouvelables. L'un dans l'autre, le résultat va être une accélération de la décarbonation de l'énergie européenne. En matière agricole, cela est un peu différent. Des pressions s'exercent à Bruxelles pour alléger à moyen long terme les contraintes environnementales qui vont s'appliquer à notre système agroalimentaire auxquelles il serait infondé de céder, de mon point de vue. Je n'assimile pas, contrairement à d'autres opinions, la sécurité alimentaire et la souveraineté alimentaire.

Quelle sera la place de l'Europe demain ?

Avant l'invasion de l'Ukraine, je pensais qu'elle était entrée dans une nouvelle phase d'intégration dynamique autour du « pacte vert », de l'autonomie stratégique, du rattrapage digital. Depuis, j'en suis moins sûr parce que cette guerre est arrivée trop tôt du point de vue de de l'Europe de la défense. Poutine nous a inévitablement jetés dans les bras américains de l'OTAN et les Américains ont jeté Poutine dans ceux des Chinois. Les dés roulent. Et je ne sais pas très bien de quel côté ils vont tomber.

Certains observateurs disent pourtant que la crise, dans la capacité qu'ont eu les pays membres à pratiquer des sanctions communes à l'égard de la Russie, a renforcé l'Europe.

Ce n'est pas faux, à court terme. Il y a eu trois grandes étapes d'intégration européenne ces derniers temps, qui ont toujours résulté de crises extérieures auxquelles l'Union européenne a réagi en faisant riper l'ancre allemande : En 2008, où nous n'avons pas tenu compte du traité de Maastricht, pendant la crise du Covid avec un endettement commun, et aujourd'hui avec les sanctions contre la Russie et la décision de financer l'envoi d'armes à l'Ukraine au niveau européen.

Pour autant, cinq mois après le début de la guerre, je crois qu'il serait prématuré de considérer que la guerre en Ukraine a renforcé l'Europe. Je suis mal à l'aise quand j'entends à Washington, Londres, Pékin, Moscou, présenter ce conflit comme une affaire entre l'Ouest et le reste du monde qui considère, lui, que cette guerre n'est pas son affaire. Ce n'est pas bon signe, y compris pour l'Europe, dont j'ai toujours pensé qu'elle devait avoir son individualité. On fait partie du monde libre et c'est très bien. Mais quand j'entends certains responsables britanniques affirmer que le G7 c'est l'OTAN de l'économie, je me souviens de Trump au G7 et je frémis pour l'union des européens.

Plus que l'Occident contre le reste du monde, n'est-ce pas davantage les démocraties contre les régimes autoritaires ?

Non. Pour moi, l'Inde est une démocratie acceptable et elle n'est pas de notre côté, tandis que Singapour, qui n'en est pas une, est avec nous.

Que doit donc faire l'Europe ?

Accélérer son intégration tous azimuts. En 2050, l'UE comportera 35 membres.

Même si la dernière grande phase d'élargissement de l'Europe aux pays de l'Est en 2004 n'a pas été une réussite.

Le désir à l'époque était tellement fort, c'était impossible de faire autrement. Cela a conduit à certains raccourcis dans notre pensée de l'Europe centrale et orientale dont, on est en train de payer le prix maintenant. Pour autant, je ne suis pas d'accord pour dire que l'élargissement était précipité. Ces pays sont entrés dans l'UE une quinzaine d'années après la chute du mur de Berlin en 1989. Je rappelle que l'Espagne et le Portugal ont attendu douze ans après la fin de la dictature. A cette aune, une adhésion de l'Ukraine en dix ans serait une performance !

Pour vous l'entrée de l'Ukraine dans l'UE est donc une certitude  ?

Une forte probabilité, quand elle sera reconstruite. On est en train d'organiser deux parcours parallèles qui sont le parcours d'ajustement de l'Ukraine aux normes européennes et le parcours de reconstruction de ce pays. Reste à trouver les 500 milliards nécessaires, une addition qui va sans doute augmenter dans les mois qui viennent. L'invasion russe a rendu inévitable l'accession de l'Ukraine à l'UE, mais pas forcément à l'OTAN dans le même temps.

J'ai bien connu l'Ukraine. J'ai travaillé pour l'aider à faire entrer dans l'OMC un pays gangréné par la corruption à l'époque. Je découvre aujourd'hui un pays différent, avec une armée qui a été formée pendant 10 ans par l'OTAN. Cela n'a pas échappé aux Russes. Le fait que l'UE ait commencé, récemment il est vrai, à réfléchir à son indépendance énergétique à l'égard de la Russie et que l'Ukraine se soit renforcée a pu jouer dans la décision de lancer l'invasion le 24 février dernier.

Quand on voit les différentes oppositions entre la Commission européenne et la Pologne et la Hongrie, ou encore les liens étroits de Varsovie avec Washington qui se traduit souvent par des contrats industriels passés aux entreprises américaines plutôt qu'européennes, notamment dans la défense, ces deux pays ne sont-ils pas opposés à l'intégration européenne ?

Ces deux pays ne sont pas du tout opposés à l'intégration européenne. Ils la souhaitent, mais à leur manière, avec une idéologie politique qui n'est pas en ligne avec les règles européennes et de manière plus prononcée en Hongrie qu'en Pologne. L'illibéralisme est allé plus loin en Hongrie. Donald Tusk a une chance de gagner les prochaines élections en Pologne. Et puis, Vladimir Poutine a fait de la Pologne une telle priorité géopolitique aujourd'hui qu'on ne peut plus raisonner tout à fait de la même manière. Les conséquences du choc de l'invasion de l'Ukraine obligent à réviser la carte géopolitique de l'Europe. Les pays d'Europe Centrale et Orientale vont peser davantage dans l'espace européen.

Beaucoup en Pologne pensent que les Etats-Unis les protégeront en cas d'attaque russe. Partagez-vous cette analyse ?

Probable, oui, et les européens aussi, s'ils parviennent à s'organiser pour cela.

Craignez-vous une accentuation de la fracture Nord-Sud ?

L'augmentation de la fracture Nord-Sud est un phénomène qui m'inquiète davantage que la déglobalisation. L'apartheid vaccinal COVID que nous avons laissé s'installer aura laissé des traces durables dans le monde en développement et notamment en Afrique. La COP de Glasgow a également endommagé les relations Nord-Sud puisque le Nord a demandé au Sud de sortir rapidement des énergies fossiles sans s'engager vraiment à soutenir les investissements nécessaires. Une bonne partie de ces frustrations nourrit la réaction, qui a pu nous étonner, de beaucoup de pays à l'invasion de l'Ukraine. Pour l'Europe, l'Afrique est le problème numéro 1. Je conçois que les Etats-Unis et la Chine sont des questions géopolitiques et géoéconomiques importantes pour l'Europe, mais la vérité, dans la vie de tous les jours, est que si l'Afrique ne gagne pas la course de l'économie contre la démographie dans les vingt ans à venir, nous aurons un gros problème.

Peut-on envisager un changement du système monétaire international ?

Je ne crois pas à une modification à court terme du système monétaire international. On peut mesurer les forces respectives des monnaies par la facturation, ou leur part dans les réserves des banques centrales, mais la mesure ultime, c'est le stock d'actifs disponibles pour les investisseurs. Et ce n'est pas demain la veille que les stocks en euros ou en yuans vont dépasser les stocks en dollars. Le vrai facteur limitant, il est là. Tant que les Chinois n'auront pas changé de position sur le fait qu'un change ouvert, c'est bon pour l'économie, cela ne changera pas. C'est d'ailleurs curieux qu'on puisse être membre du FMI et ne pas avoir un change ouvert. Mais c'est le cas.

Dans les pays occidentaux, en Europe et France notamment, il y a une certaine remise en cause de la mondialisation par une partie de la population, pensez-vous qu'elle peut encore de l'ampleur ?

J'ai toujours pensé et dit que la mondialisation est à la fois efficace et douloureuse je crois aujourd'hui que et que la démondialisation est inefficace et douloureuse. Il y a eu une période où les antimondialistes disaient que la globalisation serait nuisible pour les pays en développement. La réalité a démontré le contraire. L'impact pour les pays développés a été inégal, mais d'autant plus ressenti négativement que les systèmes sociaux ont moins bien pris en charge l'insécurité sociale des changements rapides dans l'emploi qui sont intervenus, et qui proviennent pour à 85% de la technologie, et à 15% de la globalisation. Et ces 15% ont mordu dans les pays où les systèmes sociaux étaient les plus médiocres comme aux Etats-Unis et en partie en Angleterre, qui après la crise de 2008 a subi un programme d'austérité nettement plus sévère que sur le continent. D'où le Brexit, ou l'élection de Trump. Il y a effectivement une partie de l'opinion occidentale qui considère que la globalisation est négative pour l'emploi, mais ce n'est pas le cas partout. Ce n'est pas le cas dans les petits pays, un peu en France, pas beaucoup en Allemagne, ni en Italie ni en Espagne.

Comment l'expliquez-vous en France ?

La France a toujours été une exception, un angle mort du commerce international. C'est l'une de nos constantes culturelles. Il y a eu seulement une brève période de vrai libéralisme économique et commercial en France, sous Napoléon III. Avant il y avait Colbert, après il y a eu Méline. L'une des raisons pour lesquelles les Anglais sont restés libres échangistes et les Français sont devenus protectionnistes, tient à la structure foncière. En Angleterre, de grands domaines agricoles ont été conservés. Quand le prix du blé s'est effondré sur le commerce transatlantique au 19ème siècle, l'État a refusé de mettre des droits de douane pour éviter de faire monter le prix du pain et protéger les pauvres. Cette décision allait à l'encontre des landlords. En France, parce que la révolution française avait morcelé les propriétés foncières, il fallait bien protéger les petits paysans et pour éviter qu'ils soient en difficulté, l'Etat a mis des droits de douane. Dans nos mentalités collectives, la terre fermée compte plus que la mer ouverte.

Les résultats du RN et de LFI montrent que le discours anti-mondialisation a une forte résonance en France

Si on regarde les sondages en France, l'opinion est à près de 60% en faveur de la globalisation. Mais chez LFI et RN, 80% sont contre. C'est très polarisé. De mon point de vue, les économies ouvertes se développent mieux que les économies fermées. Mais je n'ai jamais été un inconditionnel de l'ouverture des échanges. Il y a simplement beaucoup plus de cas où cela donne de bons résultats que l'inverse. Mais c'est l'un parmi beaucoup d'autres instruments de politiques publiques destinées à améliorer la croissance et la qualité de vie et à réduire les inégalités. Si l'on compare les réussites et les échecs des pays dans le monde depuis cinquante ans, l'ouverture des échanges compte, mais l'éducation, la formation, le niveau des connaissances, l'innovation, la cohésion sociale, viennent loin devant.

___

Au SOMMAIRE de notre DOSSIER SPÉCIAL MONDIALISATION (30 articles au total)

No comments:

Post a Comment

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email google valide. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.