24/07/2022

Alain Supiot: «Des urnes au travail, nous assistons à la sécession des gens ordinaires»

Source le Figaro Par Alexandre Devecchio et Martin Bernier 44-57 minutes

GRAND ENTRETIEN - Pour le professeur émérite au Collège de France, l'abstention aux élections législatives et le désinvestissement au travail peuvent s'analyser comme les deux faces d'une même crise nourrie par le sentiment de dépossession des classes moyennes et populaires.

Grand penseur de l'État social reconnu pour ses ouvrages sur le travail et auteur de La Gouvernance par les nombres (Fayard, 2015), Alain Supiot a récemment publié La Justice au travail (Seuil, 2022) et présenté une réédition des Lettres persanes à l'occasion du tricentenaire de l'œuvre de Montesquieu (Points, 2021).

LE FIGARO. - Vous écrivez qu'à la sécession des élites, théorisée par Christopher Lasch répond aujourd'hui une sécession des gens ordinaires. Les dernières élections, législatives, et dans une moindre mesure l'élection présidentielle, confirment-elles votre diagnostic ?

Alain SUPIOT. -Christopher Lasch a été en effet le premier à mettre en lumière ce sentiment de sécession des élites, de perte de tout contrôle démocratique, qui est l'un des ferments de la profonde crise institutionnelle que nous traversons. La France n'y échappe pas, en raison notamment de la place nodale qu'y occupe l'État, objet de toutes les attentes et cible de toutes les critiques. Mais cette crise est à l'œuvre dans beaucoup d'autres pays. Aux États-Unis, elle couvait bien avant l'élection de M. Donald Trump, comme on peut le voir dans Elysium, un film de science-fiction sorti en 2013. Ce «blockbuster» nous transporte au XXIIe siècle.

Les riches ont fait sécession, ils vivent réellement « hors-sol », dans un luxueux satellite, doté d'une médecine incroyable ; là-haut tout est calme, luxe et volupté, tandis que les villes américaines comme Los Angeles sont devenues de vastes bidonvilles, violents et pollués. Comme dans tout bon film américain, un héros solitaire va rétablir la justice. Étant profondément enracinée dans le cœur des hommes, l'aspiration à la justice est toujours et partout au travail dans l'histoire… Dans le subconscient américain que révèle ce film, c'est l'inégalité d'accès au système de soins qui polarise la révolte contre une classe politique qui ne reçoit plus de la Terre que de faibles signaux. C'est un point à méditer à l'heure où notre système de santé est au bord de la rupture et où s'installe à bas bruit une médecine à deux vitesses.

Ayant le sentiment de n'avoir plus aucune prise sur les décisions qui les concernent, les «gens ordinaires», ceux des classes moyennes et populaires, sont en effet enclins à faire à leur tour sécession. S'il fallait dater l'origine de cette désaffection, il faudrait remonter au Traité de Maastricht, adopté par référendum en 1992, avec une forte participation (près de 70% !), mais un score extrêmement serré (51%). Toutefois la rupture intervient quelques années plus tard lorsque la classe dirigeante refuse de s'incliner devant le résultat du référendum sur la Constitution européenne, rejetée en 2005 avec la même forte participation par près de 55% des votants. En 1992 l'État perd la main sur certaines de ses attributions essentielles, notamment budgétaires et monétaires ; après 2005 les Français réalisent qu'ils ont perdu la main sur l'État, dont le destin se décide désormais ailleurs que dans les urnes. Alors même qu'ils avaient pris au sérieux la question qu'on leur posait et passé des heures à en délibérer en famille et dans les lieux publics, lors du dernier grand débat démocratique qu'ait connu notre pays !

En 2012 le président Hollande a fini de discréditer la parole politique, en ratifiant le traité sur la gouvernance monétaire européenne aussitôt après s'être fait élire sur la promesse de ne pas le ratifier. À quoi bon aller voter dès lors que les décisions importantes sont prises hors de portée électorale, à Bruxelles, à Francfort ou à la Cour de Luxembourg ? Cela ne veut pas dire, comme semble le penser le président Macron, que l'Union européenne soit une souveraine en puissance. Du point de vue juridique, il s'agit plutôt d'une suzeraine, dont les États membres sont les vassaux. C'est du reste une constante: la gouvernance par les nombres fait partout ressurgir les liens d'allégeance. Il n'est dès lors pas surprenant – pour reprendre les concepts éclairants d'Albert Hirschman — que les électeurs, notamment les plus jeunes, préfèrent l'exit à une voice devenue inaudible ; autrement dit la défection plutôt que l'expression dans les urnes.

Ce sont les actifs en réalité. Les retraités votent toujours mais les actifs décrochent ou refusent de voter pour les partis installés…

Il faut pour le comprendre se rappeler les liens profonds qui, depuis les origines de la démocratie, unissent représentation politique et représentation théâtrale. Aller au théâtre était du reste une obligation civique dans l'antique démocratie athénienne. Une représentation politique réussie suppose que le public puisse se reconnaître dans les personnages qui sont sur la scène. Sinon, le théâtre dégénère en guignol. Il est alors possible d'en rire et de fait, «Les Guignols de l'info» ont connu un grand succès durant la période que nous venons d'évoquer. Si ce décrochage des acteurs et du public perdure, celui-ci se lasse, siffle ou déserte, à l'exception en effet de vieux abonnés, qui s'accrochent à leur place... L'heure n'est plus alors à la rigolade et d'ailleurs on supprime «Les Guignols».

À partir des années 1990, la perte de souveraineté monétaire et budgétaire de l'État et la dévitalisation de la démocratie sociale et économique sont allées de pair. La globalisation a mis les entreprises au service de la finance et les États en situation de concurrence fiscale, sociale et écologique.

Alain Supiot

Cette scène politique ne constitue cependant qu'un aspect de la démocratie, qui possède aussi depuis toujours une dimension économique et sociale. Les premières bases de la démocratie athénienne furent posées par Solon, il y a 2500 ans, pour rétablir la paix civile, menacée par l'accaparement des richesses par un petit nombre de ploutocrates qui réduisaient le grand nombre des Athéniens à l'esclavage ou à l'exil. Il y parvint en allégeant le fardeau de la dette et en reconnaissant à tous ceux qui vivent de leur travail une dignité égale à celle des possédants. Ce lien structurel entre démocratie politique et démocratie économique n'a cessé depuis de se manifester dans l'histoire. Les cités italiennes de la fin du Moyen-Âge ont été fondées sur une «conjuration d'entraide» entre marchands, désireux de se libérer des liens féodaux sans permettre aux plus riches d'entre eux d'accaparer le pouvoir. À l'époque des Lumières, Montesquieu, le théoricien du 'doux commerce', prévient que «pour maintenir l'esprit de commerce, il faut que les lois, divisant les fortunes à mesure que le commerce les grossit, mettent chaque citoyen pauvre dans une assez grande aisance, pour pouvoir travailler comme les autres ; et chaque citoyen riche dans une telle médiocrité qu'il ait besoin de son travail pour conserver ou pour acquérir». Et selon Rousseau, «il importe extrêmement de ne souffrir dans la république aucun financier par état : moins à cause de leurs gains malhonnêtes qu'à cause de leurs principes et de leurs exemples», qui selon lui sont contraires à la vertu civique, c'est-à-dire la capacité de distinguer l'intérêt particulier de l'intérêt public.

Cette dimension économique de la démocratie a ressurgi au XXe siècle, avec le New Deal aux États-Unis, ou avec notre « République sociale », issue du programme du Conseil National de la Résistance et consacrée à la fin de la guerre par le Préambule de la Constitution. En 1936, dans un discours resté fameux, Franklin Delano Roosevelt constate que «la liberté d'une démocratie n'est pas assurée, si le peuple tolère que le pouvoir privé croisse à un point tel qu'il devienne plus fort que l'État démocratique lui-même». De l'histoire récente, il tirait la leçon que le «despotisme économique» faisait le lit du fascisme et que «le gouvernement par l'argent organisé est aussi dangereux que le gouvernement par le crime organisé». Cette prise de conscience a conduit à généraliser après-guerre ce qu'on nomme le «pacte fordiste»: on échange de la subordination au travail contre de la sécurité économique. Vous allez faire un boulot idiot, monter des pièces à la chaîne toute votre vie, mais vous aurez un salaire décent, des congés payés et la sécurité sociale.

Cette réduction de la justice sociale a une question d'avoir, d'échange d'une quantité d'heures de travail décérébré contre une quantité d'argent, a été très tôt critiquée par la philosophe Simone Weil, mais aussi par de Gaulle, qui dénoncera «ceux qui se croient habiles» en limitant la participation des travailleurs à son volet financier, alors qu'il voulait l'étendre à la gestion des entreprises. Il n'a jamais cédé sur cette idée, ce qui le conduira à se retirer de la vie politique après l'échec du référendum organisé en 1969 pour la mettre en œuvre. La dernière tentative d'articuler les dimensions politique et économique de la démocratie date de 1982, avec le projet de citoyenneté dans l'entreprise porté par les réformes Auroux.

À partir des années 1990, la perte de souveraineté monétaire et budgétaire de l'État et la dévitalisation de la démocratie sociale et économique sont allées de pair. La globalisation a mis les entreprises au service de la finance et les États en situation de concurrence fiscale, sociale et écologique. Les actifs — indépendants comme salariés — ont ainsi perdu sur les deux tableaux : ils n'ont plus de prise sur le pouvoir politique, assujetti aux disciplines d'un Marché devenu total ; et pas davantage sur le pouvoir économique qui, émancipé de la tutelle des États, réduit le travail à l'état d'instrument de « création de valeur » pour les actionnaires. Il n'est donc pas surprenant que la sécession des gens ordinaires se fasse sentir sur ces deux tableaux : par l'abstention ou le vote protestataire ; et par le désinvestissement du travail. On nous annonçait à son de trompe que la révolution numérique signait la «fin du travail», mais c'est à la pénurie de «travailleurs essentiels» que nous sommes confrontés aujourd'hui, à commencer par les «premiers de corvée» dont la pandémie a révélé aux « premiers de cordée » qu'on ne pouvait impunément continuer à les mépriser et les sous-payer. On peine à trouver des profs, des infirmières, des serveurs, des chauffeurs routiers... Ce mal frappe les services publics appauvris et désorganisés par des décennies de «réformes structurelles», mais aussi les entreprises, que le Marché total et la financiarisation de l'économie ont profondément détraquées.

En quoi les entreprises sont-elles «détraquées» ?

Karl Polanyi a montré en son temps que le capitalisme reposait sur les fictions du «travail marchandise», de la «terre marchandise» et de la «monnaie marchandise». Le néolibéralisme y a ajouté la fiction de «l'entreprise marchandise». Or l'entreprise est une institution au sens défini par le grand juriste Maurice Hauriou, c'est-à-dire un pouvoir organisé au service d'une œuvre. Cette œuvre peut consister à fabriquer des avions ou des vêtements, financer des investissements, enseigner la jeunesse, assurer la propreté des rues, soigner ou nourrir ses semblables… En toute hypothèse, c'est la réalisation d'une œuvre qui donne sens au travail de chacun, qu'il soit facteur, infirmier, informaticien, menuisier ou banquier.

Dès lors que le gonflement du bas de bilan remplace le projet d'entreprise et que les indicateurs de Maastricht remplacent le projet politique, une perte généralisée du sens affecte à la fois le politique et l'économique.

Alain Supiot

À partir du moment où vous dites que l'entreprise n'a pas d'autre but que l'enrichissement de ses actionnaires, qu'elle est une machine à sous en concurrence avec d'autres machines à sous, elle est livrée aux forces entropiques de la spéculation financière. Dans les formes les plus extrêmes, cela donne aux États-Unis le scandale du groupe pharmaceutique Turing qui, après avoir racheté le brevet du médicament utilisé pour prévenir et soigner la malaria et la toxoplasmose, en a augmenté le prix de 5000%, pour la plus grande satisfaction de ses actionnaires et le malheur des malades. Ou en France le récent scandale du groupe Orpea, qui n'a pas investi dans les Ephads par souci des personnes âgées dépendantes, mais pour leur faire cracher du cash. Faire de l'argent pour de l'argent ce n'est pas seulement ne rien faire, c'est empêcher de bien faire. Quelques grands patrons français en ont du reste pris conscience et demandé que la «raison d'être» de l'entreprise puisse être inscrite dans ses statuts. Dès lors que le gonflement du bas de bilan remplace le projet d'entreprise et que les indicateurs de Maastricht remplacent le projet politique, une perte généralisée du sens affecte à la fois le politique et l'économique.

Peut-on réellement parler d'injustice sociale dans un pays qui a pratiqué le «quoi qu'il en coûte» et qui, de manière générale, consacre autant d'argent à la dépense publique et à la redistribution ?

Ce débat est parfaitement légitime et mérite d'être posé, mais il faudrait qu'il le soit de façon sérieuse. Une étude comparative très documentée publiée en 2017 par France Stratégie, montre que, je cite : «la France se différencie de ses voisins par une meilleure maîtrise des dépenses de services généraux, qui incluent la charge de la dette, en pourcentage du PIB, mais par une augmentation supérieure à la moyenne concernant les dépenses de protection sociale et les affaires économiques qui incluent certains crédits d'impôt». La chasse obsessionnelle aux fonctionnaires, déjà nettement moins bien payés que leurs homologues étrangers, est l'un des premiers facteurs de dégradation de nos services publics de la santé, de l'éducation ou de la justice. On ouvre ainsi un boulevard au recours à des cabinets conseils, dont le moins qu'on puisse dire est que le rapport qualité/prix n'est pas au rendez-vous. Plutôt que de réduire le nombre de hauts fonctionnaires, une droite ayant encore le sens de l'État leur interdirait ces allers retours avec le privé, qui les exposent aux conflits d'intérêts et gangrènent l'esprit de service public.

Quant à l'augmentation de la dette publique, c'est un fait indéniable, dû largement au choix politique de priver l'État de sa souveraineté monétaire et budgétaire pour l'asservir aux marchés financiers et à la course internationale au moins-disant fiscal. L'idée, serinée elle aussi ad nauseam, qu'on ferait porter cette dette aux générations à naître est erronée: les emprunts publics ont une maturité moyenne de huit à neuf ans, et dans le cas de la dette d'État, on ne la rembourse pas mais on la «roule» ; on refait un nouvel emprunt pour rembourser le précédent. Il en va différemment il est vrai pour la dette de la sécurité sociale, dont Jacques Rigaudiat, conseiller à la Cour des comptes, a montré dans un petit livre solidement argumenté qu'elle était utilisée comme «une arme de dissuasion massive», entretenue délibérément pour maintenir la pression en faveur des «réformes structurelles» de privatisation de l'assurance vieillesse et l'assurance maladie.

L'horizon des réformes de la sécurité sociale est l'ouverture des «marchés» gigantesques des assurances maladie et vieillesse aux investisseurs privés, laissant à l'État la charge d'une protection minimale pour les impécunieux. Dans une telle division du travail entre le marché et l'État, le modèle social français est condamné à disparaître. Il est en effet l'héritier de la tradition proudhonienne et mutuelliste, qui se méfie autant de l'ingérence de l'État que de celle du privé à but lucratif. C'est ainsi que la France s'était dotée après-guerre d'instruments juridiques d'une grande efficacité, articulant le droit privé et le droit public. Songez aux établissements publics industriels et commerciaux qui furent le creuset juridique de nos champions industriels, car ils jouissaient d'une grande autonomie de gestion pour réaliser une mission d'intérêt général fixé par l'État. La sécurité sociale a été conçue en France sur ce même modèle, à la différence du système étatisé des Britanniques. On a interdit à l'État de se servir dans ses caisses pour se financer. Si l'État avait respecté cet interdit fondateur, notamment en prenant à sa charge les dégrèvements de cotisation qu'il distribue généreusement, les comptes de la sécurité sociale seraient en excédent depuis 2019. Mais durant le dernier quinquennat il a pris l'habitude de l'enfreindre ; une partie de la note des Gilets jaunes a ainsi été payée par la sécurité sociale, et il en sera de même de l'extension de la «prime Macron» destinée à compenser la baisse du pouvoir d'achat. On la prive de ressources à des fins politiques, et ensuite on dit qu'il n'y a pas « d'argent magique » pour payer les infirmières…

De bonne foi ou par intérêt personnel, nos classes dirigeantes ont pensé que leur mission n'était plus de développer un projet politique propre à notre pays, mais de l'adapter aux contraintes de la globalisation.

Alain Supiot

Quand on parle des prélèvements obligatoires, il faudrait donc en toute rigueur ne pas confondre ce qui relève des missions de l'État et ce qui relève des mécanismes de solidarité institués par la sécurité sociale entre générations, entre malades et bien portants, ou entre ménages chargés ou non d'enfants. Cela nous éviterait peut-être les numéros de cabaret de ceux qui prétendent avoir trouvé la pierre philosophale permettant d'augmenter le pouvoir d'achat sans augmenter les salaires : il suffirait de supprimer les cotisations sociales sans augmenter les impôts ! Omettant de prévenir les heureux bénéficiaires de ce tour de passe-passe qu'ils devraient ensuite payer au prix fort une assurance santé privée et souscrire un fonds de pension exposé aux cours de la Bourse. Bien mauvaise affaire lorsqu'on sait que les coûts de gestion de cette assurance privée sont aujourd'hui cinq fois supérieurs à ceux de la sécurité sociale pour une couverture moindre ! Cela ne veut pas dire que le fonctionnement de la sécurité sociale soit parfait ni qu'il ne faille pas lutter contre les abus et les fraudes dont elle est l'objet : ceux des assurés sociaux, mais aussi ceux – dont les médias parlent beaucoup moins - de certains médecins ou de grandes firmes pharmaceutiques…

Aujourd'hui, on a l'impression que tout ce qui est fourni en échange des prélèvements obligatoires ne fonctionne plus : on va réduire les retraites, les gens sont obligés de payer une école privée, l'hôpital ne fonctionne plus… N’est-ce pas la double peine quelque part ?

En effet la dégradation des services publics est un fait d'évidence ; et leur disparition dans des zones dites «périphériques» précipite celles-ci dans un cercle vicieux de désertification: quel médecin voudra s'installer là où ne se trouvent plus ni école, ni poste, ni gare ? Votre question est ici encore parfaitement légitime et invite à un retour critique sur la façon dont la France a été gouvernée depuis trente ans par des responsables politiques et économiques de tout bord. Le rapport déjà cité de France stratégie est de ce point de vue très éclairant, lorsqu'il met en évidence le fait que la France consacre moins d'argent que ses voisins pour le fonctionnement de l'État et des services publics, mais davantage dans le domaine de la protection sociale et des crédits d'impôts.

De bonne foi ou par intérêt personnel, nos classes dirigeantes ont pensé que leur mission n'était plus de développer un projet politique propre à notre pays, mais de l'adapter aux contraintes de la globalisation. C'est ce qu'en Italie on nomme le transformisme, par opposition au réformisme. Telle est la voie empruntée par la gauche de gouvernement depuis 1983, et par les « élites économiques » depuis leur conversion à la financiarisation de l'économie et la création du Medef en 1998. Ce tournant majeur a entraîné la désindustrialisation du pays ainsi qu'une mutation complète de notre «République sociale». Son droit du travail et son droit fiscal visaient une distribution équitable des richesses entre le capital et le travail ; et elle était garante de systèmes de solidarité auxquels tous contribuaient selon leurs ressources et dont tous bénéficiaient selon leurs besoins.

Or elle est devenue un amortisseur social des dégâts de la globalisation. C'est ce qu'on a appelé la «politique d'accompagnement»: on ne remet pas en cause les choix politiques et économiques qui ont conduit au développement de la pauvreté et du chômage, au creusement des inégalités et à l'augmentation des revenus du capital au détriment de ceux du travail, mais on les «accompagne» de mesures visant contenir ces dégâts sociaux et faire taire les mécontents. Le but n'est plus d'assurer en amont une distribution plus juste entre les revenus des actionnaires et ceux des salariés, ou ceux des traders et ceux des infirmières, il est d'assurer en aval une redistribution minimale en direction des éclopés de la globalisation.

À partir de là, on passe d'un modèle de sécurité sociale fondé sur le principe de solidarité à une protection sociale fondée sur la charité publique. M. Olivier Véran a du reste cherché en 2018 à faire inscrire ce changement terminologique dans la Constitution. Sous la présidence de M. Hollande, on a ainsi réservé aux familles les plus pauvres le bénéfice de certaines prestations en en privant toutes les autres, qui ont ainsi été les seules à payer le prix des économies réalisées. La solidarité entre ménages avec et sans enfants disparaît, tandis que ressurgit la logique caritative qui a précédé l'invention de l'État social. Redevenu charitable, l'État distribue des chèques, bientôt des bons alimentaires ou d'essence aux nécessiteux, plutôt que de rétablir la primauté des revenus du travail sur ceux de la rente, ou d'imposer aux multinationales et aux grandes fortunes de contribuer au financement des systèmes de solidarité dans les pays d'où elles tirent leurs profits.

Ainsi prise en tenaille entre la baisse de ses ressources et l'augmentation de ses bonnes œuvres la République sociale s'endette. Argument est alors pris de cette dette pour réduire encore davantage son périmètre à des missions charitables et privatiser les services publics. Après avoir fait appel à l'État pour éponger la faillite du système financier en 2008, c'est lui qu'on a déclaré « en faillite » pour justifier une accélération des « réformes structurelles » qui avaient conduit à l'implosion du système financier… Et l'on voit que l'endettement résultant du « quoi qu'il en coûte » face au Covid est déjà brandi pour appeler, non pas à la solidarité de ceux qui se sont considérablement enrichis durant cette épidémie, mais à de nouvelles réductions des services publics et du nombre de fonctionnaires.

Une fonction publique compétente et désintéressée est la colonne vertébrale de l'État ; la défendre ce n'est pas défendre le statu quo, ni fermer les yeux sur les risques de sa dégénérescence corporative.

Alain Supiot

Il est vrai que les services publics ne souffrent pas seulement de cet étranglement financier, mais aussi de la gouvernance par les nombres mise en place en 2001 à l'unanimité des partis de gouvernement par la loi organique relative aux lois de finances (Lolf). L'idée d'assimiler le pays à une entreprise était elle aussi déjà présente chez Lénine, qui entendait gérer l'URSS, non pas comme une «start-up nation», mais comme une immense usine électrique. Plaquant sur l'administration une vision du reste largement fantasmée du management privé, le «New public Management» est l'avatar du même contresens institutionnel. L'État n'est pas une entreprise et ne doit pas être géré comme elle ; il est le garant en dernier ressort du temps long de la vie humaine, au-delà de la succession des générations et au-delà bien sûr du temps court des marchés. On voit du reste cette fonction de garant en dernier ressort ressurgir à chaque grande crise financière, technologique, climatique ou sanitaire. C'est pourquoi indexer son administration sur la réalisation d'indicateurs de performance est absurde.

Comme l'observe André Grimaldi dans le cas de l'hôpital public, le «business plan» remplace alors le projet de santé. La gouvernance par les nombres est pilotée par une coûteuse nomenklatura de facture post-soviétique, qu'une décentralisation en trompe-l’œil répand dans toutes les administrations publiques, tandis que le gros de ses agents est poussé, comme déjà évoqué, à la dépression, au surmenage ou à la démission. La dernière trouvaille imaginée pour faire face à cette crise des vocations est de recruter des contractuels, beaucoup mieux payés que les agents statutaires, et de précipiter ainsi la dislocation des collectifs de travail. Une fonction publique compétente et désintéressée est la colonne vertébrale de l'État ; la défendre ce n'est pas défendre le statu quo, ni fermer les yeux sur les risques de sa dégénérescence corporative. Il s'agit plutôt de faire vivre et évoluer un type de relation de travail qui, à l'instar des idéaux des professions libérales, est ordonné sur le sens de la mission à accomplir et non sur un but lucratif.

Dans certains secteurs, le statut ainsi conçu est aussi un avantage comparatif pour le pays. Si je prends le cas de l'enseignement supérieur, les écarts de rémunération avec l'étranger sont considérables, mais ce qui demeure attractif c'est le statut, car c'est le statut et non le contrat qui est la condition d'une véritable liberté de l'enseignement et de la recherche. C'est pourquoi l'on voit encore tant de jeunes chercheurs, aux CV impressionnants, se présenter à des concours ouvrant à des emplois universitaires si faiblement rémunérés qu'ils ne permettent plus à leurs titulaires de se loger à Paris.

Jusqu'à un certain point, l'attractivité du statut permet de compenser la médiocrité du traitement. Mais au-delà de ce point, ce mauvais traitement finit par décourager les bons candidats, ce qui donne un argument pour contractualiser et précariser les emplois. Cette contractualisation est aussi devenue de règle pour le financement de la recherche, au détriment de la recherche fondamentale et avec les mêmes effets désastreux que la T2R à l'hôpital, notamment dans des domaines particulièrement exposés aux conflits d'intérêts, comme la biologie, le droit ou l'économie. La légitimité du statut dépend en effet d'un strict respect de sa déontologie. Imposée pour rompre avec la féodalité, la séparation du public et du privé est un mur porteur de la République. Permettre à ceux qui la servent de combiner les fonctions publiques et privées ne peut que saper ses fondements.

«Les classes dirigeantes françaises ont perdu confiance dans la culture dont elles sont héritières»

Vous dites que le traité de Maastricht a été un tournant dans le sentiment de dépossession politique. Aujourd'hui, on a une Assemblée nationale assez anti-Union européenne, que ce soit du côté de Jean-Luc Mélenchon ou de Marine Le Pen. Est-ce le fruit de cette frustration ?

Il faudrait s'accorder sur ce qu'on entend par pro et anti-européen. Pendant la guerre les résistants luttèrent contre les projets d'union européenne portés par Hitler et Mussolini, alors que les collaborateurs pensaient comme Marcel Déat qu'il fallait aller au-devant des vœux de l'Allemagne, car «en cette construction de l'Europe, elle n'est pas un tyran, mais un maître d'œuvre, qui guide, conseille, et même consulte les compagnons». Lors de la fondation de la Communauté européenne à la fin des années 50, on a vu s'opposer plusieurs visions de l'Europe: celle utopiste de Monnet, qui souhaitait son unification politique ; celle pragmatique de De Gaulle, qui défendait une Europe des coopérations entre nations demeurant souveraines ; ou celle pessimiste de Mendès France, qui déclara au Parlement que «L'abdication d'une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d'une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement “une politique“, au sens le plus large du mot, nationale et internationale».

Le dépérissement du politique ainsi redouté par Mendès France était en revanche le but explicitement visé par Friedrich Hayek, l'un des principaux théoriciens du néolibéralisme, qui dès 1939 appelait à constituer des fédérations interétatiques pour soustraire «l'ordre spontané du marché» aux foucades de la démocratie. C'est en tout cas cette vision qui l'a emporté jusqu'à la crise du Covid-19, nonobstant les principes de démocratie politique et économique qui sont eux aussi proclamés en droit européen, notamment dans la Charte de Nice.

Nous devons à l'Allemagne la dénonciation la plus solidement argumentée de cette trahison par l'Union européenne de ses propres principes démocratiques. Plus précisément au Bundesverfassungsgericht lequel, contrairement à notre Conseil constitutionnel, est une juridiction digne de ce nom, formée de juristes qui doivent leur siège à leur compétence et non à la faveur du pouvoir politique. Dans sa décision de 2010 relative au Traité de Lisbonne, on trouve une définition lumineuse de la démocratie: c'est un régime où ceux qui ont le pouvoir doivent avoir peur de le perdre, et où peuvent se structurer une majorité et une opposition entre lesquels le peuple est régulièrement appelé à trancher. C'est tout bête, mais lourd de conséquences.

L'UE ne retrouvera son crédit et sa légitimité que dans la mesure où elle assure la primauté du pouvoir politique sur les puissances économiques et s'affirme comme une Europe de la coopération plutôt que de la compétition.

Alain Supiot

Le grand constitutionnaliste allemand Dieter Grimm, qui siégea dans cette Cour, a publié en 2016 un livre intitulé L'Europe, oui, mais laquelle ? Telle est en effet la question ! Dès la fin des années 1990, un autre savant allemand, Fritz Scharpf a mis en lumière l'asymétrie structurelle entre la capacité de l'Union européenne de défaire les solidarités nationales et son incapacité de construire des solidarités européennes. Il faudrait sortir de cette machine infernale, ce qui ne veut pas dire sortir de l'Union européenne. Celle-ci ne pourrait se défaire que dans le retour des fureurs nationalistes, comme en son temps la Yougoslavie. Non, il faut l'amener à observer les principes démocratiques qu'elle proclame ! L'UE ne retrouvera son crédit et sa légitimité que dans la mesure où elle assure la primauté du pouvoir politique sur les puissances économiques et s'affirme comme une Europe de la coopération plutôt que de la compétition. Une Europe qui s'appuie sur la riche diversité de ses langues et de ses cultures, au lieu de s'employer à les araser ou les uniformiser. Une Europe des projets, œuvrant à la solidarité continentale et internationale pour répondre aux défis — sociaux, écologiques, technologiques — qu'aucun de ses membres ne peut relever isolément.

Vous avez parlé de dépossession économique, démocratique, n'y a-t-il pas aussi un sentiment de dépossession culturelle ? Est-ce que dans la mondialisation, les deux questions ne sont pas éminemment liées ?

Elles le sont à l'évidence et c'est pourquoi, du point de vue de l'histoire des institutions, on s'égarerait en isolant les facettes physique, sociale, culturelle, politique, ou économique de l'insécurité. Les «petits rois qui vendent leurs sujets aux princes de l'Europe», que stigmatisait déjà Montesquieu au début du XVIIIe siècle, précipitèrent les victimes de la traite négrière dans une totale dépossession d'eux-mêmes. Forme particulièrement monstrueuse de ce que Simone Weil a nommé le déracinement, ce «commerce triangulaire» continue de peser sur l'histoire de l'Amérique, mais aussi sur celle des États africains et de leurs relations avec l'Europe. Il a effet instauré, comme l'a montré l'historien sénégalais Ibrahima Thioub, «un divorce durable entre ces États adossés à une économie de pillage d'une part et les populations paysannes désarmées et exclues du pouvoir d'autre part». Et que dire des «Indiens», que l'extension de l'espace-système américain, a dépossédé non seulement de leurs terres et de leurs cultures, mais même de leur nom, suivant une dynamique d'arasement des civilisations dont le savant japonais Osamu Nishitani a montré, dans son récent livre sur L'impérialisme de la liberté, qu'elle est toujours à l'œuvre à l'échelle du globe !

Ce ne sont pas les repliements identitaires qui nous préserveront de ce rouleau compresseur de la globalisation, car ils sont inévitablement porteurs de violence. Il faudrait plutôt opposer à la globalisation, le projet d'une mondialisation fondée sur la coopération entre des peuples riches de leur diversité. C'est de cette approche dont l'Union européenne devrait être l'avant-garde. Mais ceci supposerait de pouvoir se reconnaître dans des dirigeants capables de prendre appui sur le meilleur de leurs traditions culturelles pour inventer le monde de demain. Or le moins qu'on puisse dire est que ce n'est pas le chemin emprunté par les classes dirigeantes françaises qui, contrairement à leurs homologues anglaises ou allemandes, semblent avoir perdu toute confiance, si ce n'est toute conscience de la culture dont elles sont les héritières. L'actuel président de la République n'a-t-il pas déclaré lors de sa première campagne électorale qu' «il n'y a pas de culture française» ?

Le déracinement est plus généralement le fruit de l'idéologie contractualiste, qui tend à pulvériser les sociétés en une collection de monades indifférenciées, animées chacune par le seul calcul de son intérêt.

Alain Supiot

Ce renoncement est particulièrement manifeste s'agissant de l'usage de la langue, essentiel aux « assemblées de paroles » dont Marcel Détienne a montré qu'elles sont le cœur de la démocratie. À l'échelon de l'Union européenne un monopole de fait est aujourd'hui conféré à la langue du Brexit, alors même qu'aucun des États membres n'a désigné l'anglais comme première langue officielle, pas même Malte (qui a choisi le maltais) ou l'Irlande (l'irlandais). Ses responsables ne s'expriment plus que dans une langue que la grande majorité des présumés citoyens européens ne maîtrisent pas, sorte de «langue sacrée» (mon savant collègue orientaliste Jean-Noël Robert dirait une «hiéroglossie») qui les sépare et les distingue du vulgaire.

Appliqué aussi à la libre circulation des marchandises, ce régime linguistique peut conduire à des drames, comme ce fut le cas en 2004 ou 2005 à l'hôpital d'Épinal, où des malades furent tués ou mutilés par des appareils d'irradiation dont le mode d'emploi n'était disponible qu'en anglais, langue que les opérateurs pensaient maîtriser mais qu'ils avaient comprise de travers. En France, cette servitude culturelle volontaire sévit partout, sur toutes les enseignes commerciales et même dans les services publics. Si vous entrez dans un bureau de poste, là où on en trouve encore, vous êtes accueillis par un panneau « Ma French Bank », géniale trouvaille de communicants formés je suppose dans des écoles de commerce !

Le globish est un outil commode pour une communication superficielle, mais très insuffisant dès lors qu'il s'agit de bien se comprendre et de comprendre l'Europe ou le monde. La conversion au tout anglais est un moindre mal dans les sciences de la nature, qui ont affaire partout aux mêmes objets. Mais dans le cas des sciences de la culture, elle évoque irrésistiblement les médecins de Molière, le basic english ne donnant pas plus que le bas latin les clés d'intelligibilité des civilisations ; de l'Allemagne, du Japon ou du monde arabe... Aujourd'hui, on demande à un candidat à l'Institut universitaire de France qui travaille sur la France de rédiger son projet en anglais, lui signifiant ainsi d'entrée de jeu qu'il sera jugé par des « pairs » ne lisant pas une ligne de français et incapables de prendre connaissance de ses publications antérieures. On ne peut pas dire que cette allégeance culturelle contribue à une hausse du niveau ! Elle illustre plutôt ce que, dans un essai aussi mordant que mélancolique sur l'intelligentsia française, le grand historien Perry Anderson, avait nommé au début des années 2000 la «dégringolade».

Comment cette intelligentsia asservie au modèle américain peut-elle dès lors s'étonner que les jeunes Français d'origine africaine fassent de même, et se pensent à l'image des descendants d'esclaves, soumis jusqu'en 1964 aux lois raciales américaines ? Ces lois de Jim Crow, dont s'inspirèrent les juristes allemands en charge de la rédaction des lois de Nuremberg ! Le déracinement est plus généralement le fruit de l'idéologie contractualiste, qui tend à pulvériser les sociétés en une collection de monades indifférenciées, animées chacune par le seul calcul de son intérêt. Cette vision est explicitement celle du président Macron, qui en 2017 avait solennellement fait part au Parlement réuni en Congrès à Versailles, de son intention de faire de la France une «République contractuelle».

De fait, il s'est employé depuis à casser méthodiquement tous les statuts à sa portée: ceux des cheminots, des salariés, des préfets, des diplomates, etc. Mais il ne faut pas lui jeter spécialement la pierre car il n'est que le dernier avatar d'une longue tradition intellectuelle, qui identifie le progrès des sociétés à leur contractualisation. Montesquieu est je crois bien, avec son contemporain italien Vico, le seul philosophe des Lumières à n'avoir pas cédé à cette illusion. Dans ses Lettres persanes, Montesquieu juge ridicules ces spéculations sur l'origine contractuelle des sociétés, tant il est évident que le premier lien social est la filiation, dont l'anthropologie a depuis éclairé la grande variété des structures.

La démission ou la disqualification des pères est peut-être une bonne nouvelle pour les militantes en lutte contre le patriarcat… C'est sûrement une mauvaise pour ces mères, qui sont aussi celles que le détricotage du statut salarial soumet à la « flexibilisation » du temps de travail.

Alain Supiot

Vouloir contractualiser toute espèce de lien social conduit donc sans surprise à un processus de désaffiliation généralisé, auquel les enfants des quartiers pauvres sont particulièrement exposés. C'est en effet dans ces quartiers, selon les statistiques de l'Insee, que l'augmentation régulière du nombre de mères isolées est la plus sensible. La démission ou la disqualification des pères est peut-être une bonne nouvelle pour les militantes en lutte contre le patriarcat… C'est sûrement une mauvaise pour ces mères, qui sont aussi celles que le détricotage du statut salarial soumet à la «flexibilisation» du temps de travail.

Elles doivent élever seules avec de faibles salaires des enfants projetés dans une jungle urbaine n'offrant pas d'autres repères culturels que la consommation, le chacun pour soi et la violence. Tous les juges des enfants le savent: la délinquance est le prix à payer pour cette déstabilisation économique et culturelle des fonctions éducatives de la famille. On doit rendre hommage à celles de ces mères qui, en grand nombre, parviennent à élever convenablement leurs enfants dans de telles conditions. C'est à elles que l'on doit de voir tant de jeunes issus de l'immigration combler les rangs désertés des «travailleurs essentiels», travailler dur pour de petits salaires dans les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration, de la répurgation et du nettoyage, du bâtiment et des travaux publics, de la santé et de l'aide aux personnes âgées…

Sans parler de ceux à qui les plateformes refusent même ce statut de salarié, mais qui n'en pédalent pas moins d'arrache-pied pour livrer des pizzas. Il y a aussi ceux qui sombrent dans la violence et la délinquance. Les uns comme les autres doivent être jugés pour ce qu'ils font, et non être assignés – en violation de nos principes les plus élémentaires — à leur identité chromatique ou leurs origines.

Cette vision contractualiste ne s'étend-elle pas aussi à la vision de la vie, de la famille ?

Bien sûr. En son temps, Laurence Parisot, alors présidente du Medef, donnait l'exemple de la précarisation du lien conjugal pour justifier celle du contrat de travail ! Dans une vision marchande de la société, il n'y a que des particules contractantes mues par leurs calculs d'utilité, qu'il s'agisse de «marché du travail», de «marché électoral», de «marché des idées» ou de «marché matrimonial».

Dès 1932, Ernst Jünger annonçait que l'un des idéaux d'un monde qui vise à transformer ainsi toutes les relations possibles en relations contractuelles résiliables serait «atteint avec beaucoup de logique lorsque l'individu peut même résilier son caractère sexuel, le déterminer ou le changer, par une simple inscription sur le registre de l'état civil». La déconstruction de l'état civil et de l'état professionnel des personnes sont les deux faces d'une même dynamique du capitalisme.

Comment réconcilier les élites et les gens ordinaires ?

En faisant vivre les deux composantes, économique et politique, de la démocratie ! Il faudrait ramener les plus riches sur terre, en suivant les sages conseils de Montesquieu de réduction d'inégalités économiques redevenues extravagantes. Il faudrait aussi donner à tous ceux qui travaillent les moyens de peser sur ce qu'ils font et la manière dont ils le font. Les personnels de santé sont mieux placés pour penser l'organisation de l'hôpital que les cabinets conseils payés à prix d'or pour leur expliquer comment travailler. Il y a une forte demande en ce sens chez de nombreux jeunes qui ne rêvent pas d'être milliardaires, mais de faire œuvre utile. Frances Haugen, cadre supérieure chez Facebook, a illustré cette aspiration, en choisissant d'alerter sur des algorithmes nocifs pour la santé mentale plutôt que d'y poursuivre une carrière rémunératrice.

Les gens ordinaires constatent tous les jours que cette avant-garde s'est trompée sur tout depuis 40 ans.

Alain Supiot

Pour réconcilier les classes dirigeantes et les gens ordinaires, il faudrait aussi restaurer le débat politique, que le néolibéralisme dégrade en exercice de communication ou de propagande auprès de peuples présumés ignorant les principes d'une saine gestion technique. Cette conception est l'avatar contemporain de l'idée léniniste d'une avant-garde éclairée guidant les masses inconscientes des lois de l'histoire et de l'économie. Déjà Renan défendait «la légitime ambition de gouverner scientifiquement la société» et Engels annonçait le remplacement du gouvernement des hommes par l'administration des choses.

Mais sous un tel «gouvernement scientifique», la fonction politique disparaît ; ce qui reste, c'est la pédagogie et les punitions: vous êtes face à des ignares, donc il faut leur expliquer comment ça marche et mettre au pas les fortes têtes. La difficulté est que les gens ordinaires constatent tous les jours que cette avant-garde s'est trompée sur tout depuis 40 ans: sur les bienfaits supposés de la déréglementation financière, sur la convergence économique européenne promise dans la zone euro, sur la réorganisation de l'économie en chaînes internationales de production aussi fragiles que polluantes, sur l'assimilation des États à des entreprises, appelées à cultiver leur «avantage comparatif» plutôt que d'assurer à leur jeunesse les moyens de vivre décemment de leur travail sans être contraint à l'émigration...

Avec un tel bilan, il est difficile de convaincre les gens ! On cherche donc à les dresser à obéir sans se poser de questions. Tel fut en URSS l'objet de la «justice en blouse blanche», qui voyait en tout esprit critique un esprit malade à soigner ; et tel est aujourd'hui l'objet de l'économie comportementale, promue depuis 2015 par la Banque Mondiale dans un rapport dont je ne sais si on doit en rire ou en pleurer. Il commence par célébrer les dernières découvertes (il est vrai sensationnelles !) de la science économique : les êtres humains ne sont pas toujours rationnels ! Ils ont des habitudes, une histoire, une culture !

Tout cela représente une «taxe cognitive», qui empêche les pauvres de bien calculer leur intérêt. Heureusement l'économie comportementale est là pour les soulager de cette taxe et les amener en douceur à se conformer aux attentes du système (sans mettre bien sûr en question la justice de ce système…). On ne va pas rendre la vaccination obligatoire pour les personnes à risques, mais on va les emm…, leur « pourrir la vie », si elles ne se vaccinent pas. D'où l'attirail comportementaliste aujourd'hui en vogue, avec les «nudges» au niveau individuel, la « compliance » dans les entreprises, les « mécanismes automatiques » de la gouvernance de la zone euro, sans parler du «crédit social» à la chinoise, réalisation la plus grandiose de ce nouveau régime normatif. Le formalisme juridique, qui fixe des cadres dans lesquels vous exercez votre liberté, est incompatible avec cette «gouvernance scientifique» qui traite les humains comme des êtres programmables, ce qu'ils ne sont pas et ne seront jamais.

La force des démocraties confrontées à la montée des totalitarismes a été d'inventer des dispositifs qui font de la justice sociale le produit de remises en cause permanentes.

Alain Supiot

En exergue de votre nouvel essai, La Justice au travail, on peut lire cette phrase: «La justice sociale n'est pas un supplément d'âme pour les idéalistes au bon cœur, mais un gage de stabilité pour des politiques réalistes». Vous soulignez que l'histoire nous enseigne que l'injustice, lorsqu'elle dépasse certaines bornes, engendre inévitablement la violence et menace la paix. Allons-nous vers une forte instabilité politique et sociale faute de justice ? Doit-on s'attendre à de nouveaux mouvements du type Gilets jaunes ?

Le Droit n'est pas une science exacte, mais son étude autorise certaines prévisions. Il est ainsi prévisible qu'un ordre juridique dont la norme fondamentale est la mise en compétition de tous contre tous conduise au creusement des inégalités et à la fragmentation de la société en tribus régies par des liens d'allégeance des faibles aux forts. Et l'histoire montre qu'un pouvoir qui laisse ainsi prospérer durablement trop d'injustices s'expose inévitablement à la violence. Dans un premier temps les gens peuvent se résigner : si on vous traite comme un ordinateur, vous faites le job, même s'il est absurde, et puis c'est la dépression nerveuse, ou bien le je-m'en-foutisme ou la triche.

Comme jadis dans les usines soviétiques, les ingénieurs Volkswagen sont parvenus à trouver des trucs pour donner l'illusion d'avoir atteint des objectifs en réalité inatteignables. Mais il y a des moments où ça bascule dans la révolte. Le juriste Francis Bacon, qui fut aussi l'un des pères des sciences expérimentales, a donné en 1625 une explication imagée de ce risque dans le chapitre de ses Essais de morale et de politique consacré aux « troubles et séditions » : l'argent, explique-t-il, est comme le fumier, utile lorsqu'on veille à le répandre ; mais si on le laisse s'entasser entre les mains de quelques-uns, il empeste et la révolte gronde ! La difficulté est qu'il n'existe pas de définition scientifique de la justice. Croire le contraire est la marque des pensées totalitaires selon lesquelles la lutte des classes, la lutte des races, ou la concurrence pure et parfaite seraient automatiquement productrices de justice.

La force des démocraties confrontées à la montée des totalitarismes a été d'inventer des dispositifs qui font de la justice sociale le produit de remises en cause permanentes. Au plan politique par la tenue régulière d'élections qui tranchent le débat entre une majorité et des oppositions. Et au plan économique avec les libertés collectives instituées par l'État social : liberté syndicale, droit de grève, négociation collective ; représentation des salariés dans l'entreprise, qui font des antagonismes sociaux le moteur d'une transformation permanente du Droit. Mais cette démocratie politique et économique s'exerçant dans des cadres juridiques nationaux a été anesthésiée par l'ouverture des frontières et la libre circulation des capitaux, qui assujettissent le pouvoir politique à un pouvoir économique échappant à toute contestation syndicale. D'où des mouvements de révolte anomique, du type «gilets jaunes».


À VOIR AUSSI -
Législatives 2022: une France ingouvernable ?

 

No comments:

Post a Comment

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email google valide. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.