19/11/2020

Surcharge d'information; comment gérer et/ou déconnecter

Un flux infini d'informations nous arrive constamment: il peut s'agir d'un article qu'un ami a partagé sur Facebook avec un titre sensationnel ou des informations erronées sur la propagation du coronavirus. Cela pourrait même être un appel d'un parent désireux de parler d'un problème politique.

Toutes ces informations peuvent laisser à beaucoup d'entre nous le sentiment de n'avoir plus aucune énergie pour continuer d'avancer.voici le point de vue du philosophe Mark Satta via the Conversation

En tant que philosophe qui étudie les pratiques de partage des connaissances, j'appelle cette expérience «l'épuisement épistémique». Le terme «épistémique» vient du mot grec épistémé , souvent traduit par «connaissance». L'épuisement épistémique est donc davantage un épuisement lié aux connaissances. Voir Cairn Léo Coutellec pour en savoir plus sur ce sujet.

Ce n'est pas la connaissance elle-même qui fatigue beaucoup d'entre nous. Il s'agit plutôt d'essayer d'acquérir ou de partager des connaissances dans des circonstances difficiles.

Actuellement, il existe au moins trois sources communes qui, de mon point de vue, conduisent à un tel épuisement. Mais il existe également des moyens de les gérer.


1. L'Incertitude


Pour beaucoup, cette année a été pleine d'incertitudes. En particulier, la pandémie de coronavirus a généré des incertitudes sur la santé, sur les meilleures pratiques et sur l'avenir. Dans le même temps, les Américains ont été confrontés à l' incertitude quant à l'élection présidentielle américaine : d'abord en raison de résultats retardés et maintenant en raison de questions sur une transition pacifique du pouvoir .

Vivre l' incertitude peut stresser la plupart d'entre nous . Les gens ont tendance à préférer ce qui est planifié et prévisible. Des personnages du philosophe français René Descartes du XVIIe siècle au philosophe autrichien du XXe siècle Ludwig Wittgenstein ont reconnu l'importance d'avoir des  certitude dans nos vies.

Avec des informations si facilement disponibles, les gens peuvent consulter des sites d'actualités ou des médias sociaux dans l'espoir de trouver des réponses. Mais souvent, les gens sont plutôt accueillis avec plus de rappels d'incertitude.

Alors que les partisans de Trump dénoncent les résultats des élections de 2020, des sentiments d'incertitude peuvent surgir chez d'autres. 


2. Polarisation


La polarisation politique stresse de nombreux Américains . Comme le note la politologue Lilliana Mason dans son livre, « Uncivil Disagreement: How Politics Become Our Identity », les Américains se divisent de plus en plus politiquement «en deux blocs partisans».

De nombreux auteurs ont discuté des effets négatifs de la polarisation , par exemple de la façon dont elle peut nuire à la démocratie. Mais les discussions sur les méfaits de la polarisation négligent souvent la polarisation des péages sur notre capacité à acquérir et à partager des connaissances.

Cela peut se produire d'au moins deux manières.

Premièrement, comme l' a soutenu le philosophe Kevin Vallier , il existe une « boucle de rétroaction causale » entre polarisation et méfiance. En d'autres termes, polarisation et méfiance se nourrissent mutuellement. Un tel cycle peut amener les gens à ne pas savoir à qui faire confiance ou quoi croire .

Deuxièmement, la polarisation peut conduire à des récits concurrents parce que dans une société profondément polarisée, comme le montrent les études, nous pouvons perdre un terrain d'entente et avoir tendance à avoir moins d'accord.

Pour ceux qui sont enclins à prendre au sérieux l'opinion des autres, cela peut créer un travail cognitif supplémentaire. Et lorsque les problèmes sont chauds ou sensibles, cela peut créer un stress supplémentaire et des fardeaux émotionnels , tels que la tristesse face à des amitiés endommagées ou la colère face à une rhétorique partisane.


3. Mauvaise information


La désinformation virale est partout. Cela inclut la propagande politique aux États-Unis et dans le monde .

Les gens sont également inondés de publicités et de messages trompeurs de sociétés privées, ce que les philosophes Cailin O'Connor et James Owen Weatherall ont qualifié de « propagande industrielle ». Et en 2020, le public est également confronté à la désinformation sur le COVID-19 .

Comme l'a dit le grand maître d'échecs Garry Kasparov : «Le but de la propagande moderne n'est pas seulement de désinformer ou de prôner un agenda. C'est d'épuiser votre esprit critique, d'anéantir la vérité.

La désinformation est souvent épuisante par conception. Par exemple, une vidéo devenue virale, « Plandemic », présentait un grand nombre de fausses déclarations sur le COVID-19 en succession rapide. Ce flot de désinformation en succession rapide, une tactique connue sous le nom de galop de Gish , rend le travail difficile et chronophage pour les vérificateurs de faits pour réfuter les nombreux mensonges qui se succèdent .


Que faire?


Avec toute cette incertitude, cette polarisation et cette désinformation, se sentir fatigué est compréhensible. Mais il y a des choses que l'on peut faire.

L'American Psychological Association suggère de faire face à l'incertitude grâce à des activités telles que limiter la consommation de nouvelles et se concentrer sur les choses sous son contrôle. Une autre option est de travailler pour devenir plus à l'aise avec l'incertitude grâce à des pratiques telles que la méditation et la culture de la pleine conscience.

Pour faire face à la polarisation, envisagez de communiquer dans le but de créer une compréhension empathique plutôt que de «gagner». Le philosophe Michael Hannon décrit la compréhension empathique comme «la capacité de prendre le point de vue d'une autre personne».

Quant à limiter la propagation de la désinformation: ne partagez que les nouvelles que vous avez lues et vérifiées. Et vous pouvez donner la priorité aux points de vente qui répondent à des normes éthiques élevées en matière de journalisme ou de vérification des faits .

Ces solutions sont limitées et imparfaites, mais ce n'est pas grave. Une partie de la résistance à l'épuisement épistémique consiste à apprendre à vivre avec le limité et l'imparfait. Personne n'a le temps de vérifier tous les titres, de corriger toutes les fausses informations ou d'acquérir toutes les connaissances pertinentes. Nier cela, c'est se préparer à l'épuisement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.