13/11/2020

Marine Le Pen... toujours en route pour 2022... être la seule alternative!

Elle a signé son attestation vendredi matin, puis elle est partie s'enfermer à Pantin, dans les locaux d'un centre de formation spécialisé. Pendant trois jours, Marine Le Pen a planché sur l'hygrométrie des bâtiments d'élevage, la nutrition des félins, leurs maladies… Avant de décrocher dimanche l'Acaced (attestation de connaissances pour les animaux de compagnie d'espèces domestiques), option « chats », indispensable pour travailler avec des animaux. « J'ai six chats, dont trois femelles reproductrices. Mais seul un professionnel peut faire plus d'une portée par an… », confie la patronne du parti à la flamme, dont le cercle d'amis s'arrache les chatons de races bengal et somali. Elle a donc occupé une partie de son confinement en bûchant un condensé des trois années du bac pro élevage, jetant un dernier regard, le 4 novembre, à l'Assemblée, à ses cours de l'école vétérinaire de Maisons-Alfort, alors que s'éternisaient les débats sur le vote de la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'en février. On s'étonne : « On ne vous savait pas aussi passionnée par les chats… » Elle sourit. « J'ai retrouvé le classeur d'un exposé que j'avais fait sur le sujet quand j'avais 9 ans. Il y avait tout déjà : la saillie, la mise-bas, les maladies… » Opiniâtre, Marine Le Pen ? Sans doute. Mais aussi - ne peut-on s'empêcher de remarquer - curieusement détachée, à l'heure où le pays se disloque dans un tourbillon de crises.

Lancée dans une opération séduction, la présidente du Rassemblement national a reçu Le Point pendant plus de deux heures, au siège de son parti, un immeuble fonctionnel aux allures de hangar discrètement niché dans une rue résidentielle de Nanterre, pour une conversation à bâtons rompus. Seule. En plein confinement, l'endroit est vidé de ses occupants, sauf une escouade de sécurité, qui prend votre température avant la rencontre. Face à nous, une Marine Le Pen tout sourire, griffes polies, façon zen. Alors que la classe politique est sur des chardons ardents, la présidentiable de l'extrême droite cultive une sérénité de contraste. Dénonce, à maintes reprises, « l'autoritarisme » (sic) du régime. Se pose en garante des libertés publiques : « Même en situation exceptionnelle, il faut toucher aux libertés avec des pincettes, et ceux qui sont au pouvoir le font avec des gros sabots. » Martèle, leitmotiv nouveau, que « l'islam est parfaitement compatible avec la république ». Soutient Emmanuel Macron dans son bras de fer avec le Turc Erdogan : « Chaque fois qu'on attaque le président de la République, on attaque mon pays. Vous ne me trouverez jamais en train de justifier des insultes proférées à l'égard d'Emmanuel Macron. » Mais où est passée la clivante populiste, chef de file d'un mouvement politique qui a toujours creusé son sillon à coups de déclarations fracassantes, de propos polémiques et de positionnements « incorrects » ?

« Plus précise ». Marine Le Pen tresse des couronnes à Donald Trump : « Le personnage s'est inscrit aujourd'hui dans l'histoire des États-Unis. On peut penser ce qu'on veut de lui, de sa manière de faire de la politique, de ses saillies, etc., mais on ne peut pas lui retirer qu'il a respecté un grand nombre de ses promesses, et ça ne court pas les rues en France, qu'il a obtenu des résultats, économiques notamment, et qu'il a été seul contre tous, seul contre les médias, les réseaux sociaux, l'intelligentsia. C'est ce qui le rend sympathique aux yeux de beaucoup. » Mais elle ne se positionne pas comme une Trump à la française. « Ce n'est pas mon modèle. On peut avoir beaucoup d'avis communs, mais la méthode n'est pas la même ! » dit-elle. La « pyromane » de la vie politique française joue la carte de l'apaisement. Bien qu'elle s'en dédise avec force : « Je ne joue pas l'apaisement, je suis apaisée, et je le suis d'autant plus que la situation est grave et tendue. Quand on a vocation à être présidente de la République, dans des périodes de tensions, de peurs, de troubles, il faut être d'autant plus précise, sûre de soi et apaisante. C'est le rôle de tout dirigeant. » 

Tout sourire. Marine Le Pen s’apprête à chercher de nouveaux locaux pour son parti, dans le 8e, le 7e ou le 16e arrondissement de Paris, « pour être au plus près de l’Assemblée ».

Déficit d'image. Une sérénité affichée qui n'est pas dictée par une stratégie présidentielle, jure-t-elle, sans qu'on la croie une seconde. « J'aborde ma troisième campagne présidentielle, je suis arrivée au second tour lors de la deuxième… Bien sûr, je ne suis pas la même, mais je ne développe pas de stratégie particulière. J'agis en conscience, et j'essaie d'apporter des solutions chaque fois que je le peux. » Marine Le Pen n'a jamais été si discrète. Nul besoin de s'agiter : dans une France en état de siège sanitaire, terroriste, économique, il suffit de se laisser porter par le courant… Les tabous sont en train de tomber, perçoit celle qui vient de résilier le bail de son siège de Nanterre et s'apprête à chercher de nouveaux locaux pour le parti, dans le 8 e, le 7e ou le 16e arrondissement de Paris, « pour être au plus près de l'Assemblée », et « parce qu'avec la crise l'immobilier de bureaux baisse ». « Au bout de quarante ans d'une politique d'ouverture totale des frontières, enfin les Français se disent : "Mais au fait, c'est quoi, le bilan ?" Sur le plan d'une immigration totalement dérégulée, de l'économie, de la concurrence déloyale ? On a essayé, le résultat est catastrophique. Je vais leur suggérer de refermer cette parenthèse. »

Mais si les thèses sécuritaires du Rassemblement national « infusent », comme on s'en réjouit dans le parti, elles sont loin de se traduire par une explosion de popularité. Macron reprend pied dans les sondages, Le Pen stagne. 60 % des Français jugent même la présidente du RN toujours « inquiétante », selon un sondage Ifop publié le 24 septembre. « C'est injuste, désespérant… mais les gens ne l'aiment pas », soupire un membre du bureau national. Depuis, la stratégie a été révisée, et la candidate veille à prendre de la hauteur… en faisant profil bas. Les interventions restent sobres, calibrées pour refléter la gravité de l'instant. Surtout, ne pas apparaître comme celle qui crèverait les voiles du navire France en pleine tempête : le même sondage Ifop révélait que seuls 35 % des Français estiment que Marine le Pen a la « stature d'une présidente de la République ». Mieux qu'en 2017 (ils n'étaient alors que 27 %), mais loin d'être suffisant pour transformer le premier tour d'une présidentielle…

« Les Français m'ont vue grandir, mais ils ne me connaissent pas », lâche-t-elle la voix rocailleuse, consciente, campagne après campagne, de souffrir d'un déficit d'image. Une fois de plus, sa garde rapprochée l'a pressée de fendre l'armure, de se dévoiler davantage. D'évoquer son quotidien « de mère de trois enfants célibataire ». Elle accepte toujours… Puis, au dernier moment, préfère parler de ses chats. Moins risqué. « Je veux bien me sacrifier, mais je protégerai toujours mes enfants », dit-elle. La dernière, à 21 ans, a quitté la maison en septembre. « N'écrivez pas ce que font mes enfants. S'ils sont détectés, ils ne vivront plus leur vie, mais la mienne. » Le confinement, pour l'instant, les éloigne, comme il l'éloigne de son père : « À 92 ans, je ne voudrais pas lui coller la vérole… Je me suis précipitée chez lui lundi dernier après avoir fait un test. » On apprendra aussi que Marine Le Pen reçoit de la famille, garde de temps en temps la fille de sa nièce Marion, « qui adore les chats », et qu'elle cuisine très mal. Ce sera tout. Le traumatisme d'une jeunesse brûlée par le feu médiatique affleure encore, comme s'il était indépassable.

Procès en incompétence. « On peut remporter une élection sans afficher ses enfants dans Paris Match, persifle un opposant interne. C'est plus difficile quand on ne maîtrise pas ses dossiers… » Le missile est lancé. Depuis la rentrée politique, ça fuse. Le débat manqué de l'entre-deux-tours face à Emmanuel Macron, mal préparé et mal conduit, vaut à Marine Le Pen un procès permanent en incompétence qui met ses équipes sur le gril. « Son image est toujours aussi catastrophique, toujours aussi peu crédible », souligne l'historien spécialiste de l'extrême droite Nicolas Lebourg. « À la présidentielle de 2002, Jean-Marie Le Pen avait atteint 15 points chez les cadres et professions intellectuelles supérieures, quand Marine Le Pen, en 2017, a plafonné à 9. Cela ne suffit pas pour un second tour. » La critique rend la candidate malade. « Et quelle est la crédibilité de ceux qui ont fait de la France la championne du monde du chômage, des actes terroristes, de la pauvreté, des dettes, des déficits ? Quand ceux qui instruisent ce procès surfent sur un semblant d'expertise, leur propos peut porter. Mais quand ils ont démontré, une fois au pouvoir, leur incapacité totale à faire face à la crise… » 

Pique. « Il faut toucher aux libertés avec des pincettes, et ceux qui sont au pouvoir le font avec des gros sabots », affirme-t-elle.

Électorat dérouté. Il n'empêche : de la manière dont elle-même gérerait concrètement aujourd'hui la crise sanitaire, elle ne dit mot. Le doute s'est largement propagé dans son propre camp, au point de plomber l'ambiance au siège du parti, où les stars, comme Gilbert Collard, sèchent les réunions, comme dans les fédérations, où la constitution des listes pour les élections régionales et départementales tourne parfois au casse-tête, par manque de candidats « valables ». Les têtes d'affiche de 2015 (les Marion Maréchal, Florian Philippot, Louis Aliot, Marine Le Pen elle-même) ne se présenteront pas ou ont quitté le mouvement. Loin du « carré » de Nanterre, la droite dite « hors les murs », qui phosphore autour du maire de Béziers, Robert Ménard, du médiatique Éric Zemmour ou de la libérale Marion Maréchal, ne croit plus en ses chances de victoire et la presse, de plus en plus lourdement, de céder sa place, au profit d'une candidature capable de rassurer sur les thématiques européennes et économiques, et de « rassembler » plus largement à droite.

« Foutaises », répond en substance Marine le Pen, égrenant, méthodique, ses prises de position au long de la crise sanitaire. « Quand je dis en janvier qu'il faut fermer les frontières, quand je dis en février que nous risquons, faute de relocalisations industrielles, une pénurie de masques et de médicaments, quand je dis en mai qu'il manque un plan pour prévenir une deuxième vague… C'est que je ne me suis pas trop trompée. » Mais cela suffira-t-il à rassurer un électorat dérouté par ses choix stratégiques de 2017 ? La ligne social-souverainiste inspirée alors par Florian Philippot en a fait fuir plus d'un. « Alors que l'Europe venait de vivre une terrible crise migratoire, LE thème porté par le Front national depuis trente ans, ils ont choisi de faire campagne sur l'économie et la sortie de l'euro, tempête un ancien allié. C'était absurde ! » Pour Nicolas Lebourg, Marine Le Pen « confond encore, et c'est son grand problème, l'opinion et l'électorat. L'opinion peut être enflammée par le souverainisme, c'est stylé, esthétique. Mais l'électorat, lui, a peur d'un Frexit… »

Depuis le siège de Nanterre, quoi qu'en disent « les journalistes, qui se lisent entre eux et écoutent les ragots d'une poignée de militants frustrés », l'équipe se serait mise au travail. Mais quand on demande plus précisément quelles personnalités la conseillent et œuvrent à appréhender une crise protéiforme et technique, on la sent décontenancée, renvoyant simplement à ses Horaces, la nébuleuse d'experts dont les noms et les fonctions restent secrets. « Nous avons des spécialistes de la santé, de la défense, des finances publiques, de l'enseignement, qui travaillent par cellule, argumente Marine Le Pen. Et ils ne doivent pas être mauvais, puisque, depuis le début de cette crise sanitaire, on n'a pas commis trop d'erreurs… » Et la politique de reprendre l'avantage : « On a raillé cette affiche de Mitterrand en 1981 où ne figuraient que des inconnus, et ils sont tous devenus ministres », élude Marine Le Pen.

Nouvelle feuille de route. Le désastre économique et social offre une occasion rêvée au mouvement d'effacer les erreurs de 2017. « Nous allons sortir de cette crise comme un pays en guerre, précise Marine Le Pen. La dégradation de la situation nous oblige à travailler sur un plan de reconstruction, qui probablement rend en partie obsolètes les propositions économiques que nous avions envisagées pour la présidentielle. » Le député européen Hervé Juvin, ancien conseiller de Corine Lepage et fondateur de l'Eurogroup Institute, supervise la construction de cette nouvelle feuille de route, avec pour ambition de dessiner le monde « non pas d'après, mais d'avec les crises, sanitaires et environnementales ». Une priorité : la « reprise de contrôle de nos industries stratégiques ». Un outil parmi d'autres : « Que les grandes entreprises, comme EDF, les barrages, la SNCF, l'Office national des forêts, puissent être privatisées de manière coopérative, et dont tous les Français deviendraient sociétaires. » Et le reste ? Emmanuel Macron lui-même n'avait-il pas proclamé, quatre mois seulement avant son élection et alors que son programme n'était toujours pas écrit : « On se fout des programmes, ce qui importe c'est la vision », glisse l'entourage de la présidente du RN.

La vision, et un positionnement clair, que la crise offre à Marine Le Pen l'opportunité de figer, une fois pour toutes. Quand le très médiatique Jean Messiha, énarque apprécié dans le parti pour ses prises de position tranchées, a claqué la porte la semaine dernière sur fond de désaccord sur la ligne à adopter face à l'islam, Marine Le Pen a saisi la perche. « Nos opposants ont voulu faire croire que nous étions xénophobes, islamophobes, et que les critiques et la volonté d'agir contre les islamistes étaient en fait une haine cachée contre l'islam. La réalité, c'est que j'ai toujours été un défenseur absolu de la laïcité. Que proposent ceux qui prétendent l'inverse ? Ils mettent les musulmans à la porte ? Ils leur nient le droit d'être français, leur retirent la nationalité, créent des apatrides ? »

La « surenchère », à droite, de personnalités comme Éric Zemmour, « ou même Eric Ciotti, le Monsieur Plus », l'inquiète, jure-t-elle. « Nous n'avons plus le droit de nous en tenir aux constats. Il faut faire des propositions, et que ces propositions soient viables. » Pour, vingt ans après l'accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle, transformer l'essai ? La similarité des situations est frappante : comme en 2002, la sécurité s'impose comme un thème majeur de la future campagne. Comme en 2002, l'insécurité économique fragilise un électorat de plus en plus sensible aux discours protectionnistes. Comme en 2002, une extrême droite qui se veut « de gouvernement » est au bord de la scission avec sa frange qu'elle qualifie de « radicale » : les « identitaires » appellent à entrer en lutte, quand Marine Le Pen ne perçoit aucune « guerre raciale ». Mais qu'on ne lui parle pas d'« union des droites », comme le prônent Marion Maréchal ou le maire de Béziers, Robert Ménard. « C'est un concept totalement ringard, et qui sur le terrain ne fonctionne pas, tranche Marine Le Pen, sans jamais préciser à qui s'ouvrirait son "rassemblement".Même Éric Zemmour ou Patrick Buisson n'y croient plus. Pour que cela marche, il faudrait qu'il y ait encore un clivage gauche-droite. Or il a volé en éclats ! Un nouveau clivage oppose le pôle mondialiste, incarné par Emmanuel Macron, à notre pôle souverainiste. Et cette nouvelle fracture aspire tout. » Y compris, pour elle, les résistances de son camp.

Un chaton pour Ménard. « On nous décrit comme enfermés sur nous-mêmes, pratiquant une purge des autres courants ? attaque la patronne du RN. Mais de quoi parle-t-on ? Partout les courants ont tué les partis, et notre mouvement est, depuis près de cinquante ans, un parti bonapartiste. Tant que j'en serai la présidente, il n'y aura jamais de courants au RN. Mais libre à ceux qui ne sont pas d'accord de se présenter comme candidat contre moi à notre prochain congrès. » Un défi de pure forme, évidemment. « J'ai toujours pris des risques. Quand j'annonce le nouveau nom du mouvement devant une salle de 2 000 personnes en direct à la télévision, quand je désigne Jordan Bardella tête de liste aux européennes, alors qu'un certain nombre de militants sont dubitatifs… De temps en temps, il faut suivre son instinct. C'est peut-être le seul point que je partage avec Donald Trump… L'instinct politique. » Et quelques obsessions qui forgent une « ligne de vie ».« Un jour, j'ai donné un chaton à Robert Ménard, raconte Marine Le Pen, le regard dur. Mais il ne s'entendait pas avec son chien, alors il l'a donné à quelqu'un d'autre. Sans me le dire. » Elle soupire : « Ce n'est pas bien ce qu'il a fait, les animaux ne sont pas des objets !ource Le Point

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.