07/09/2020

Aurélien Barrau : « Il va falloir être raisonnable, c’est-à-dire révolutionnaire »



Aurélien Barrau Astrophysicien, philosophe et militant écologiste
Aurélien Barrau est astrophysicien de profession, spécialiste de cosmologie, de gravité quantique, de trous noirs, et de relativité générale. En dehors du monde universitaire et de la recherche, il est surtout devenu ces dernières années l’une des voix citoyennes qui porte le plus en matière de lutte contre le changement climatique et de recul de la biodiversité.

Passionné par la poésie et la philosophie (discipline dans laquelle il est titulaire d’un doctorat), il milite pour un changement radical de société, en plaidant notamment pour une forte décroissance sur le plan matériel. Sa présence dans le débat public, ainsi que son dernier ouvrage (Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité : Face à la catastrophe écologique et sociale, Michel Lafon, 2020) lui valent une notoriété grandissante. Souhaitant se mettre en retrait de la scène médiatique, car « il est important que cette cause ne s’incarne pas dans quelques visages », il a tout de même accepté de répondre à nos questions.
Où en sommes-nous sur le plan du climat et de la biodiversité ?
La situation est catastrophique. Il est essentiel de comprendre que rien de significatif n’a été encore été entrepris. Mis à part l’« effet coronavirus », chaque année est pire que la précédente. Ne parlons pas d’accélérer la transition, nous ne l’avons pas même entamée. Et, pour avoir un sens, elle devrait être radicale.
Vous êtes un scientifique. Quel doit être selon vous le rapport à la science dans la lutte contre le changement climatique ? Y a-t-il un bon dosage entre gouvernement par la science, et gouvernement par l’Homme ?
La science est un élément essentiel. Elle dresse des constats et peut apporter des réponses fiables à des questions précises. Mais elle ne peut pas être le socle de notre être-au-monde.
Les pires dictatures, par exemple, fonctionnent efficacement, elles ne sont pas scientifiquement fausses. La science ne décide pas de ce qui est désirable. Si certains sont aujourd’hui prêts à détruire l’avenir de leurs enfants, la vie des plus fragiles et la possibilité d’existence de l’essentiel des non-humains, au motif que leur confort immédiat prévaut, il ne s’agit pas d’une erreur scientifique. Il s’agit plutôt d’une faillite éthique. Soyons clairs, la science n’est suffisante ni pour déterminer la direction souhaitée, ni pour s’y tenir.
« La science constitue un indicateur pertinent, parmi d’autres. Mais elle ne peut pas décider de la valeur de nous accordons à ce qu’elle nous enseigne »
La science constitue donc un indicateur pertinent, parmi d’autres. Elle nous enseigne que sur les échelles de temps significatives pour l’humanité, les émissions de CO2 sont essentiellement irréversibles. Elle montre aussi qu’il y a nécessairement quelque chose de suicidaire dans la super-prédation des pays riches. Elle souligne enfin que les animaux massacrés souffrent et pensent, eux aussi.
Ce ne sont là que quelques exemples arbitraires. Mais la science ne peut pas décider de la valeur de nous accordons à tout cela. Si nous décidons – c’est actuellement le cas – que soutenir les industries les plus dévastatrices est prioritaire face à la sauvegarde de l’habitabilité de la planète, elle ne peut s’y opposer.
Les « anti-écolos » reprochent aux écolos d’être « punitifs » et de s’en prendre à la liberté des individus. Que leur répondez-vous ?
Qu’ils sont stupides. La base de toute organisation sociale consiste à définir des interdits qui, globalement, protègent la liberté. Les « anti-écolos » souhaitent-ils que la liberté de les voler, de les agresser ou de les tuer soit rétablie ? Leur liberté d’être, de se mouvoir et de s’exprimer repose fondamentalement sur le fait que la liberté de leur nuire a été restreinte. Sont-ils favorables à la liberté de conduire en état d’ébriété sur les routes utilisées par leurs enfants pour aller à l’école ? Arrêtons de dire n’importe quoi.
« Le droit ne garantit plus notre liberté fondamentale : celle de continuer à vivre »
Les plagiats, calomnies, diffamations, falsifications, triches… et mille autres attitudes qui ne sont pourtant pas létales sont – à juste titre – interdites. En revanche, presque rien ne s’oppose aux actions criminelles qui détruisent la vie sur Terre et obèrent la possibilité d’un avenir sans guerre et sans famine.
Notre droit est défaillant. Il ne nous protège pas contre le péril majeur de ce temps. Il ne garantit plus notre liberté fondamentale : celle de continuer à vivre. Ne pas le voir relève d’une incompréhension drastique de la situation. Tant que nous ne travaillerons pas ces questions, les délinquants en cols blancs contribuant au désastre écologique et climatique continueront de se croire respectables.
Il est temps d’être un peu sérieux. Nous faisons face à une situation qui exige toute notre intelligence. La question n’est pas de savoir si nous sommes « pour la liberté ». Tout le monde aime la liberté ! La question est uniquement de hiérarchiser nos libertés quand elles ne sont pas compatibles les unes avec les autres. Je préfère épargner les espèces animales et les habitants des régions arides plutôt que sauver à tout prix mon droit à rouler en 4x4 en centre-ville.
L’autre critique fréquente, c’est celle d’une possible dérive autoritariste, avec l’arrivée au pouvoir d’une dictature verte. Au-delà de la caricature, peut-on sauver l’état de la planète grâce à la délibération collective ?
Encore faudrait-il savoir ce qu’on appelle démocratie ! Et sortir de cet impérialisme intellectuel qui veut que les régimes parlementaires européens en soient la seule incarnation possible.
J’ignore quel est le mode de gouvernance qui permettrait de sortir du schème de destruction systématique en cours. Il faudrait d’ailleurs intégrer également le problème majeur de la réification des animaux, aujourd’hui perçus comme de simples ressources et non comme des vivants sensibles ayant sens et valeur en eux-mêmes. Ainsi, évidemment, que celui du néo-colonialisme : le confort du Nord est payé au prix fort par les pays du Sud.
Il me semble délirant que nous ne soyons pas en train de réfléchir collectivement à la manière la plus efficace de mettre fin à ces aliénations.
Le changement climatique et le recul de la biodiversité se sont surtout produits depuis la révolution industrielle et dans les pays riches, lorsque le système capitaliste s’y est généralisé. Faut-il nécessairement sortir du capitalisme pour s’en sortir sur le plan environnemental ?
Il y a sans aucun doute un problème avec le capitalisme. Il est, à ce propos, essentiel de souligner que toutes les cultures ne sont pas responsables du désastre. Ce n’est pas « l’humanité » qui a failli mais une partie de celle-ci. Hélas, elle entraîne toute notre espèce dans sa chute, ainsi qu’une grande partie des autres vivants.
Mais il faut regarder bien plus largement que le seul capitalisme. Les Mayas n’étaient pas capitalistes et ont dévasté leur environnement avec une hargne sidérante. C’est tout un système de valeurs – une axiologie – fondé sur la prédation maximale qu’il faut revoir. Le capitalisme n’en est qu’un effet secondaire. Un symptôme. Je répondrais donc : c’est encore pire que cela…
« Même face au pire, rien d’essentiel n’est discuté au plus haut niveau »
Ce qui me désespère est l’incapacité absolue de la modernité occidentale à se remettre en cause. Même face au pire, rien d’essentiel n’est discuté au plus haut niveau, aucun doute n’est émis sur nos fondamentaux. Cela relève d’une cécité pathologique.
Le capitalisme, au-delà de ses limites et ses dérives, a aussi participé à améliorer la condition humaine, en améliorant par exemple les conditions de travail. Faut-il dire adieu au progrès si l’on dit adieu au capitalisme, comme le martèlent les partisans de la « croissance verte » ?
Ce qui est étonnant c’est de ne pas travailler le sens du mot « progrès ». Que les découvertes de la médecine ou de la physique soient bienvenues et qu’il faille poursuivre ces aventures ne fait aucun doute. Mais qu’une entreprise privée – menée par un homme cynique – mette sur orbite des satellites à vocation commerciale mutilant ce bien commun « sacré » qu’est le ciel nocturne, est-ce un progrès ? La production d’un hôtel spatial pour ultra-riches alanguis est-elle un progrès ? Tout est là.
La nouvelle génération de téléphones portables qui ne répond à aucun besoin réel mais contribuera à une augmentation massive de consommation, à la construction d’un milliard de nouveaux terminaux, à des failles de cyber-sécurité et à une hausse des addictions est-elle un progrès ? La question n’est pas même posée.
C’est là encore un problème de valeurs : préfère-t-on accéder à Netflix en haute définition depuis le siège arrière de sa berline ou laisser une chance à la vie ? Le raccourci est caricatural mais presque correct. Ce que les adeptes du délire technophile illimité appellent « progrès » est en réalité un crime contre l’avenir. Un méta-crime.
La mobilisation des gilets jaunes a rappelé l’articulation qui existe entre la question sociale et la question environnementale. Faut-il s’attaquer frontalement aux inégalités économiques pour pouvoir avancer sur l’écologie ? Autrement dit, l’écologie est-elle nécessairement de gauche ?
En tout cas l’écologie n’est pas de droite ! Puisqu’il faut – les lois de la physique sont têtues – diminuer notre « pression » sur le monde environnant, la seule et unique solution pour éviter un désastre social est le partage. C’est aussi simple que cela. Donc, oui, il y a une connivence structurelle avec les valeurs de gauche.
Et je crois que ce pourrait être une belle opportunité : profitons-en ! Comment se peut-il que nous ayons construit un monde où un gestionnaire d’entrepôt peu scrupuleux – le patron d’Amazon –, ayant contribué massivement aux émissions de gaz à effet de serre et à la ruine des petits commerces, puisse voir sa fortune augmenter de plus de 10 milliards de dollars en une seule journée ? Il ne tient qu’à nous de mettre fin à cette folie.
Une large partie de nos services publics et de notre protection sociale est financée par la taxation de l’activité économique, même quand elle est très polluante. Comment les financer sans croissance du PIB ?
Il ne fait absolument aucun doute que, de façon globale, il faudra se serrer la ceinture. Mais si l’on fait le travail de remise en cause de ce qui n’apporte aucun bienfait réel et qu’on procède à un partage raisonnable, on peut sans doute gagner sur tous les tableaux.
« La capacité à l’émerveillement me semble constituer un marqueur de réussite hautement supérieur à la richesse pécuniaire »
J’insiste : ce « serrage de ceinture » peut avoir lieu pour le meilleur. Parfois, l’obésité tue, elle aussi. Il peut signer la découverte d’un enchantement bien plus exaltant que le dernier algorithme de lissage sur Instagram… Il faut donc également toucher les symboles. La capacité à l’émerveillement me semble constituer un marqueur de réussite hautement supérieur à la richesse pécuniaire. Ces hiérarchies sont performatives, il ne s’agit pas de « distribuer des bons points » mais de réorganiser la direction même de notre cheminement. Autant de questions qui sont également conceptuelles et philosophiques.
En attendant, que faire pour les travailleurs de Renault et d’Airbus, dont les emplois sont voués à disparaître si l’on entre dans une société énergétiquement plus sobre ?
Il est évident que les employés des secteurs amenés à péricliter n’ont pas à en faire les frais. L’erreur a été collective et c’est collectivement que nous devons prendre en charge les réorientations. Ça ne sera pas indolore. Mais si la douleur est partagée, elle sera supportable.
Vous expliquez régulièrement que nous avons les élus que nous méritons, car en dépit de leur inaction, nous les choisissons de nouveau. Vous dites que nous sommes incapables de renoncer à notre confort. Ne sous-estimez-vous pas la force du cadre consumériste que des grandes entreprises s’attachent à maintenir, « piégeant » de fait les individus ?
Soyons clairs, je pense que le problème est systémique ! Il ne relève pas essentiellement de l’action individuelle. Aucun changement significatif n’est possible sans une révolution intellectuelle, économique et politique. C’est pour moi une évidence et je le répète ici avec force : les « petits gestes » ne sont pas une solution, il faut un changement de paradigme.
« Je ne veux pas m’habituer à l’idée que nos « leaders » ne soient pas capables de se mettre autour d’une table et de discuter sérieusement du plus grand défi de notre histoire »
Mais, par ailleurs, on ne doit pas s’étonner que nos dirigeants ne mettent pas en place un programme écologique fort alors même que, pour les élections nationales, nous ne choisissons pas celles et ceux qui pourraient s’engager en ce sens…
Cela dit, soyons honnêtes, dans une économie mondialisée même un(e) chef(fe) d’Etat ayant compris le problème – ce n’est pas le cas à ce jour – aurait beaucoup de mal à agir. Je ne veux pas m’habituer à l’idée que ces « leaders », fiers de leur puissance, ne soient pas capables de se mettre autour d’une table et de discuter sérieusement du plus grand défi de notre histoire. Ils se comportent comme des garnements qui veulent à tout prix continuer la partie de Monopoly – à ce détail près qu’ils jouent dans un avion en train de se crasher.
L’incapacité anticipatoire des présidents et grands patrons me laisse également sans voix. On sait, par exemple, que l’énergie disponible va diminuer. C’est physique. Il y aura nécessairement récession. Mais si on continue à l’identique d’ici là, sans orienter et travailler cette décroissance, elle se fera trop tard au niveau écologique et trop rapidement au niveau social. Voilà ce à quoi devrait être dévolu l’essentiel du temps de réflexion des décideurs.
La lutte pour le climat et la biodiversité est planétaire, mais nos sociétés sont essentiellement organisées autour de 200 Etats. Lorsque l’on voit les difficultés rencontrées au sein de la seule Union européenne, peut-on vraiment espérer une réponse globale ?
Je n’ai presque aucun espoir. Mais constater que travailler ensemble à résoudre un problème cardinal semble totalement inenvisageable, alors même que se dessine un futur dévasté, nervuré par les sécheresses, les guerres et le déclin de vie me semble littéralement dingue ! Notre immaturité est désolante et la responsabilité des dirigeants actuels est immense.
Sommes-nous trop égoïstes pour parvenir à nous projeter dans 50 ans et prendre dès aujourd’hui des mesures ? Et si oui, pensez-vous que l’accélération des événements climatiques extrêmes que nous vivons déjà (canicules, feux de forêts…) soit de nature à changer les choses ?
C’est encore pire que cela. La destruction d’environ 60 % des animaux sauvages en seulement quelques décennies a déjà eu lieu. Nous n’avons même pas besoin de nous projeter, il suffirait de constater. A chaque nouvelle catastrophe, nous pensons « cette fois ils vont comprendre » mais rien n’y fait, le Medef et ses affidés invitent à consommer davantage…
La capacité de compréhension des problèmes complexes par les élites est quasi nulle. Cela signifie qu’il ne s’agit en réalité pas du tout d’élites mais plutôt d’une classe décadente et dangereuse. Ils manquent singulièrement de poésie et, sans pensée poétique, impossible d’envisager un ailleurs.
Mouvement #YouthForClimate, percée des écologistes aux élections, Convention citoyenne pour le climat… il semble qu’une bataille idéologique en faveur de l’environnement soit en train d’être gagnée. Ces évolutions sont-elles de nature à redonner espoir ?
Je ne sais pas. Il ne suffit pas de dire « oui, je veux un monde meilleur ». Encore faut-il s’en donner les moyens. Nous détruisons en ce moment les conditions d’habitabilité de cette planète. En quelques décennies nous avons massacré ce que des centaines de millions d’années d’évolution subtile et fragile avaient élaboré. Un petit « vote écolo » aux municipales ne suffit pas.
Il faut travailler le cœur de ce que nous sommes : le désir. Et décider collectivement que le suicide prédateur et arrogant n’est plus une posture désirable. Il va falloir être raisonnable, c’est-à-dire révolutionnaire.

Source alternatives-economiques.fr propos recueillis par Vincent Grimault

Je suis abonné à Alternatives économiques; pourquoi pas vous?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.