29/05/2022

Tension, resquilleurs et gaz lacrymogène : récit d'une soirée chaotique et honteuse au Stade de France

Les supporters de Liverpool aux portes du Stade de France.
lefigaro.fr par Guillaume Loisy et Baptiste Desprez 
REPORTAGE- La finale de la Ligue des champions entre Liverpool et le Real Madrid, dont le coup d'envoi a été retardé de plus de 30 minutes, a été le théâtre de débordements graves à Saint-Denis.

Le chaos avant la fête. Entre une sécurité débordée, des milliers de fans tentant d'entrer dans l'enceinte du Stade de France sans billet et une organisation loin d'être au niveau d'un tel évènement, l'avant-match de ce Liverpool-Real Madrid a viré au fiasco samedi soir. Au point de voir le coup d'envoi de la finale de la Ligue des champions être repoussé de... 36 minutes. Pour, à l'arrivée, laisser une image catastrophique de la France en Europe, incapable d'organiser comme il se doit un évènement de cette ampleur et de répondre aux comportements lamentables de plusieurs individus.

Gaz lacrymogènes, tentatives d'intrusion en escaladant des grilles, foules amassées et tendues... L'ambiance n'est pas montée comme espérée, lors des heures précédant le match le plus important de la saison, malgré un après-midi plutôt festif au sein de la capitale française avec la présence de 60.000 Anglais, rassemblés pour la plupart du côté de la place de la Nation et du Cours de Vincennes (seulement 20.000 supporters de chaque camp avaient des billets pour la rencontre).

À VOIR AUSSI - Les fans des deux équipes prêts pour la finale de la C1

Mais voilà, c'est aux abords du stade avant la rencontre que la situation a dégénéré. Après 21h, l'horaire initialement prévu pour le coup d'envoi, les envoyés spéciaux du Figaro ont constaté diverses intrusions par dessus les grilles au niveau du parvis de l'enceinte dionysienne, au moins une vingtaine de jeunes étant parvenus à passer. Même bien plus quelques minutes plus tard, avec parfois l'impression d'un service de sécurité dépassé face à la masse d'individus sans billet et désireux d'entrer dans l'enceinte du Stade de France. Plus tôt, d'autres avaient déjà essayé de forcer un premier barrage filtrant de policiers.

Des gaz lacrymogènes lancés sur des supporters sans billet

Des gaz lacrymogènes ont été tirés pour empêcher d'autres individus d'escalader des barrières, ont constaté nos journalistes présents à Saint-Denis. «Ne forcez pas l'entrée au Stade de France», a prévenu sur Twitter en français, anglais et espagnol la Préfecture de police de Paris, qui avait déployé 6.800 policiers, gendarmes et pompiers pour assurer la sécurité du match, avec un œil sur les milliers de fans des «Reds» venus dans la capitale sans billets.

Écrivez bien que ce ne sont pas les supporters de Liverpool qui ont mis la pagaille, ce sont des gens d'ici qui n'ont pas de tickets

Un supporter de Liverpool

Encore loin des tourniquets de l'entrée sud à l'heure prévue du coup d'envoi, un supporter anglais a interpellé les journalistes de l'autre côté de la grille en montrant son billet : «Écrivez bien que ce ne sont pas les supporters de Liverpool qui ont mis la pagaille, ce sont des gens d'ici qui n'ont pas de tickets et qui tentent de rentrer». À ses côtés, un autre fan montre sa main ensanglantée et explique s'être fait agresser. «On s'est fait gazer, c'est une honte», vocifère-t-il.

Un jeune entre sans billet et se fait stopper... par un fan de Liverpool

À quelques mètres de là, un jeune en jean et t-shirt noir parvenait à escalader la grille, semait les deux stewards qui tentaient de l'arrêter et filait pleine balle dans l'un des grands escaliers menant aux gradins supérieurs. Avant d'être stoppé par… Un supporter de Liverpool. Sur le parvis, des grappes d'individus, souvent jeunes, allaient et venaient, s'agglutinant près des entrées, empêchant les détenteurs de billets de rentrer alors que le match allait commencer. Au niveau du parking P1 du Stade de France, situé à proximité de la voie rapide, la tension était palpable entre des jeunes désireux de se faufiler et d'escalader les grilles, face à des CRS sur les dents.

Côté terrain, face à l'attente, les joueurs de Liverpool sont revenus du vestiaire et ont repris à 21h07 leur échauffement sur la pelouse. Leurs adversaires madrilènes les ont suivis quelques minutes plus tard. Après une dizaine de minutes sur le terrain, dans une ambiance surréaliste, ils sont retournés aux vestiaires.

Des supporters bloqués devant les grilles du stade. REUTERS / PANORAMIC

Les autorités avaient appelé les spectateurs à venir le plus tôt possible au stade en raison du mouvement de grève qui touche la ligne B du RER. En début de soirée, le car de l'équipe de Liverpool avait rencontré des difficultés à atteindre le parking du Stade de France en raison de la foule, l'équipe de Jürgen Klopp est arrivée avec plusieurs minutes de retard sur le planning initial.

Des jeunes se sont introduits en tribune de presse après le match

Avec des zones de filtrage dépassées face à une telle affluence, l'organisation de l'UEFA a eu toutes les peines du monde à faire entrer l'ensemble des supporters dans le stade. À 22h25, soit quasiment au moment de la fin de la première période, des supporters anglais, munis d'un billet, arrivaient seulement à entrer dans le Stade de France. Signe d'une soirée très mouvementée. Honteuse même au regard de l'image laissée par l'organisation de la rencontre, totalement dépassée par ces évènements.

Tout n'est pas à mettre sur le dos des organisateurs non plus car après le match, certains jeunes désireux d'approcher les stars du Real Madrid ou de Liverpool se sont introduits en tribunes de presse, avant de se faire éjecter par la sécurité. D'autres ont même tenté de dérober des objets présents en salle de presse ou sur les pupitres de nos confrères en tribune. Le tout dans une ambiance pesante. A près de 2 heures du matin, la tension était encore palpable aux abords de l'enceinte du Stade de France, signe d'une soirée chaotique. A tous les niveaux.

À VOIR AUSSI - Ligue des Champions: «Cette coupe a été la plus difficile» à gagner, selon Ancelotti

No comments:

Post a Comment

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email google valide. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.