26/11/2021

28 juin 1635 - La Guadeloupe devient française

Le 28 juin 1635, les Français Jean Duplessis et Charles de l'Olive, de la Compagnie des Isles d'Amérique (ou des Isles de l'Amérique), prennent possession de la Guadeloupe au nom du roi Louis XIII. C'est la plus ancienne dépendance française d'outre-mer

Les deux navigateurs débarquent à la pointe Allègre avec 4 religieux dominicains et 400 travailleurs engagés par contrat pour trois ans... Une île à sucre et à esclaves

L'île a été découverte par Christophe Colomb le 4 novembre 1493, jour du pèlerinage de la Sierra de Guadalupe, en Estrémadure, d'où son nom ! Il s'agit d'une île volcanique de 1100 km2, en fait divisée entre l'île de Basse-Terre, surmontée par le volcan de la Soufrière, et l'île de Grande-Terre.

Ces deux îles sont séparées par un isthme où coule la Rivière salée et où se trouve aujourd'hui la principale ville, Pointe-à-Pitre, fondée par les Anglais en 1759. Le chef-lieu est Basse-Terre.

Après que Charles de l'Olive, nommé gouverneur de l'île par Richelieu, a exterminé les Indiens Caraïbes qui l'habitaient, la Guadeloupe est devenue, comme la Martinique et Saint-Domingue (Haïti), une terre de grandes plantations sucrières avec une population constituée en grande majorité d'esclaves d'origine africaine.

Une Terreur mal cicatrisée

L'esclavage ayant été aboli sous la Terreur révolutionnaire (1794) puis rétabli sous le Consulat (1802), l'île a souffert à ce moment-là d'une terrible guerre civile. Pendant la Terreur, environ 500 blancs ont péri sur un total de 14 000 « Blancs-Pays » (nom donné aux blancs de l'île). La plupart des autres se sont enfuis dans les îles voisines ou aux États-Unis. Ils sont revenus après les troubles révolutionnaires mais, très appauvris, n'ont pu relancer correctement leurs « habitations » (nom donné aux plantations).

À la faveur de la crise économique de la fin du XIXe siècle, les plantations sont tombées dans l'escarcelle de groupes financiers extérieurs à l'île ou de  Békés de la Martinique. Elles n'ont jamais retrouvé leur prospérité d'antan. Il s'ensuit encore aujourd'hui un net retard économique et social de la Guadeloupe par rapport à sa voisine, la Martinique, qui a pu conserver ses structures sociales intactes pendant la Révolution du fait de son occupation par les Anglais.

Tandis que la Martinique a conservé une forte empreinte européenne, la Guadeloupe compte aujourd'hui à peine 5% d'Européens dont une moitié de métropolitains. S'y ajoutent environ 15% de descendants des travailleurs tamouls ou malabars amenés des Indes après l'abolition de l'esclavage (1848). La population restante est noire ou métisse. Cette diversité entretient de très vifs préjugés raciaux, depuis les noirs, qualifiés de « Bleus » par leurs compatriotes à peau plus claire, jusqu'aux malabars, jalousés pour leur relative réussite économique et sociale.

Source Herodote  Alan Dignat

En savoir plus par Wikipedia

 

No comments:

Post a Comment

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email google valide. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.