13/09/2020

Nous étions avec Jean Marie-Bigard, retranché dans un café en marge de la manif des « gilets jaunes » : « Je ne m’attendais pas à ça ! »

Jean-Marie Bigard retranché dans un restaurant, après avoir été hué lors d’une manifestation des « gilets jaunes » le 12 septembre 2020.Violemment pris à partie alors qu’il tentait de rejoindre la manifestation place de la Bourse, l’humoriste a dû se réfugier dans une brasserie. Notre journaliste était à ses côtés... 

Jean-Marie Bigard est sonné. Dans le café où on s’est réfugiés, il est assis, le regard un peu vide. Ce matin, à 10 heures, il est arrivé place de la Bourse, dans le centre de Paris, pour manifester avec les « gilets jaunes ». Après sa brouille avec Jérôme Rodrigues, l’un des leaders du mouvement, à qui il reprochait d’avoir traité sur Twitter un syndicat de policiers de « bande de nazis », il avait décidé de se désolidariser de la figure des « gilets jaunes », et d’aller sur une autre manifestation. Avant de se raviser. Mais il ne s’attendait pas à un tel comité d’accueil.Quand il arrive, quelques centaines de « gilets jaunes » sont déjà sur la place. L’accueil est violent. Une trentaine d’entre eux sont particulièrement remontés. « Dégage ! », « Collabo ! ». D’autres essaient de se désolidariser mais ils ont du mal à se faire entendre. Le ton monte, la foule se presse, des projectiles sont lancés. Les deux gardes du corps de Jean-Marie Bigard, embauchés pour l’occasion, se sentent dépassés. « Faut se protéger, monsieur Bigard ». Jean-Marie Bigard se réfugie dans la brasserie « Le Vaudeville », en face du palais Brongniart, mais la foule continue de gronder autour de lui, des « gilets jaunes » ayant réussi à entrer eux aussi. Il sort précipitamment par une porte latérale et se réfugie dans un autre café, dont les portes sont restées fermées au nez de la foule. Celle-ci tape contre la vitre avec des slogans haineux. « Flics nazis », « Bigard collabo », etc..

Sous le choc

A l’intérieur, assis sur un tabouret de bar, dans sa veste kaki, son masque « Allez tous vous faire enculer » sous le menton, Jean-Marie Bigard est sous le choc. Nous étions à ses côtés, sans autre journaliste.
Jean-Marie Bigard retranché dans un restaurant, après avoir été hué lors d’une manifestation des « gilets jaunes » le 12 septembre 2020.
Jean-Marie Bigard retranché dans un restaurant, après avoir été hué lors d’une manifestation des « gilets jaunes » le 12 septembre 2020.
Voilà une demi-heure qu’on est coincés ici. L’humoriste se livre à nous et confie à chaud :
« Je m’aperçois que dans un groupement comme cela, une minorité de gens peuvent presque mettre tout le monde d’accord pour insulter quelqu’un qui ne mérite pas de l’être. Sûrement le mec qui a le plus aidé les “gilets jaunes” dans tous les sens du terme. Je ne m’attendais pas à cette douche froide. Heureusement qu’il y avait deux gars avec moi qui assuraient ma sécurité. Sinon je serais peut-être en train de me faire lyncher par terre à coup de savates. C’est un peu terrifiant. »« C’est Rodrigues qui t’a envoyé ses sbires de Wagram pour qu’il pourrisse ton arrivée », lui lance un homme. « C’est le début d’une scission », semble regretter Jean-Marie Bigard. Il continue :
« Ils sont en train d’insulter le plus grand défenseur des “gilets jaunes” »« C’est faux », réplique Philippe Pascaud, écrivain « gilet jaune », et conseiller politique à ses heures. Il prend son téléphone et appelle Jérôme Rodrigues. « Jean-Marie, Jérôme veut te parler, là » Jérôme veut s’expliquer. Il est furieux de ce qui s’est passé, dit qu’il n’y est pour rien. « Non », répond Bigard sobrement… « Jérôme tu fais un live tout de suite pour dire qu’il ne faut pas toucher à Bigard ! », dit Philippe Pascaud. Il raccroche. « Rodrigues fait le live, il dit qu’il n’est pour rien dans ce qui vient de t’arriver. »
Jean-Marie Bigard a franchement l’air d’en douter. « Quand même, c’est bizarre ce comité d’accueil, avec des slogans déjà tout prêts contre moi ». Il estime qu’il n’était peut-être pas « au bon endroit », place de la Bourse, où, juge-t-il, il y avait davantage de sympathisants de gauche. Il poursuit :
« Je fais mes armes. J’apprends. Tu ne peux pas condamner l’expression “flics nazis” sans ajouter qu’il y a des flics qui font des violences et que je suis solidaire des victimes de violences policières, et que ce n’est pas général. C’est un bon baptême. Mais je suis convaincu que la grande majorité des “gilets jaunes” m’adore ! »« Qu’est-ce qu’on fait pour ce soir ? », demande une personne de son entourage. Ce soir, Jean-Marie Bigard donne son premier spectacle depuis six mois, près de Brest. Depuis deux ans, il a pour habitude de rencontrer les « gilets jaunes » à l’occasion de ses spectacles, et, même, d’en inviter. « Il faut annuler, c’est trop dangereux, les gilets jaunes vont t’attendre, en comité ! »
Jean-Marie Bigard hésite, puis acquiesce. « Ok, je vais peut-être annuler ».

La voie est libre

La foule, lassée, commence à s’écarter des vitres. Un « gilet jaune » proche des Black Blocs fait savoir que la voie est libre : « Personne ne l’embêtera, il peut y aller ». Deux « gilets jaunes » fans de Bigard, avec leur masque « Allez tous vous faire enculer », trépignent et font des grands signes parce qu’ils voudraient une photo avec lui. Ils lui adressent des baisers derrière la vitre. Jean-Marie Bigard leur renvoie leurs baisers de la main.
Sur la place de la Bourse, des soutiens de Jean-Marie Bigard, pris  partie lors d’une manifestation des « gilets jaunes » le 12 septembre 2020.
Sur la place de la Bourse, des soutiens de Jean-Marie Bigard, pris  partie lors d’une manifestation des « gilets jaunes » le 12 septembre 2020.
On est là depuis presque une heure. Des gars de la préfecture lui disent qu’il faut partir maintenant, profiter du moment de répit… « Bruno », un chroniqueur télé que Jean-Marie Bigard connaît, un ancien du raid, propose de venir l’exfiltrer en moto. C’est plus sûr qu’une voiture. Bigard semble soulagé. L’opération se fait en quelques secondes. La porte s’ouvre, la moto démarre face à la cohue des caméras qui attendaient dehors.
Finalement, Jean-Marie Bigard sera à Brest ce soir. Il le fera, son spectacle.

Source l'OBS 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.