31/07/2022

Sympathie pour l'Allemagne par Yanis Varoufakis - Project Syndicate: le modèle économique allemand est Kaput

Sympathy for Germany by Yanis Varoufakis
Greeks and other southern Europeans could now be feeling schadenfreude as Germany faces the collapse of its economic model in the face of the Ukraine war and the new cold war with China. But with a democratic Europe in the balance, this is no time to gloat.

ATHENS – It is never easy to wake up to the news that your country’s business model is busted. It is difficult to acknowledge the obvious: that your political leaders had either been deluded or lying to you when they assured you for decades that your hard-earned living standards were safe.

That your immediate future now relies on the kindness of foreigners determined to crush you. That the European Union, in which you had placed your trust, had been engaging in a permanent concealment exercise. That your EU partners, to whom you are now appealing for help, look at you as a villain whose comeuppance is long overdue. That economic elites in your country and beyond are seeking novel ways to ensure that your country remains stuck. That you must endure massive, painful changes to ensure that nothing changes.

Greeks know this feeling. We experienced it in our bones in early 2010. Today, it is the Germans who are facing a wall of condescension, antipathy, and even mockery. Ironic as it may seem, no Europeans are better placed than the Greeks to understand that the Germans deserve better; that their current predicament is the result of our collective, European failure; and that no one – least of all the long-suffering Greeks, southern Italians, Spaniards, and Portuguese (the PIGS as we were once called) – benefits from schadenfreude.

The tables have been turned on Germany because its economic model relied on repressed wages, cheap Russian gas, and excellence in mid-tech mechanical engineering – particularly manufacturing cars with internal combustion engines. This resulted in massive trade surpluses during four distinct post-World War II phases: under the US-led Bretton Woods system, which provided fixed exchange rates and market access to Europe, Asia, and the Americas; then, after the collapse of Bretton Woods, when the single European market proved highly lucrative for German exports; again following the introduction of the euro, when vendor financing opened the floodgates for both goods and capital flowing from Germany to Europe’s periphery; and, finally, when China’s hunger for intermediate and final manufacturing products took up the slack after the euro crisis dampened demand for German goods in southern Europe.

Germans are now slowly coming to terms with the demise of their economic model and are beginning to see through the multifaceted Big Lie their elites were repeating for three decades: Fiscal surpluses were not prudence in action, but rather a monumental failure, during the long years of ultra-low interest rates, to invest in clean energy, critical infrastructure, and the two crucial technologies of the future: batteries and artificial intelligence. Germany’s dependence on Russian gas and Chinese demand was never sustainable in the long term; and they are not mere bugs that can be ironed out.

The claim that the German model was compatible with Europe’s monetary union is also being exposed as false. Lacking a fiscal and a political union, the EU was always going to saddle Club Med governments, banks, and corporations with unpayable debts, which eventually would force the European Central Bank to choose between letting the euro die and embarking upon a permanent bankruptcy-concealment project.

Germans are realizing this today as they observe a hamstrung ECB which is damned if it raises interest rates substantially (causing Italy and others to implode) and damned if it doesn’t (allowing runaway inflation). While it never should have been the ECB’s job to save the euro from its flawed foundations, Germans can see that their politicians lied to them that their economic model could survive the 2008 crisis as long as other eurozone countries practiced enough austerity. They are also coming to understand that their leaders’ stimulus-phobia led to permanent socialism for the southern European oligarchs, the Franco-German bankers, and various zombified corporations.

Once upon a time, those of us who criticized the notion that every eurozone country should become like Germany objected that the German model worked only because no one else had adopted it. Today, with the end of cheap gas and America’s new cold war with China, the German model is kaput even for Germany. Yes, German exports will rebound, aided by the low value of the euro. Volkswagen will sell a lot more electric cars once supply chains are restored. BASF will bounce back, once energy supplies are secured. What will not return is the German model: A large chunk of Volkswagen’s revenues will go to China, whence the battery technologies come, and mountains of value will shift from the chemical industry to AI-related sectors. 

Some German friends are pinning their hopes on the falling euro to restore the German model to health. It won’t. Low-savings countries with a structural trade deficit, like Greece or Ghana, do benefit from devaluation. High-savings countries with a structural trade surplus, do not – all that happens is that poorer domestic consumers subsidize richer exporters, which is precisely the opposite of what the German social economy needs.

My message to German friends is simple: Quit mourning. Cut through the denial, anger, bargaining, and depression, and start designing a new economic model. Unlike Greeks, you still have enough sovereignty to do so without the permission of creditors.

But first, you must resolve a critical political dilemma: Do you want Germany to retain political and fiscal sovereignty? If so, your new model will never work within this eurozone of ours. If you do not want to go back to the Deutsche Mark, you need a model embedded within a full-fledged, democratic European federation. Anything else will continue the Big Lie with which you are now painfully coming to terms.

Traduction

Les Grecs et les autres Européens du Sud pourraient maintenant se sentir schadenfreude alors que l'Allemagne fait face à l'effondrement de son modèle économique face à la guerre en Ukraine et à la nouvelle guerre froide avec la Chine. Mais avec une Europe démocratique en jeu, ce n'est pas le moment de se réjouir. 
 
ATHÈNES - Il n'est jamais facile de se réveiller en apprenant que le modèle économique de votre pays est en panne. Il est difficile de reconnaître l'évidence : que vos dirigeants politiques vous ont trompé ou vous ont menti lorsqu'ils vous ont assuré pendant des décennies que votre niveau de vie durement gagné était sûr. Que votre avenir immédiat repose désormais sur la gentillesse d'étrangers déterminés à vous écraser. Que l'Union européenne, en qui vous aviez placé votre confiance, s'était livrée à un exercice permanent de dissimulation. Que vos partenaires de l'UE, à qui vous lancez maintenant un appel à l'aide, vous considèrent comme un méchant dont la récompense est attendue depuis longtemps. Que les élites économiques de votre pays et d'ailleurs cherchent de nouveaux moyens de s'assurer que votre pays reste bloqué. Que vous devez endurer des changements massifs et douloureux pour vous assurer que rien ne change. 
 
Les Grecs connaissent ce sentiment. Nous l'avons vécu dans nos os début 2010. Aujourd'hui, ce sont les Allemands qui font face à un mur de condescendance, d'antipathie, voire de moquerie. Aussi ironique que cela puisse paraître, aucun Européen n'est mieux placé que les Grecs pour comprendre que les Allemands méritent mieux ; que leur situation actuelle est le résultat de notre échec collectif européen ; et que personne - et encore moins les Grecs, les Italiens du Sud, les Espagnols et les Portugais (les PIGS comme on nous appelait autrefois) qui souffrent depuis longtemps - ne bénéficie de schadenfreude. 
 
Les tables ont été renversées sur l'Allemagne parce que son modèle économique reposait sur des salaires réprimés, du gaz russe bon marché et l'excellence dans l'ingénierie mécanique de moyenne technologie - en particulier la fabrication de voitures à moteur à combustion interne. Cela a entraîné des excédents commerciaux massifs au cours de quatre phases distinctes après la Seconde Guerre mondiale : sous le système de Bretton Woods dirigé par les États-Unis, qui prévoyait des taux de change fixes et un accès aux marchés de l'Europe, de l'Asie et des Amériques ; puis, après l'effondrement de Bretton Woods, lorsque le marché unique européen s'est avéré très lucratif pour les exportations allemandes ; encore une fois après l'introduction de l'euro, lorsque le financement par le vendeur a ouvert les vannes pour les biens et les capitaux circulant de l'Allemagne vers la périphérie de l'Europe ; et, enfin, lorsque la faim de la Chine pour les produits manufacturés intermédiaires et finaux a pris le relais après que la crise de l'euro a freiné la demande de produits allemands dans le sud de l'Europe. 
 
 Les Allemands acceptent maintenant lentement la disparition de leur modèle économique et commencent à voir à travers le grand mensonge multiforme que leurs élites ont répété pendant trois décennies : les excédents fiscaux n'étaient pas la prudence en action, mais plutôt un échec monumental, pendant de longues années de taux d'intérêt ultra-bas, pour investir dans l'énergie propre, les infrastructures critiques et les deux technologies cruciales du futur : les batteries et l'intelligence artificielle. La dépendance de l'Allemagne vis-à-vis du gaz russe et de la demande chinoise n'a jamais été durable à long terme ; et ce ne sont pas de simples bugs qui peuvent être corrigés. 
 
 L'affirmation selon laquelle le modèle allemand était compatible avec l'union monétaire européenne est également révélée fausse. En l'absence d'union budgétaire et politique, l'UE allait toujours accabler les gouvernements, les banques et les entreprises du Club Med de dettes impayables, ce qui obligerait finalement la Banque centrale européenne à choisir entre laisser l'euro mourir et se lancer dans une faillite permanente - dissimulation projet. 
 
Les Allemands s'en rendent compte aujourd'hui alors qu'ils observent une BCE paralysée qui est damnée si elle augmente considérablement les taux d'intérêt (faisant imploser l'Italie et d'autres) et damnée si elle ne le fait pas (permettant une inflation galopante). Alors que le travail de la BCE n'aurait jamais dû être de sauver l'euro de ses fondements défectueux, les Allemands peuvent voir que leurs politiciens leur ont menti en disant que leur modèle économique pouvait survivre à la crise de 2008 tant que les autres pays de la zone euro pratiquaient suffisamment d'austérité. Ils en viennent également à comprendre que la phobie des stimuli de leurs dirigeants a conduit au socialisme permanent des oligarques du sud de l'Europe, des banquiers franco-allemands et de diverses sociétés zombifiées. 
 
Il était une fois, ceux d'entre nous qui critiquaient l'idée que chaque pays de la zone euro devrait devenir comme l'Allemagne ont objecté que le modèle allemand ne fonctionnait que parce que personne d'autre ne l'avait adopté. Aujourd'hui, avec la fin du gaz bon marché et la nouvelle guerre froide de l'Amérique avec la Chine, le modèle allemand est kaput même pour l'Allemagne. Oui, les exportations allemandes vont rebondir, aidées par la faible valeur de l'euro. Volkswagen vendra beaucoup plus de voitures électriques une fois les chaînes d'approvisionnement rétablies. BASF rebondira une fois les approvisionnements énergétiques sécurisés. Ce qui ne reviendra pas, c'est le modèle allemand : une grande partie des revenus de Volkswagen ira en Chine, d'où proviennent les technologies de batteries, et des montagnes de valeur passeront de l'industrie chimique aux secteurs liés à l'IA. 
 
Certains amis allemands placent leurs espoirs dans la chute de l'euro pourrestaurer le modèle allemand à la santé. Ce ne sera pas le cas. Les pays à faible épargne avec un déficit commercial structurel, comme la Grèce ou le Ghana, bénéficient de la dévaluation. Les pays à épargne élevée avec un excédent commercial structurel ne le font pas – tout ce qui se passe, c'est que les consommateurs nationaux les plus pauvres subventionnent les exportateurs les plus riches, ce qui est précisément le contraire de ce dont l'économie sociale allemande a besoin. 
 
Mon message aux amis allemands est simple : Arrêtez le deuil. Passez au travers du déni, de la colère, du marchandage et de la dépression, et commencez à concevoir un nouveau modèle économique. Contrairement aux Grecs, vous avez encore suffisamment de souveraineté pour le faire sans l'autorisation des créanciers. 
 
Mais d'abord, vous devez résoudre un dilemme politique critique : voulez-vous que l'Allemagne conserve sa souveraineté politique et fiscale ? Si tel est le cas, votre nouveau modèle ne fonctionnera jamais dans cette zone euro qui est la nôtre. Si vous ne voulez pas revenir au Deutsche Mark, vous avez besoin d'un modèle ancré dans une fédération européenne démocratique à part entière. Tout le reste continuera le Grand Mensonge avec lequel vous vous réconciliez maintenant douloureusement.

No comments:

Post a Comment

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email google valide. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.