26/11/2021

La crise entre Emmanuel Macron et Boris Johnson décryptée par une experte

 C’est un naufrage et la mort de 27 exilés dans la Manche le 24 novembre qui a ravivé les tensions entre la France et la Grande-Bretagne. Jeudi 25 novembre, le Premier ministre britannique Boris Johnson a rendu publique une lettre demandant à Emmanuel Macron le “retour de tous les migrants illégaux qui traversent la Manche” sur son sol. “Méthodes pas sérieuses”, répond le président français qui regrette la publication d’une telle missive quand le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal pointe “le double discours” du Premier ministre anglais avec qui des discussions étaient en cours.

Sur fond de Brexit, de tensions avec les pêcheurs français sur les licences qu’ils n’ont pas obtenues et de crise migratoire qui s’intensifie dans la Manche, la relation diplomatique franco-britannique s’envenime.

La ministre britannique de l’Intérieur britannique a même été exclue d’une réunion européenne sur le sujet des migrations qui doit se tenir dimanche à Calais. Pour mieux cerner les causes et les potentielles conséquences d’une telle escalade, Claude-France Arnould, spécialiste des questions européennes et ancienne ambassadrice de France en Belgique (elle est actuellement conseillère de Thomas Gomart, le président de l’Institut français des relations internationales, Ifri) répond aux questions du HuffPost

Après le drame survenu dans la Manche, Boris Johnson estime que c’est à la France de reprendre sur son sol tous les migrants. Est-ce une proposition sérieuse ou réaliste?

Les migrants de Calais veulent aller au Royaume-Uni, désespérément, et sont aux mains des mafias qui organisent ce trafic d’êtres humains, ils ne veulent pas rester en France. Quand on a démantelé la jungle de Calais, on a constaté que les gens ne voulaient pas être installés en France. Ils voulaient aller au Royaume-Uni. Ce sont “leurs” candidats à l’immigration.

La France laisse-t-elle passer volontairement ces migrants vers le sol britannique comme le sous-entendent certains journaux anglais?

Je ne crois pas. Il y a un vrai professionnalisme des policiers et des autorités concernées. On ne laisserait pas volontairement partir les gens dans des embarcations comme ça, ce ne sont pas nos méthodes et nos valeurs. C’est très difficile de débusquer les manœuvres des passeurs qui cachent ces départs.

Faut-il alors réviser les accords du Touquet qui fixent la frontière en France en échange d’argent britannique?

Quand des accords ne sont plus efficaces face à une situation donnée, il est normal de les réexaminer, mais sereinement et techniquement. Le président Macron l’a d’ailleurs mentionné quand il était ministre.

Expliquer que, sur tous les sujets, depuis le Brexit, c’est la faute des Français est évidemment considéré côté français comme inacceptable.

Plus largement, comment expliquer que le ton monte entre Emmanuel Macron et Boris Johnson ne cesse de monter? 

Le ton monte alors que les sujets sont très graves, très sérieux, très difficiles. Celui des migrants particulièrement, mais il y a dans le même temps plusieurs autres sujets à régler comme la pêche ou la question de la libre circulation des marchandises à la frontière avec l’Irlande.

Plus les sujets sont graves, importants et nombreux, plus la méthode compte. Le tweet de Boris Johnson, l’exagération, le manque de sérieux ou l’invective ne sont pas adaptés. Expliquer que, sur tous les sujets, depuis le Brexit, c’est la faute des Français est évidemment considéré comme inacceptable côté français. Ce sont de mauvaises manières qui ne sont pas faites pour régler les problèmes, mais pour parler à une certaine presse locale.

Comment régler ces problèmes?

Certains peuvent se régler de manière bilatérale entre la France et la Grande-Bretagne, d’autres sont du ressort de l’Union européenne. Or, pour pouvoir régler ces problèmes, il faut le vouloir. Les Britanniques ne jouent pas le jeu de la négociation, de la discussion ou du travail technique. Emmanuel Macron a déploré ces méthodes alors que justement ce travail technique en profondeur et dans l’ombre se passait bien.

Pourquoi Boris Johnson joue-t-il cette carte-là? Est-il acculé?

Il est dans une situation difficile, il fait ça depuis le début du Brexit, c’est un style. Comme s’il n’assumait pas les conséquences. Les Britanniques n’ont pas souhaité par exemple qu’il y ait une union douanière entre l’Union européenne et la Grande-Bretagne, ils en paient le prix aujourd’hui. Le problème, c’est qu’il reste bien d’autres sujets qui ne sont pas fixés dans l’accord du Brexit: dans les domaines financiers, de la défense, spatial, sur le climat ou encore les conflits régionaux à nos frontières. Et où nous avons des intérêts à agir ensemble.

Ça peut se calmer?

Ça aurait dû se calmer depuis longtemps, mais la situation est difficile et côté britannique et le “blame game”, le jeu où on blâme le voisin, assorti de “french bashing” est un exercice traditionnel.

Le Brexit s’est fait sur la base de promesses mensongères dont on paie aujourd’hui les conséquences.

Quel est le rôle de l’Union européenne? Est-elle assez présente?

On a déjà eu une crise sur les migrations il y a quelques années, qui nous a amenés à trouver des réponses immédiates et à chercher à améliorer les dispositifs là où elles étaient insuffisantes. Nous sommes confrontés aujourd’hui à des situations d’origines différentes. Pour le moment, on a eu une réponse européenne qui a eu des effets sur la question de la Biélorussie. L’UE a notamment montré qu’elle pouvait traiter avec les pays d’origine pour arrêter le flux quand c’est instrumentalisé comme cela était le cas. Et qu’elle a des moyens de pression pour dissuader de poursuivre ces manœuvres. Sur la situation dans la Manche, une réunion est prévue avec nos partenaires européens et la Commission dimanche, dont les Britanniques se sont exclus par leur attitude. Ce
chantier sera à poursuivre, notamment sous la présidence française.

Gabriel Attal se demande si Boris Johnson ne regrette pas d’être sorti de l’UE, partagez-vous son avis?

Je ne fais pas de psychologie, mais on ne peut que constater les faits. Boris Johnson est face au fossé entre les promesses qu’il a faites dont il savait pertinemment qu’elles ne seraient pas réalisées -en assurant par exemple qu’en sortant de l’UE, la Grande-Bretagne ferait des économies extraordinaires, c’est évidemment faux- et la situation réelle, prévisible, dans l’après-Brexit. Tout le Brexit s’est fait sur la base de promesses mensongères dont on paie aujourd’hui les conséquences. Et le Covid n’a rien arrangé aux difficultés déjà présentes. 

No comments:

Post a Comment

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email google valide. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.