07/01/2021

La certification de la victoire de Biden empêchée par l'appel de Trump à ses partisans de se rassembler au Capitole

Des dizaines de milliers  de partisans de Trump avaient répondu à son appel à bloquer la cérémonie de certification de Joe Biden President Elect. Cet article de Challenges ne donne pas toute l'information....  Cliquer sur l'image...

Des centaines de partisans de Donald Trump ont pénétré de force mercredi dans le Capitole dans le but de faire annuler la défaite du républicain lors de l'élection présidentielle américaine, forçant le Congrès à suspendre la certification des résultats donnant le démocrate Joe Biden victorieux.

La police a évacué les élus des deux chambres du Congrès et a lutté pendant plus de trois heures pour repousser les partisans de Donald Trump du Capitole, symbole de la démocratie américaine, où les contestataires ont déambulé dans les couloirs et mis sens dessus dessous des bureaux. Une femme blessée par balle lors de ces incroyables scènes de chaos est décédée, a fait savoir la police de Washington, indiquant par la suite que le bilan s'était alourdi à quatre morts. Trois personnes ont succombé à des blessures survenues au Capitole, a-t-elle dit sans plus de précisions.

Le Capitole a été considéré comme sécurisé peu après 23h30. Les élus ont fait leur retour dans les chambres du Congrès peu après 2h pour reprendre le processus de certification de l'élection présidentielle.

Suivez en direct les événements de la journée de jeudi 7 janvier.

6h30. Le moment où le barrage de police a été percé (VIDEO)

Dans cette vidéo postée sur Twitter, nous voyons le moment où les manifestants percent le barrage de la police, qui faisait jusqu'alors un cordon de sécurité autour du bâtiment.

6h. Quatre morts, 52 arrestations après l'intrusion au Capitole

Quatre personnes sont mortes dans l'enceinte du Capitole à Washington et 52 personnes ont été arrêtées dans la capitale fédérale des Etats-Unis, a annoncé mercredi soir la police, après l'envahissement du siège du Congrès américain par des partisans de Donald Trump pour empêcher les parlementaires de certifier la victoire de Joe Biden lors de l'élection présidentielle.

Au cours d'une conférence de presse tardive, le chef de la police de Washington a fait savoir que 47 des 52 arrestations étaient en lien avec des violations du couvre-feu imposé dans la ville à partir de minuit par la maire Muriel Bowser en réponse aux troubles. Robert Contee a précisé que 26 personnes avaient été arrêtées dans l'enceinte même du Capitole. Plusieurs arrestations concernent des ports d'armes illégaux. La police a aussi découvert deux bombes artisanales aux sièges du Comité national républicain et du Comité national démocrate, a déclaré Robert Contee.

5h30. Les grands noms des affaires appellent Trump à "mettre fin au chaos"

"Assaut impensable contre la démocratie", "anarchie", "dégoût": des grands noms du monde des affaires aux Etats-Unis ont vivement condamné mercredi les violences au Capitole causées par des partisans de Donald Trump et exhorté le président sortant à intervenir et à accepter le choix des électeurs. "Nous valons mieux que ça", a affirmé le patron de la plus grande banque du pays JPMorgan Chase, Jamie Dimon, en condamnant "fermement" dans un tweet les agissements des manifestants.

A la tête de la banque Citigroup, Michael Corbat s'est, lui, dit "dégoûté" par les événements. "En tant qu'une des plus vieilles entreprises des Etats-Unis, nous avons vu notre pays faire face à des événements éprouvants", a-t-il souligné. "Même si certaines scènes sont dures à regarder, j'ai confiance en notre processus démocratique", a-t-il assuré en espérant que la situation "puisse se résoudre sans effusion de sang supplémentaire". Le patron d'Apple, Tim Cook a déploré de son côté un "chapitre triste et honteux de l'histoire" des Etats-Unis.

5h. Des démissions attendues à la Maison blanche après les incidents

Deux conseillères de la Première dame américaine Melania Trump ont démissionné mercredi après les troubles au Capitole, à Washington, et plusieurs hauts représentants de la Maison blanche envisagent de démissionner, dont le conseiller à la sécurité nationale Robert O'Brien, ont dit des sources. Stephanie Grisham a quitté son poste de chef de cabinet de Melania Trump peu après que des partisans de Donald Trump ont pénétré de force dans le Capitole dans le but d'empêcher le Congrès de certifier les résultats de l'élection présidentielle de novembre, lors de laquelle le président républicain sortant a été battu par le démocrate Joe Biden.

Dans le communiqué publié pour annoncer sa décision, Stephanie Grisham ne fait pas mention des incidents à Washington, mais une source au fait de la décision a déclaré que les troubles de mercredi ont été la dernière goutte d'eau. Rickie Niceta et Sarah Matthews, membres de l'équipe de communication de la Maison blanche, ont aussi démissionné, ont déclaré deux sources à Reuters. Robert O'Brien et son adjoint à la sécurité nationale, Matthew Pottinger, réfléchissent eux aussi à quitter l'administration Trump avant l'investiture de Joe Biden prévue le 20 janvier, ont dit deux sources.

4h30. Twitter et Facebook gèlent les publications de Donald Trump

Twitter et Facebook ont temporairement bloqué mercredi les comptes de Donald Trump dans le cadre de mesures destinées à réprimer les accusations sans fondement effectuées qu'il a répétées sur l'élection présidentielle américaine de novembre alors que des émeutes ont éclaté à Washington.

Citant des "violations graves et répétées" de ses règlements, Twitter a verrouillé pour une durée de 12 heures le compte de l'actuel locataire de la Maison blanche. Le réseau social a masqué trois publications dont il a demandé le retrait, sous peine de voir ce "gel" qui empêche Donald Trump de tweeter être maintenu indéfiniment. Twitter a justifié ces mesures par "la situation de violence sans précédent en cours" dans la capitale américaine Washington.

4h. Le Congrès américain rejette une première objection à la victoire de Biden

Le Congrès américain a rejeté mercredi une première objection à la certification de la victoire de Joe Biden, quelques heures après l'intrusion violente de partisans pro-Trump au Capitole. Le Sénat a décidé, à une écrasante majorité de 93 voix contre 6, de ne pas donner suite aux objections d'élus républicains visant les résultats de l'élection présidentielle dans l'Etat de l'Arizona. Quelques minutes plus tard, la Chambre des représentants a à son tour écarté l'objection à 303 voix contre 121, franchissant un pas de plus vers la certification des résultats de l'élection présidentielle.

3h30. Emmanuel Macron appelle à "ne rien céder"

Emmanuel Macron a estimé, dans une vidéo publiée sur son compte Twitter dans la nuit, que "quand, dans une des plus vieilles démocraties du monde, des partisans d'un président sortant remettent en cause, par les armes, les résultats légitimes d'une élection, c'est une idée universelle - celle d'un homme, une voix - qui est battue en brèche".

3h. Les démocrates remportent le contrôle du Sénat

Les démocrates se sont assurés mercredi 6 janvier du contrôle du Sénat américain après la victoire de Jon Ossoff dans la deuxième sénatoriale cruciale de Géorgie face au républicain David Perdue, selon les chaînes ABC, CBS et NBC. Et ce, alors même que des milliers de manifestants favorables au président Donald Trump ont envahi la colline du Capitole à Washington, plongeant dans la confusion la session du Congrès qui devait confirmer mercredi la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle du 3 novembre.

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Tout lecteur peut commenter sous anonymat, pseudo ou alias ou sous son nom en clair avec ou sans email valide. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés par moi cad. je les publie ou pas, et j'en suis responsable. Je me réserve de supprimer tout commentaire qui serait susceptible de m'attirer des ennuis: propos diffamatoires ou qui pourraient être considérés comme tels; propos racistes, attaques et invectives personnelles. y compris à mon égard.