10/02/2020

Comment les emplois des classes moyennes disparaissent


 Voilà encore une étude à même d'expliquer en partie le mouvement de colère des Gilets jaunes, au-delà des simples facteurs conjoncturels, comme la politique d'Emmanuel Macron ou l'augmentation des prix du pétrole en 2018.
Dans un ouvrage* paru en mars, deux économistes du Centre pour la recherche économique et ses applications (Cepremap) ont étudié les variations de la structure de l'emploi en France entre 1994 et 2013 à partir des données annuelles déclarées par les entreprises sur leurs salariés. Leur conclusion est sans appel : les emplois à salaire intermédiaire (techniciens de niveau intermédiaire, ouvriers qualifiés et employés de bureau) ont reculé au profit des emplois à bas salaire, souvent dans les services, et des emplois à haute rémunération (notamment les travailleurs formés aux technologies qui possèdent des compétences dans le domaine des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques, surnommés « techies »).




« Globalement, la part des professions à hauts et bas salaires a augmenté, alors que celle des professions à salaires a diminué », expliquent les auteurs.

© CEPREMAP
Autrement dit, « les emplois de la classe moyenne se sont raréfiés ou ont même, pour certains, disparu, contribuant fortement au sentiment d'un déclassement irréversible ». Cette spirale est difficile à enrayer : « La réduction de la demande d'emploi à salaire intermédiaire entraîne une augmentation mécanique de l'emploi dans les postes à bas salaire, à la fois par un effet de dislocation des travailleurs à salaire intermédiaire se retrouvant au bas de l'échelle salariale (une personne licenciée retrouve rarement un emploi mieux rémunéré) et par les changements des opportunités d'emploi pour les jeunes arrivant sur le marché du travail », soulignent les auteurs.
Lire aussi Comment les classes moyennes ont été écrasées depuis 30 ans

Une explication majeure de l'augmentation des inégalités de revenus avant redistribution

Cette évolution en « sablier » de la structure des emplois, comme disent les spécialistes, c'est-à-dire d'écrasement des professions intermédiaires et des classes moyennes, a augmenté les inégalités de revenus. « Nos estimations montrent que cet effet est considérable », écrivent les auteurs du livre. Sans la polarisation des emplois, les inégalités de salaires (avant redistribution) auraient diminué, alors qu'elle a, dans les faits, augmenté, montrent-ils.

Encore plus rapide que celle observée aux États-Unis ou au Royaume-Uni, cette polarisation des emplois a été particulièrement forte dans les services, ce qui explique l'ampleur du phénomène en France, alors qu'ils représentent plus de 80 % des postes du secteur privé en fin de période. Selon eux, la rigidité des salaires figure parmi les raisons qui expliquent l'ampleur du phénomène. « Lorsque les salaires s'ajustent moins, l'emploi réagit davantage », écrivent-ils.
La crise financière de 2008 a accéléré encore le mouvement de polarisation à l'œuvre jusqu'en 2007 : les entreprises ont en effet été obligées d'ajuster leur masse salariale pour faire face à l'effondrement de la consommation. Les emplois qualifiés (d'ouvriers qualifiés, etc.) ont plus chuté au cours de cette période qu'auparavant.

La baisse des emplois de salaire intermédiaire s’est intensifiée après 2008.

© CEPREMAP

L'exception de l'industrie

La tendance dans l'industrie est toutefois très différente de celle observée dans l'ensemble de l'économie. Les chercheurs y constatent une élévation générale des qualifications : le poids des techniciens et cadres à haut salaire a augmenté au détriment des postes d'ouvriers. Mais les ouvriers qualifiés sont moins touchés que les ouvriers industriels peu qualifiés.
Les deux chercheurs ont bien sûr cherché à expliquer ce mouvement général de polarisation de l'emploi. Ils passent en revue les deux candidats potentiels à cette fragilisation des classes moyennes : la mondialisation, à laquelle la France est très exposée, et les progrès technologiques. Et pour eux, c'est la technologie qui « exerce un impact omniprésent sur la répartition des emplois, tandis que l'effet direct du commerce international est plus nuancé et concentré dans le secteur manufacturier ».
Lire aussi Artus - Pourquoi la croissance française va surprendre en 2019

Renforcer la formation professionnelle

La polarisation des emplois va-t-elle se poursuivre ? Pas nécessairement. « À l'avenir, de nouveaux progrès en intelligence artificielle (IA) et en robotique, ainsi que la montée rapide des pays émergents, devraient probablement accroître la pression sur les travailleurs jusqu'à présent les moins concernés par ces changements : ceux dont les qualifications sont les plus hautes et les plus basses », prévoient-ils.
En attendant, comment les pouvoirs publics peuvent-ils réagir ? En mettant l'accent sur la qualité de la formation à l'école, notamment dans le domaine du codage informatique. Mais ils devraient aussi, selon eux, se focaliser sur la qualité de la formation continue. La loi avenir professionnel du 5 septembre 2018, qui a bouleversé l'organisation de la formation continue, est censée aller en ce sens. Toutefois son application sera progressive. France compétences, l'organe censé garantir la qualité des formations, vient tout juste d'être installé. Quant à l'application pour téléphone censée permettre à tout le monde d'utiliser son compte personnel de formation crédité en euros en toute liberté, elle ne devrait pas être opérationnelle avant novembre prochain.
* « La Polarisation de l'emploi en France, ce qui s'est aggravé depuis la crise de 2008 »

Sources:
  1. Comment les emplois des classes moyennes disparaissent, via @LePoint par Marc Vignaud
  2. Plus sur google search

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.