Sunday, January 29, 2017

La raréfaction du travail, vieux débat et faux problème - justpaste.it

Source: Les Echos Benoit Georges
Demain, la plupart de nos emplois seront-ils assurés par des robots ? La question peut paraître digne d'une série de science-fiction. Pourtant, après avoir divisé économistes et experts de l'emploi pendant des années, elle a fait son irruption dans le débat politique à l'occasion de la présidentielle : Benoît Hamon a fait de la « raréfaction du travail » l'argument principal de son projet de revenu universel d'existence. Son bon score à la primaire de dimanche dernier prouve que, désormais, ce discours porte auprès d'une partie de l'électorat de gauche.
Après tout, cela n'a rien de surprenant : la robotisation et l'intelligence artificielle progressent à grande vitesse. Les caisses de supermarché sont de plus en plus automatisées, l'ordinateur sait reconnaître la voix et répondre aux clients par e-mail ou téléphone, et tous les constructeurs automobiles promettent pour bientôt des voitures autonomes. Dans ces conditions, comment ne pas s'inquiéter pour l'avenir des caissières, des téléconseillers ou des conducteurs ? La question n'est pourtant pas tout à fait nouvelle : il y a plus de vingt ans, l'économiste américain Jeremy Rifkin prophétisait déjà « la fin du travail » sous les coups portés par les robots et l'informatique. Un best-seller planétaire dont la version française, publiée en 1996 et préfacée par Michel Rocard, inspira en partie la réforme des 35 heures. Suite...

1 comment:

  1. je ne sais pas si 10% ou 47 % des emplois vont disparaître mais ce qui est sûr c'est qu'un certain nombre vont disparaître, qu'à priori ceux qui restent seront des emplois très qualifiés en plus petit nombre que les emplois détruits et les autres emplois seront faiblement qualifiés non automatisables ou précaires , intermittents...La société sera au moins aussi riche que maintenant mais la valeur ajoutée sera distribuée de manière très inégalitaire. Il faudra donc trouver un moyen de redistribuer cette valeur ajoutée et le revenu universel est un des moyens le plus simple de le faire. Comme la société sera aussi riche que maintenant ( et sans doute plus ) la question du financement est un faux problème car on doit pouvoir redistribuer au minimum les sommes nécessaires pour que chacun ait le même revenu que maintenant et plus si la société est plus riche.
    Voir Billet Harvard Review


    https://hbr.org/2015/06/the-great-decoupling

    ReplyDelete

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.