dimanche, mai 18, 2014

L'Allemagne, seule locomotive de la zone euro (et pour cause, c’est elle qui freine les autres sur le chemin de la croissance) | Atlantico.fr

La zone euro enregistre d'après les derniers chiffres une croissance de 0.2% au premier trimestre 2014, fait qui pousse les marchés à croire dans un lent mais sûr rétablissement. Dans le détail cependant, l'Allemagne est la seule à afficher une croissance notable avec 0.8%, contre 0% en France et - 0.1% en Italie. Berlin est-elle devenue la seule locomotive d'un continent à l'arrêt actuellement ?
Lire...

L’Europe versus Empire allemand / Traité Transatlantique versus Empire américain : le dessous des cartes, par Jean-Michel Quatrepoint « Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances.... Lire...

Et Jacques Sapir sur l'Euro.

 L'Allemagne a toujours réussi à être première en tout, rappel 1870, 1914-18 et 1933-45 .- Excess German savings, not thrift, caused the European crisis
- Why a savings glut does not increase savings | Michael Pettis (*) extrait traduit ci-après.
- Web site Michael Pettis

200 milliards d'excédents commerciaux en 2013. C'est 200 milliards d'épargne qui va où? Il n'y a que 4 manières d'équilibrer l'économie, car PIB=consommation + épargne:

1: Si l'investissement productif a été entravée avant par le manque d'épargne, l'investissement productif va augmenter.

2: Les investissements non productifs peuvent aussi augmenter. Un excès d'épargne peut causer d'importants flux spéculatifs dans l'immobilier ou d'autres actifs, peut-être même de partir d'actifs "bulles" en bourse. Lorsque cela arrive, il peut se créer des débouchés d'investissement supplémentaires pour un excès d'épargne sous la forme de projets, y compris le plus souvent des projets immobiliers, dont la valeur économique ne peut être justifiée par la hausse des anticipations de prix - cas de l'Espagne avec ses golfs et projets touristiques.

3: Les hausses de prix des actifs peuvent déclencher un boom de la consommation si elle conduit les ménages ordinaires à se sentir plus riches et donc augmenter leur consommation («effet de richesse») . Cette augmentation de la consommation crée ce que j'appellerai , peut-être maladroitement , une "surabondance de consommation".

4: Si moins de consommation causée par la surabondance d'épargne n'est pas compensée par des investissements plus élevés ou par une surabondance de la consommation , la demande totale diminue, entraînant une hausse du chômage. Les chômeurs cessent de produire des biens et services, mais ne s'arrêtent pas consommer. Parce que l'épargne est tout simplement l'écart entre la production et la consommation, le chômage ait baisser le taux d'épargne.

Les économistes manquent presque toujours ce point. Un excès d'épargne mondiale doit être accompagnée par un ou plusieurs des quatre ajustements mentionnés ci-dessus. Il peut entraîner des économies mondiales plus élevées si l'économie rééquilibre sous la forme d'investissements plus productifs ou improductifs, ou il peut en résulter aucun changement dans le taux d'épargne global si l'économie rééquilibre sous la forme de surabondance de consommation ou une hausse du chômage. Rien d'autre n'est possible .

Le meilleur résultat est si un excès d'épargne est accompagné par des investissement productifs plus élevés. Ceci est souvent appelé "trickle down economics" quand les riches et les pauvres bénéficient de l'investissement productif, mais les riches bénéficiant plus.

Si il y a une surabondance d'épargne, l'investissement productif augmentera-t-il automatiquement? Si l'investissement productif a été entravée avant par la faiblesse de l'épargne, il sera vrai; mais l'investissement productif tend à être limitée par le manque d'épargne principalement dans les pays sous-développés. La plupart des excès d'épargne, cependant,proviennent  ou circulent dans les pays riches.

Dans les pays riches, il y a souvent beaucoup de projets productifs qui attendent désespérément des investissements, mais cet échec à investir est entraîné par d'autres facteurs, et généralement pas par le manque d'épargne, de sorte qu'un excès d'épargne est peu susceptible de conduire à de l'investissement productif plus élevé. Ancien président de la Fed (1934-1948) Marriner Eccles a même soutenu qu'une surabondance d'épargne pourrait réduire l'investissement productif  "En prenant le pouvoir d'achat des mains de consommateurs de la masse",  écrit-il, "les épargnants tendent à se refuser la demande supplémentaire effective de leurs produits qui justifierait de réinvestir leurs accumulations de capitaux dans de nouvelles usines."

Plus généralement lorsque l'excès d'épargne est élevé, les épargnants  se jettent dans les marchés immobiliers et boursiers, peut-être même en gonflant des bulles;  avec un surinvestissement dans l'immobilier,  une conséquence presque inévitable de la hausse rapide des prix des logements: nous avons vu cela de manière évidente  dans l'Europe périphérique, les Etats-Unis et la Chine. Ces flux spéculatifs ont un autre impact qui permet à l'économie d'équilibrer l'épargne et l'investissement. La bulle de l'immobilier fait que les ménages se sentent plus riches, ce qui favorise une surabondance de consommation, de sorte que, entre le boom de l'immobilier et la surabondance de la consommation, l' excès d'épargne est entièrement absorbé.

Mais ce n'est que temporaire. Car quand les bulles d'actifs éclatent, la montée du chômage qui en résulte fait baisser le taux d'épargne à nouveau  pour maintenir l'équilibre entre l'épargne et l'investissement.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.