vendredi, mars 16, 2012

Gaz de schiste dans le Var la mobilisation est relancée

La mobilisation contre le gaz de schiste est relancée dans le Var. Les collectifs anti-gaz de schiste se réunissent et Var Matin en fait naturellement écho. Cela résulte de craintes relatives à l'attribution d'un permis d'exploration sur la concession dite de Brignoles; cette concession fait l'objet d'une demande N°1585 par la société Shuepbach energy LLC en date du 1/10/2008 en cours d'instruction et aussi d'un permis de recherche pétrolière en cours (3è prolongation) en méditerranée au large de Toulon. Lire...

2 commentaires:

  1. donc les associations s'excitent pour rien puisque le demandeur de la concession dite de Brignoles ne donnera sans doute pas suite vu l'interdiction de la fracturation hydraulique!

    RépondreSupprimer
  2. Voir relation de la réunion de Tourtour du 18 mars par Var Matin

    Je ne comprends toujours pas la peur que l'on veut propager! La fracturation hydraulique est interdite en France par LOI n° 2011-835 du 13 juillet 2011, faisant suite à la mobilisation des collectifs "anti". Point final! Les permis de recherche en cours concernent la recherche de pétrole et de gaz conventionnels (*). Il ne s'agit pas de permis d'exploitation mais de permis d'exploration d'une durée de 3 ans susceptibles d'une ou deux prolongations, accordées à la discrétion de l'État selon les perspectives des résultats des recherches .... Et dans le cas où le titulaire d'un permis d'exploration demande un permis d'exploitation - celui-ci n'est accordé qu'après évaluation par l'État, sur la base d'un projet précis assorti de conditions. On en est très loin. De tels projets prennent du temps... typiquement 15-20 ans. Cela signifie comme dit la "juriste", que les sociétés pétrolières ont le temps.... elle comme les participants à ces meetings voudraient-ils qu'on leur interdise à ces sociétés d'exercer leur activité d'entreprises au service de la collectivité, de la production d'énergie et d'emplois? Et en voulant poursuivre les recherches minières sur le sol national et outremer, l'État n'est-il pas dans son rôle? Car l'évolution technique récente a modifié la donne en matière de recherches d'hydrocarbures et l'État veut mettre à jour l'inventaire minier sur ces bases.

    Ce n'est parce qu'un colloque a lieu et que Var Matin en donne le reportage, que la vérité absolue est établie. Faire une journée, devant un auditoire visiblement peu nombreux pour donner un avis sur les risques de la technique.... ces "experts" n'ont probablement pas lu le rapport BRGM, IFP-énergies nouvelles, INERIS (lien) qui dit tout cela, de manière objective et scientifique en pointant toujours les incertitudes et la nécessité d'accroître les connaissances pour maîtriser ces risques si le jeu en vaut la chandelle et qu'on veuille aller de l'avant.

    (*) Trois permis ont été abrogés dans le sud-est de la France - Nant (détenu par la société Schuepbach),
    Villeneuve-de-Berg (Schuepbach) et Montélimar (groupe Total), (lien). La demande de permis dit de Brignoles est en cours d'examen et nous ne savons pas quelle est la position du demandeur... Il faut qu'il s'engage à ne pas utiliser de fracturation hydraulique sinon il n'aura pas le permis demandé! La demande ne restera-t-elle pas sans suite? On continue dans la "fureur" et selon moi l'obscurantisme et le terrosrisme vert qui sévit sur le permis de Brignoles depuis un an (lien)

    RépondreSupprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.