03/07/2020

Le Figaro - à lire : Air liquide mise sur l’hydrogène pour les camions

L’hydrogène comme solution pour les transports décarbonés. Alors que le monde automobile et les pouvoirs publics privilégient à court terme le véhicule électrique, certains industriels misent sur l’hydrogène. C’est notamment le cas d’Air liquide en France, qui poursuit ses investissements dans le domaine. Le géant français lance la construction de la première station haute pression de grande capacité en Europe. Située à Fos-sur-Mer, dans les Bouches du Rhône, elle permettra «jusqu’à 20 rechargements journaliers de camion hydrogène effectuant de la longue distance», selon un communiqué.

Les véhicules à hydrogène, comme leurs concurrents électriques, sont propulsés par un moteur électrique. Mais quand les seconds sont alimentés par une batterie qui stocke de l’électricité, les véhicules hydrogènes sont équipés d’une pile à combustible qui transforme l’hydrogène en électricité. Avantages: l’autonomie de ce type de voiture ou camion est bien plus importante et le temps de recharge beaucoup plus court, comparable à un moteur essence. Inconvénients: un prix encore trop élevé et des infrastructures de recharge trop peu nombreuses.
En France, Air liquide est l’infatigable promoteur de l’hydrogène. Les équipementiers automobiles Faurecia, Plastic Omnium ou Michelin y croient également beaucoup. En revanche, du côté des constructeurs, il vaut mieux aller chercher du côté de Toyota, Hyundai-Kia ou des Allemands pour trouver des acteurs réellement convaincus par cette technologie. Outre-atlantique, une start-up a récemment défrayé la chronique en affichant une capitalisation boursière supérieure à Ford… en n’ayant produit jusqu’à présent aucun véhicule. Nikola Motors - un nom inspiré de l’inventeur Nikola Tesla - met en avant ses projets de pick-up et camion électrique, mais également de camion hydrogène. Ce dernier doit être commercialisé à partir de 2023. Il est vrai que le camion est idéal pour l’hydrogène car son autonomie n’est pas amoindrie par les lourdes charges qu’il doit transporter, à la différence des camions électriques à batterie.

Plan de relance

La difficulté pour motiver les donneurs d’ordre à passer à cette nouvelle technologie tient au déficit de points de recharge. C’est la raison de l’investissement d’Air liquide. Cette station sera construite dans le cadre d’un projet sélectionné par l’Union européenne et par l’Agence de la transition écologique (Ademe) en France, et qui regroupe des industriels mais également des acteurs de la grande distribution, comme Carrefour, Monoprix ou Coca-Cola. «La station sera mise en service début 2022 et alimentera en hydrogène bas carbone la première flotte européenne de huit camions de 44 tonnes spécialement conçus dans le cadre de ce projet», précise Air liquide.
S’il est incontestable que les pouvoirs publics privilégient actuellement les voitures électriques, ils ne négligent pas, à plus long terme, l’hydrogène. Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a expliqué, le 30 juin, que «dans le plan de relance, il y aura des éléments très forts pour développer la filière de l’hydrogène et nous le ferons en liaison avec l’Allemagne». Un pays qui a lancé un plan de soutien à cette technologie à 9 milliards d’euros.

https://www.lefigaro.fr/societes/air-liquide-mise-sur-l-hydrogene-pour-les-camions-20200702 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.