05/05/2020

Le déconfinement n'est pas la fin de la crise... par Charles Sannat


Avec l'arrivée du déconfinement la semaine prochaine, la majorité des Français, petits et grands, piaffe d'impatience et souhaite retrouver leur liberté de mouvement.
Pourtant, derrière cette bonne nouvelle dont il faut évidemment se réjouir, ne se cache, hélas, sans doute pas la fin de la crise mais que l'une de ses étapes.
Le déconfinement à lui seul, n'est pas un marqueur de fin de crise.  Les 4 marqueurs...

Dans cette crise épidémique, pandémique, nous avons 4  marqueurs de fin de crise à surveiller et à scruter.
1/ Le vaccin, celui qui marche et ne tue pas ceux qui se font injecter la mixture et protège avec efficacité.
2/ La prophylaxie ou le traitement qui avec 3 comprimés matin midi et soir règle le problème.
3/ L'immunité de groupe….
4/ La disparition du virus.
Le déconfinement ne répond pas à ces marqueurs de fin de crise parce que le déconfinement n'est pas en soi une fin de crise.
Le déconfinement, c'est une tentative de reprendre une vie plus ou moins normale, ou plus vraisemblablement moins dégradée qu'avant tout en surveillant la circulation du virus dans la population.
L'idée derrière le déconfinement c'est d'essayer de tenir le plus longtemps possible avant le prochain confinement en ralentissant au maximum l'épidémie avec:
1/ les gestes barrières.
2/ La distanciation sociale.
3/ Le port des masques.
4/ les brigades d'enquêteurs épidémiologiques qui vont tenter de remonter chaque chaîne d'infection.
Est-ce que cela va marcher ?
Oui.
Je suis persuadé que cela ralentira considérablement la circulation du virus… mais nous ne sommes pas à l'abri d'une accélération progressive, jusqu'au moment où nos capacités d'enquêtes, de test, seront saturées. Alors, à ce moment-là il faudra confiner à nouveau. C'est sur la base de ce raisonnement-là que vous entendez parler d'octobre ou novembre 2020.
Ré-ouvrir les écoles est une ânerie. 
S'il est une mesure assez simple, facile et très réductrice d'échanges sociaux et préalable au confinement c'est évidemment la fermeture des écoles.
Ce n'est pas facile. Ce n'est pas drôle, ni pour les enfants ni pour les parents, mais c'est sans doute la meilleure des solutionsµ. Et cela permet dans bien des cas, de poursuivre tout de même l'activité professionnelle pour un grand nombre. Si au début du confinement il était peu raisonnable de confier les enfants aux grand-parents, après deux mois d'isolement les risques ne sont pas les mêmes. Bref, cela pourrait s'organiser. Mais c'est un autre sujet; Disons, qu'ouvrir les écoles, est la meilleure décision de Macron depuis le maintien du premier tour des élections mais je me répète.
Nous pourrions perdre la bataille du déconfinement sur ce point justement, raison pour laquelle je reviens dessus. En dehors de cette histoire d'écoles très préoccupante, nous devrions avoir quelques semaines et espérons-le quelques mois de semi-liberté conditionnelle.
Espérons bien évidemment que cela ne recommence pas, mais les mêmes causes produisant les mêmes effets, l'éventualité d'une seconde période de confinement va de possible à très probable et mieux vaut s'y préparer.
Le déconfinement n'est pas la fin de la crise, il est même un peu comme la fonte des neiges, annonciateur des inondations dans les vallées et les plaines… Une inondation de chômeurs et de plans de licenciements;
« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c'est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s'exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l'actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d'information quotidienne sur www.insolentiae.com.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.