02/05/2020

Coronavirus: l’économie française sous anesthésie générale


La dernière radiographie de l’Insee de l’économie française ne rassure pas. Malgré les injonctions de l’exécutif, l’activité reste prise au piège du coronavirus et parvient difficilement à sortir de la glaciation imposée par le confinement. Au 23 avril, l’économie du secteur marchand, hors loyers, a ainsi diminué de moitié (49 %) par rapport à la «normale». Loyers compris, elle dévisse de 41 % contre 35 % pour l’économie française dans son ensemble, économie non-marchande (dont notamment les services fournis par les administrations) comprise. Un deuxième indicateur de mesure de l’activité illustre bien le choc actuel: l’indice PMI du cabinet IHS Markit, qui combine services et activité manufacturière, est tombé jeudi à son plus bas niveau historique pour la France, comme pour la zone euro.
Au milieu de ce tableau très sombre, l’Insee constate toutefois un léger mieux. «Ces estimations suggèrent un très léger regain d’activité ces dernières semaines, en particulier dans l’industrie et le bâtiment, où certaines entreprises auparavant à l’arrêt ont sans doute pu reprendre une partie de leur activité après avoir mis en place une organisation garantissant la sécurité sanitaire de leurs salariés», avancent ainsi les économistes de l’institution statistique.

Le climat des affaires et de l’emploi au plus bas

Amélioration timide ou pas, les patrons ne cherchent pas à cacher leur désarroi. Le climat des affaires pour le mois d’avril, l’indicateur calculé à partir de réponses des chefs d’entreprise sur leur activité, plonge à son plus bas historique, nettement en dessous de son précédent niveau plancher de mars 2009. «Les chefs d’entreprise jugent les perspectives générales d’activité de leur secteur extrêmement détériorées», jugent avec sobriété les rédacteurs de la note de l’Insee. Quant au climat de l’emploi, il est lui aussi au plus bas depuis la création de la série en 1991.

L’économie française s’est ainsi comme endormie. «Comme un organisme placé sous anesthésie, l’économie française n’assure plus que ses fonctions vitales, indique d’ailleurs l’Insee dans sa note hebdomadaire. Les mesures de soutien budgétaire aux entreprises et aux ménages visent notamment à favoriser les conditions du réveil - dont on sait qu’il ne sera que très progressif - puis de la convalescence». Seule certitude, la sortie de coma de la France s’annonce particulièrement douloureuse car ses concurrents ont durant la tempête beaucoup moins replié les voiles. Dans une interview le 15 avril au Figaro , Agnès Panier-Runacher, secrétaire d’État à Bercy, avançait ainsi que l’industrie française fonctionnait environ à 50 % de sa capacité, alors même qu’elle «resterait solide en Italie et tourne à plein en Allemagne et en Europe du Nord».
Même si des comparaisons solides sont difficiles à établir, tout semble lui donner raison. «Tant les indices PMI d’avril que les données de fréquentation des lieux de consommation et de production consolidées par Google suggèrent que le choc économique lié au Covid-19 est jusqu’à présent plus fort en France qu’en Allemagne», avance ainsi Charles-Henri Colombier, de l’institut Rexecode. Les données de Google sur la fréquentation des lieux de travail sont particulièrement frappantes. Elle aurait baissé en France de 55 %, contre 29 % outre-Rhin.
La pente de la sortie de crise s’annonce donc particulièrement raide pour Paris. Un espoir réside dans l’utilisation des dizaines de milliards d’épargnes forcée accumulée durant le confinement.
«Cette épargne qui est accumulée aujourd’hui, jusqu’à environ 20 % des revenus des ménages, peut constituer demain un réservoir de consommation et de croissance, dès lors que la confiance des ménages reviendra progressivement», a ainsi avancé François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France sur BFMTV.

En zone euro, l’activité s’effondre

Une économie quasi à l’arrêt. C’est ce que reflètent les indices PMI du cabinet IHS Markit publiés jeudi. Basés sur des enquêtes auprès des directeurs d’achats, qu’il s’agisse de la zone euro dans son ensemble, de l’Allemagne ou de la France, ils sont tombés à leur niveau le plus bas depuis leur création en 1998. L’indice composite (industrie et services) pour la zone euro affiche 13,5 en avril, contre 29,7 en mars et plus de 50 en janvier, reflétant alors une économie en expansion.
Autre révélateur de la violence de la crise économique en Europe: selon la dernière enquête de l’institut allemand IFO, «50 % des entreprises allemandes optent pour l’activité partielle». Plus inquiétant encore, 18 % envisagent de supprimer des emplois.

Source lefigaro.fr par Anne de Guigné

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.