18/04/2020

André Comte-Sponville : « Ne tombons pas dans le sanitairement correct », via @LePoint

Chacun pense à sa manière; y compris de travers; ce n'est pas bon de raisonner statistiques démographiques et léthalité et de relativiser cette pandémie, notamment en comparant le   covid19 aux cancers ou aux infarctus. Car les cancers et les infarctus ne se propagent pas par les postillons.


La volonté de protéger la santé des plus âgés justifie-t-elle de mettre en danger l'avenir des plus jeunes, premières victimes d'une récession catastrophique due au confinement ? Avec son franc-parler habituel, le philosophe André Comte-Sponville (Traité du désespoir, La Vie humaine, Du tragique au matérialisme, etc.) pose la question qui fâche : la peur de la mort n'est-elle pas en train de condamner l'essor de la vie ?
Le Point : Que pensez-vous de la manière dont nos sociétés réagissent à cette pandémie de coronavirus ?
André Comte-Sponville : Elles réagissent fortement, efficacement, démocratiquement, et c'est plutôt rassurant. Les prévisions les plus pessimistes laissaient craindre 300 000 morts en France, plusieurs millions en Europe, et tout laisse penser que, grâce aux mesures qui ont été prises, les chiffres seront très inférieurs. Tant mieux !

Ce qui m'inquiète, en revanche, c'est la disproportion entre la gravité – réelle mais limitée – de cette pandémie et l'espèce d'affolement qui semble s'être emparée des médias et, par eux, d'une partie de la population. « L'espoir renaît », dit-on depuis quelques jours. Mais quand avait-il disparu ? Faut-il rappeler que le taux de létalité du Covid-19 semble être de 1 ou 2 % et sans doute moins, si l'on tient compte des cas non diagnostiqués ? Le moins que l'on puisse dire, c'est que cela laisse bon espoir à la plupart d'entre nous ! Tout se passe comme si nos journalistes découvraient soudain que nous sommes mortels. Vous parlez d'un scoop ! Les médias audiovisuels nous font le décompte, jour après jour, des victimes de la pandémie. Nous en sommes à 15 000 morts en France. C'est beaucoup. C'est trop. Mais enfin, faut-il rappeler qu'il meurt dans notre pays 600 000 personnes par an, dont, par exemple, 150 000 d'un cancer et, parmi ces derniers, plusieurs milliers d'enfants, d'adolescents et de jeunes adultes ? En quoi les 15 000 morts du Covid-19, dont la moyenne d'âge est de 81 ans, méritent-ils davantage notre compassion ou notre intérêt que les 600 000 autres ? Tous les humains sont égaux en droits et en dignité, mais toutes les morts ne se valent pas. Il est plus triste de mourir à 20 ou 30 ans que de mourir après 60 ans, ce qui est le cas de 95 % des décès liés à cette pandémie. Les jeunes n'osent pas trop en parler, de peur de sembler se désintéresser de leurs aînés. Mais moi, qui ai 68 ans, je peux le dire, et même je dois le dire : je me fais plus de soucis pour l'avenir de nos enfants – et pour la dette que nous allons leur laisser – que pour ma santé de presque septuagénaire ! Cela ne condamne pas le confinement, qui était sans doute nécessaire et que je respecte soigneusement. Mais cela veut dire que ses conséquences économiques, qui seront extrêmement lourdes, doivent aussi être prises en considération, notamment dans la détermination de sa durée.

Certains vous diront qu'il est obscène de parler d'économie quand la santé est en jeu.
Ils auront tort ! La misère tue aussi, et plus que les virus. 9 millions de personnes meurent chaque année de malnutrition, dont 3 millions d'enfants. Imaginez que la crise économique qui s'annonce fasse augmenter ce chiffre de seulement 10 % : cela ferait 900 000 morts en plus, qui n'auront pas besoin d'un virus pour agoniser. Et dans notre pays, où le chômage commençait à reculer, quels seront les dégâts sociaux, politiques, humains de cette crise ? Je comprends que les médecins privilégient la santé, c'est leur boulot et leur vocation.
Mais, quand je vois, sur nos écrans de télévision, dix médecins, voire plus, pour un économiste, je m'inquiète. La médecine coûte cher. Si nous avons l'une des meilleures médecines du monde, c'est parce que nous sommes un pays riche. Croire qu'on va pouvoir augmenter les dépenses de santé en ruinant notre économie, c'est un évident contresens. La médecine a besoin de moyens, souvent onéreux. Opposer médecine et économie est donc une sottise. Il faut, au contraire, les articuler et, dans toute la mesure du possible, les concilier.

Nos contemporains sont-ils plus sages que les anciens face à la mort ?
Cela dépend lesquels, comme toujours ! Pourtant, la plupart sont plus sages au moins en ceci qu'ils ont moins peur de l'enfer. C'est d'ailleurs très caractéristique du moment : dans notre vieux pays chrétien, personne ne compte sur la prière pour faire reculer le virus, personne, ou presque personne, n'y voit un châtiment divin et la plupart de ceux qui ont peur de la mort craignent davantage le néant qu'une éventuelle damnation. J'y vois un progrès, qui est celui des Lumières. Pour le reste, la sagesse est toujours l'exception. Mais elle ne va pas, quelle que soit l'époque, sans acceptation de la mort. Montaigne l'a dit en une phrase : « Tu ne meurs pas de ce que tu es malade, tu meurs de ce que tu es vivant. » Plus nous verrons cette vérité en face, plus nous aimerons la vie, parce que nous prendrons davantage conscience de sa brièveté, de sa fragilité, de sa valeur.

Pensez-vous que l'attention portée aujourd'hui aux soignants va durer ?
Tout être humain mérite attention et respect. Il se trouve que les soignants sont en ce moment confrontés à des difficultés et à des risques fortement augmentés. Il est donc normal de s'en soucier davantage. Cela dit, le métier des enseignants, spécialement en collège, des policiers, des militaires, des éboueurs, des ouvriers, des paysans, des employés de supermarchés, etc. n'est pas non plus toujours facile ou gratifiant. Et les chômeurs, vous ne croyez pas qu'ils méritent aussi un peu plus d'attention ? Nous avons peut-être les meilleurs hôpitaux du monde. Qui oserait dire que nous avons les meilleures écoles, la meilleure formation professionnelle, le plus faible taux de chômage ?

La santé va-t-elle devenir une valeur phare ?
Je le crains ! C'est ce que j'appelle le pan-médicalisme : une idéologie, voire une civilisation, qui fait de la santé la valeur suprême (à la place, par exemple, de la justice, de la liberté ou de l'amour) et qui tend, dès lors, à déléguer à la médecine la gestion non seulement de nos maladies, ce qui est normal, mais de nos vies et de nos sociétés, ce qui est beaucoup plus inquiétant ! Ne tombons pas dans « l'ordre sanitaire » ni dans le « sanitairement correct » ! Dans une démocratie, c'est le peuple qui est souverain, ce sont ses élus qui font la loi, pas les experts. J'en viens à craindre une « chiraquisation » de la politique : éviter les sujets qui fâchent, renoncer à toute réforme impopulaire, ne plus s'occuper que de la santé et de la protection des Français – plan anticancer, plan pour la sécurité routière, plan contre Alzheimer, plan contre les épidémies… Contre quoi il faut rappeler que la politique est conflictuelle par essence. Quand tout le monde est d'accord pour dire que la santé vaut mieux que la maladie, ce n'est plus de la politique ! Attention de ne pas prendre modèle sur la Chine. Quand la politique se dissout dans la technocratie, qui est le règne des experts, la démocratie se meurt.

Le rapport à la nature va-t-il changer aussi ?
Quoi de plus naturel qu'un virus ? Ceux qui accusent les sciences et les techniques de tous les maux devraient y réfléchir. La peste noire, au XIVe siècle, a tué la moitié de la population européenne ; la grippe espagnole, en 1918-1919, a fait 50 millions de victimes dans le monde. Il est vraisemblable que le Covid-19, grâce au progrès scientifique, en fera beaucoup moins. Bref, adorons un peu moins la nature et félicitons un peu plus nos chercheurs. Mais n'oublions pas que le réchauffement climatique, qui est, lui, bien d'origine humaine, risque de faire beaucoup plus de morts que le coronavirus !

Source: Le Point 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.