11/03/2020

Procès Fillon Réquisitoire: Des élus de la République qui se doivent d'être exemplaires

"Il y a une injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et perçoivent de l'argent public", déclarait François Fillon en septembre 2012, à Poitiers (Vienne). C'est avec ces mots que le procureur financier Aurélien Létocart a introduit son propos, mardi 10 mars. Un réquisitoire implacable et sévère de quatre heures, au terme duquel les deux procureurs financiers ont requis cinq ans de prison, dont deux ferme, à l'encontre de François Fillon. 
Cette sévérité tranche avec la relative clémence dont ils ont fait preuve en réclamant trois ans de prison avec sursis contre son épouse, Penelope Fillon, et deux ans avec sursis contre son ancien suppléant à l'Assemblée, Marc Joulaud. Car leur cible était bien l'ancien Premier ministre. "Du cynisme à l'aveuglement, il n'y a parfois qu'un pas", tacle le magistrat du Parquet national financier (PNF). Le ton est donné. Suite via @FranceInfo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.