21/02/2018

Laurent Wauquiez: la droite assumée mais engluée

Laurent Wauquiez a été le meilleur et le pire. Le meilleur, c’est l’homme politique, expert en dialectique, capable de déjouer les attaques les plus sournoises, de convaincre les téléspectateurs, et de rendre crédibles sa présidence et la reconstruction de son parti. Le pire, c’est le normalien énarque philosophe et historien, qui ignore toujours les règles élémentaires de l’économie. Meilleur sur la forme, pire sur le fond.
 Laurent Wauquiez a réellement tourné le dos au libéralisme. C’est ce qui sans doute lui a valu tant de sympathie puisque dûment instruits et manipulés, les Français n’aiment pas la mondialisation, les milliards de profit des entreprises, la compétitivité allemande, l’Europe élargie. Toutefois, adepte du « en même temps » il condamne les dépenses publiques, les réglementations, les impôts, la centralisation parisienne, ce qui pourrait passer pour un propos libéral, et il tient sur les problèmes de société un discours conservateur de catholique gallican (oxymore).
Le pire s’est étalé dans son discours introductif et sa réponse à Alain Minc, « invité surprise ». Il suffit d’énumérer quelques positions (rappelées en italique) qu’aucun libéral ne saurait accepter :

1. Ecologie : La « droite » aurait abandonné l’écologie à la gauche : il existe pourtant chez les libéraux une parade efficace consistant non seulement à dénoncer les mensonges d’Al Gore, Nicolas Hulot et Emmanuel Macron sur l’avenir de la planète mais aussi à défendre les biens environnementaux grâce à la propriété privée, personnelle ou plurielle.

2. Travaillisme : La valeur économique de base est le travail, il doit être mieux rémunéré (maintenir le SMIC) et il faut reprendre la grande idée gaulliste de l’actionnariat et de la participation. L’idée est celle du Conseil National de la Résistance, des communistes et des socialistes (Louis Vallon). L’opposition entre travail et capital, salariés et actionnaires est le corollaire du mythe de la lutte des classes et de la croissance des inégalités chère à Piketty qui estime que la croissance est confisquée par les plus riches des capitalistes.

3. Couple franco-allemand Les Allemands ne sont pas des concurrents loyaux, et ils ne sont en faveur de la mondialisation que parce qu’ils y sont gagnants. Mais le peuple allemand commence à réagir contre le libre échange cher à Angela Merkel. En fait Angela Merkel a confirmé à Davos son attachement au libre-échange, et les Allemands doivent leur compétitivité aux réformes Schroeder, à leurs privatisations et à leur structure fédérale.

5. Europe La vraie Europe est celle de Jean Monnet : réduite à un petit nombre de pays, et organisée pour se défendre contre la concurrence des Anglo Saxons grâce à la « préférence communautaire ». En réalité l’Europe a été constituée par le trio Adenauer, Gasperi, Schuman pour en finir avec les luttes fratricides de nations européennes qui puisent dans de communes racines chrétiennes.
L’élargissement de l’Europe n’aurait eu aucun désavantage si on en était resté à une zone de libre circulation, et la préférence communautaire n’a jamais concerné l’industrie et les services.

6. Système social Il faut s’en féliciter, notre assurance santé est excellente, elle résulte d’un contrat social et républicain.

7. Protectionnisme Il s’impose face à la mondialisation qui ruine les classes moyennes. Il faut faire preuve de patriotisme économique, privilégier les achats de produits français, et organiser la protection au niveau de l’Europe, ce qui implique d’en limiter le périmètre. La mondialisation crée des dommages sociaux qui entraînent le populisme. Quels sont les « produits français » ou « européens » qui ne doivent rien au commerce mondial ?  Les services (tourisme, santé,sport,  culture,etc.) ? Les biens industriels (énergie, minerais, informatique, technique) ? Comment sont fabriqués les véhicules français achetés par la région Auvergne Rhône Alpes ? Faut-il renoncer à exporter le Saint Nectaire, la fourme d’Ambert, le Reblochon, le vin des Côtes du Rhône ? Le populisme est la rançon de l’ignorance sur les bienfaits de la mondialisation, et l’Etat se présente comme le protecteur du peuple contre l’étranger.


Le meilleur aura été cependant l’allure de Laurent Wauquiez face à des interlocuteurs que l’on a peut-être choisis pour leur agressivité, mais qui se sont révélés au sommet de la nullité. Certes Alain Minc a suggéré que Wauquiez devait choisir entre giscardisme et gaullisme, entre droites orléaniste et bonapartiste, mais le Président des Républicains a plaidé la nécessaire diversité au sein de la droite. Il sera difficile à Virginie Calmels, vice-présidente qui s’affiche libérale, d’avaliser le discours : on verra… Mais les autres agresseurs en ont été pour leurs frais, y compris Benjamin Grivaux, porte-parole du gouvernement, que l’on a connu plus brillant et que Laurent Wauquiez a piégé sur l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne.

Entre le pire et le meilleur, Laurent Wauquiez a pris des positions conservatrices sur les problèmes de société : sur la centralisation (critique des limitations de vitesse nées dans des cerveaux parisiens), sur la filiation (clairement contre la PMA pour les couples homosexuels et contre la GPA), sur l’immigration (limitée et choisie, et les musulmans immigrés – comme les autres - doivent respecter le mode de vie des Français).

Quand on dresse le bilan quantitatif de la prestation Wauquiez, il est positif, puisqu’un téléspectateur sur deux a été convaincu, et la proportion est de 75 % pour les personnes qui se réclament des Républicains. Le bilan intellectuel, même ambigu, est gravement négatif, et peu de libéraux y auront trouvé leur compte. Ce bilan pourra s’améliorer quand Laurent Wauquiez aura appris quelques rudiments de libéralisme. Il est réputé pour apprendre vite. Il doit se presser : les élections européennes arrivent. Voter à droite, cela ne signifie rien – sinon le rejet de la gauche. Un jour peut-être Laurent Wauquiez nous invitera au vote libéral : c’est la seule voie pour les Français et la France.

Voir aussi "qui a tué François Fillon; l'enquête"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.