Wednesday, September 06, 2017

The decoupling delusion: rethinking growth and sustainability

Our economy and society ultimately depend on natural resources: land, water, material (such as metals) and energy. But some scientists have recognised that there are hard limits to the amount of these resources we can use. It is our consumption of these resources that is behind environmental problems such as extinction, pollution and climate change.
Even supposedly “green” technologies such as renewable energy require materials, land and solar exposure, and cannot grow indefinitely on this (or any) planet. Read more...

J'ai découvert ce texte sur le site de TheConversation Australie
Il est intéressant d'observer qu'il émane d'universitaires de l'Australie, un des principaux pays producteurs de matières premières du monde. L'Australie, comme les Etats-Unis, est un rameau de l'Europe occidentale et de la révolution industrielle commencée à la fin du 18è siècle en Angleterre, qui a permis l'explosion de la population mondiale restée à moins d'un milliard jusque là et contrôlée par les maladies et la mortalité infantile. La révolution industrielle et ce qu'elle est devenue est donc le résultat de l'intelligence humaine pour assurer sa survie en tant qu'espèce de la biosphère. Mais ne deviendrions  nous pas trop nombreux?

Plus:
  1. The decoupling dellusion
  2. L'arrogance d'homo.sapiens
  3. L'engrenage de la technique
  4. Cultiver son jardin ne serait pas écologique: voici un article décoiffant!!!
  5. Clean Energy Transition Will Increase Demand for Minerals, says new World Bank report
  6. Croissance verte versus décroissance du fossile : la face sombre de la transition | chroniques de l'Anthropocène

1 comment:

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.