jeudi, juin 15, 2017

Quels nouveaux visages pour l’Assemblée? - Des idées pour demain

Point de vue d'Olivier Duhamel, politologue et Président de la FNSP (SciencesPo), sur l'élection présidentielle.

Les commentateurs utilisent l’adjectif "historique" pour qualifier cette élection et ils relèvent à juste titre que c’est la première fois que les deux partis du gouvernement qui ont dirigé ce pays depuis 60 ans (un parti socialiste et un parti néo-gaulliste) sont exclus dès le premier tour. Ils ajoutent parfois, toujours à raison, que c’est la première fois que le Front national se retrouve au second tour à ce niveau, et surtout en connaissance de cause, l’événement étant annoncé depuis plus de deux ans.

Mais ils citent rarement le troisième élément qui me paraît le plus important, à savoir le succès d’Emmanuel Macron ; c’est-à-dire d’un jeune homme de 39 ans, totalement inconnu il y a deux ans, et ne disposant alors d’aucune force politique pour le soutenir. Mitterrand et Chirac durent s’y prendre à trois fois avant d’atteindre l’Élysée, Pompidou avait été Premier ministre, Giscard longtemps Ministre des Finances, Sarkozy Ministre de l’Intérieur et Président du principal parti d’opposition… et de Gaulle était de Gaulle.

De ce point de vue, nous nous éloignons de la monarchie française, et nous nous rapprochons de la démocratie américaine, pour le meilleur et pour le pire. Un tel fait était tenu pour inconcevable et en vérité inimaginable jusqu’à ce qu’il se produise. Certes, Macron a été favorisé par une exceptionnelle succession de hasards, un incroyable concours de circonstances. Mais cette conjonction des étoiles n’est que l’arbre qui cache la forêt d’une rupture profonde dans la culture politique française.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.