jeudi, avril 27, 2017

Jacques Attali répond: "Inconsciemment, les médias ont intérêt à ce que Marine Le Pen passe"

Qu'a dit précisément Jacques Attali qui lui vaille le sévère recadrage – « Qu'il se taise ! » – du député socialiste Richard Ferrand ? « Je ne voudrais pas que cette campagne se réduise à des anecdotes. » Évoquant la situation des salariés de Whirlpool menacés de plan social, on peut qualifier, au minimum, le mot de maladresse. De la matière, en tout cas, à nourrir l'épuisante machine à dérapages, bourdes, polémiques, recadrages, etc. Explication de texte avec l'intéressé, qui continue, cette fois à propos des médias, à ne pas mâcher ses mots.


Le Point.fr : Que vous inspire ce supposé « tournant » de la campagne, ces scènes à l'usine Whirlpool dont la délocalisation vous est apparue comme « anecdotique » ?
 
Jacques Attali : Ce pays compte 5 millions et demi de chômeurs, alors il est honteux et même criminel de laisser croire que la simple apparition d'un candidat sur un site en détresse puisse être une réponse. J'ai été extrêmement choqué de voir Marine Le Pen éprouver le besoin de faire des selfies avec ces salariés, exploiter leur détresse alors qu'on ne sait toujours pas comment elle entend régler les questions de fond. Or c'est cela qui compte. Chaque chômeur sauvé est évidemment une victoire. Mais régler des situations particulières, au cas par cas, ce n'est pas le rôle de l'État, pas le rôle d'un président de la République ! Le rôle de l'État, c'est de créer le cadre, les conditions dans lesquelles les entreprises vont pouvoir créer massivement des emplois. Un président ne peut agir que sur un contexte global. Ce que je regrette, depuis un an, c'est que la campagne n'a été qu'une succession de « cas particuliers ». Il n'a presque jamais été question des grands enjeux.

Pourquoi ? C'est la « BFMisation » de la vie politique ? 
 
Non, il n'y a pas que BFM. C'est désormais, partout, le règne du spectacle, le jeu des « petites phrases », des « polémiques ». Mais il ne s'agit pas d'un jeu, il faut prendre les gens au sérieux. Or dès que l'on essaye de s'extraire de ce spectacle, on est transformé en cible.

En filigrane des réactions qu'a suscitées votre intervention, il y a l'idée que vous faites partie, un peu comme Emmanuel Macron, d'une élite intellectuelle et économique coupée des réalités de ce pays.
 
Pourtant je ne suis pas, loin de là, un héritier. Ce que je suis est le fruit de mon travail, et seulement de mon travail. Et je n'ai pas à nourrir de complexes quant aux études que j'ai faites. La méritocratie ne fonctionne pas bien, mais elle fonctionne encore. J'en suis un exemple, Emmanuel Macron en est un autre. Quant à la fondation que je préside, elle crée des milliers d'emplois en France et des millions à travers le monde. Je suis moi-même très souvent sur le terrain pour agir. Certes, loin des caméras…

Que vous inspire la tournure que prend médiatiquement l'entre-deux-tours ? 
 
Nous sommes un peuple qui n'aime pas les vainqueurs. C'est ainsi, et c'est dans le fond assez positif, les Français prennent presque toujours parti pour le second, l'outsider. Cette campagne, où l'on a vu éliminés un à un tant de favoris, en a encore été la preuve. Emmanuel Macron, en tête, est attaqué et médiatiquement malmené d'autant plus violemment qu'il est un homme raisonnable, dont le programme est sérieux. Et puis je vais vous dire quelque chose qui ne va pas vous plaire. Depuis que Trump est au pouvoir, la presse et les médias américains n'ont jamais aussi bien marché. Alors je crois que dans l'inconscient des médias français, même si c'est inavouable, il y a un peu de cela : ils auraient tellement intérêt à ce que Marine Le Pen passe...

Source: lepoint.fr Violaine de Montclos

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.