Sunday, March 20, 2016

Taux d'intérêts négatifs: Les banques centrales ne peuvent plus s'arrêter, à moins de faire exploser la bulle obligataire

Après le zéro bound, taux d'intérêt zéro, ce qui n'a pas donné les résultats escomptés, nous voici aux taux d'intérêts négatifs! Un entretien de Marianne Py (le Revenu) avec Patrick Artus.
  Marianne Py: Dans votre dernier ouvrage, vous dénoncez à quel point l'inondation monétaire, dont les QE"), sont un échec pour relancer la croissance. Patrick Artus : La liquidité mondiale - monnaie créée par les banques centrales - représente aujourd'hui près de 30% du PIB mondial, contre 6% à la fin des années quatre-vingt-dix. Or cette création monétaire destinée à relancer la croissance a d'autant moins de sens que la crise actuelle n'est pas cyclique, mais due à des problèmes structurels. À savoir : le recul des gains de productivité dans tous les pays de l'OCDE (lié à un mauvais usage des nouvelles technologies, à l'inadéquation entre formation et emploi, à la baisse du poids de l'industrie où la productivité est plus élevée...) et le vieillissement démographique. S'y ajoutent des facteurs spécifiques à certains pays, comme l'appauvrissement de la classe moyenne aux États-Unis et au Japon.

Suite....

No comments:

Post a Comment

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.