samedi, mai 02, 2015

L’indicateur de progrès social ou les mirages d’un indicateur alternatif | AlterEco+ Alterecoplus

Le débat sur les indicateurs de richesse alternatifs au PIB reprend avec force : à côté de la loi sur les nouveaux indicateurs de richesse, adoptée le 2 avril dernier, un nouvel indicateur s'impose sur la scène internationale, l'indicateur de progrès social (social progress index ou SPI en anglais). Proposé par la Social Progress Imperative, une organisation américaine à but non lucratif, le SPI se veut un indicateur complémentaire au PIB, indicateur-phare de la comptabilité nationale accusé depuis de nombreuses années de mettre l’accent uniquement sur la dimension économique, quels que soient les coûts écologiques et humains d’une poursuite indiscutée de la croissance. Pour la deuxième année consécutive, la Social Progress Imperative a produit un classement de 133 pays en utilisant le SPI. De son côté, la Commission européenne envisage de l’utiliser comme clé de répartition des aides aux régions européennes. Mais cet indicateur est-il aussi novateur que le prétendent ses concepteurs ? Entretien avec Géraldine Thiry Economiste (Université Catholique de Louvain), membre du Forum pour d'autres indicateurs de richesse (FAIR)...

Plus: Why Social Progress Matters Michael Porter Project Syndicate.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.