mardi, février 24, 2015

Hollande avoue qu'il est payé à ne rien faire (vidéo 1989) | 24heuresactu.com

Dans une vidéo datée de 1989, François Hollande explique qu’il est un « privilégié » et qu’il a longtemps été payé par l’État français, à ne rien faire. Une vidéo édifiante qui montre le régime de parasites mous et feignants, que la candidat socialiste veut mettre en place dans notre pays.
« Si je ne faisais absolument rien à la Cour des comptes, je continuerais à gagner 15 000 francs par mois, 25 000 si je faisais des rapports, mais sans forcement en faire énormément. Je pourrais doser mon travail, rester chez moi quand je suis fatigué, aller à la Cour des comptes dans mon bureau pour passer des coups de téléphone. Bref, je serais totalement libre. Je serais un vrai privilégié comme je l’étais avant d’être élu député ». Lire la suite et voir la vidéo.

1 commentaire:

  1. amusant et concret, curieuse analyse de ce constat lu à l'envers pour les besoins de la cause habituelle du dénigrement gratuit, notre futur président était conscient clairement des failles du système administrative supérieur (caricaturé aimablement) mais ne me semble pas proposer là "un régime parasite mou et feignant" pour notre pays.
    le lecteur de gauche lit qu'il va changer cet aspect de l'inefficacité administrative, le lecteur de droite (extrême?) pense qu'il est ravi de la situation décrite...
    l'humour semble n'être pas de droite (extrême?), c'est dommage, mais c'est bien entendu faux, il y a aussi des gens de droite intelligents... heureusement!

    RépondreSupprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.